Biotech'connection - PERCEPTION - du 9 au 22 juillet 2012

Biotech' connection : Un séjour scientifique axé sur la biologie végétale où les enfants pourront tenter de trouver des solutions durables pour (...) Voir descriptif détaillé

Biotech'connection - PERCEPTION - du 9 au 22 juillet 2012

Biotech' connection : Un séjour scientifique axé sur la biologie végétale où les enfants pourront tenter de trouver des solutions durables pour (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Cher lecteur, Chère lectrice,

Bienvenue sur le journal de bord du séjour Biotech’connection.
7 adolescents de 13 à 18 ans ont tenté de répondre à une question fatidique :
La musique a-t-elle réellement une influence sur le développement des plantes ?
Au cours de cette quinzaine, ils vont devoir endosser le double rôle de compositeur musical et de chercheur avisé.

Voici leur histoire.

Le Journal de Bord

Le 8 juillet 2012

Arrivée

Cet après-midi, tous les adolescents sont arrivés au camp. Un par un, nous les avons guidés vers leurs quartiers pour les semaines à venir. Cette année, les adolescents disposent de petits studios qu’ils partagent à 6 ou 7. Les filles ont des chambres séparées des garçons, bien entendu. Après déballage de toutes les affaires, le résultat est plutôt sympathique et convivial !

A peine terminée l’installation de ces jeunes gens, vint l’heure du repas. Autour de la table, les conversations allaient bon train car beaucoup se connaissent déjà bien. Les retrouvailles sont chaleureuses et font sincèrement plaisir à voir !

Le repas achevé, une petite pause pour les douches et la fin de l’installation s’imposait. 30 minutes, quelques draps et quelques valises plus tard, tout le monde était fin prêt à commencer de pied ferme 15 jours de séjour dans le cadre magnifique qui est le nôtre.

Vint l’heure de la veillée.
Au programme : Jeux de présentation sur le mode du « speed dating », jeux coopératifs en équipe ainsi que jeux d’expression théâtrale, en compagnie de tous les ados de 13 à 18 ans !
L’objectif de la soirée étant bien entendu que tout le monde fasse, ou refasse connaissance et que les adolescents se réapproprient leur lieu de séjour comme il se doit !
Quatre équipes se sont donc bravement affrontées aujourd’hui dans le massif du Vercors, ceci afin de reconstituer collectivement des tableaux tels que « la plage », « le hall de gare de paris » ou « l’Egypte ancienne » !

Le jour déclinant, les photos ne sont pas exploitables, mais ce soir, tous nous ont surpris par leur imagination et leur créativité !

Après cette veillée plutôt détendue, tout le monde au lit !

Demain commence pour eux l’aventure « Biotech’connection », avec cette année un pari de taille : tester l’influence de certaines mélodies sur la croissance des plantes.

Nos biologistes en herbe relèveront-ils le défi ?

La suite au prochain épisode...

Bonne nuit à tous, et à demain !

Le 9 juillet 2012

Pour bien commencer la journée, un petit forum !
C’est l’occasion de discuter tous ensemble, de se retrouver le matin et de s’organiser pour bien démarrer la journée.

1. Phase contact

Lors de la phase contact, nous somme sortis du centre pour aller faire une grande ballade jusqu’au village d’à côté, Roissard. Coupant à travers champs par de petits sentiers, c’est l’occasion rêvée pour observer toutes sortes d’animaux, insectes et plantes.

- Les objectifs :
Apprendre à se servir de clés de détermination pour les arbres et les plantes à fleurs.
Constater la biodiversité de la zone.
Apprendre à identifier certaines plantes communes de nos forêts.
Créer une cohésion et une dynamique de groupe autour des diverses problématiques.

- Où :

Entre Roissard et le Fau
- Le matériel :

Liste du matériel :

- Clés de détermination végétales,
- papier,
- stylos

Lors de cette phase, nous avons ramassé des échantillons de plantes communes pour les faire sécher et réaliser des planches d’herbier plus tard dans le séjour. Sur tout le trajet, nous avons abordé le défi et les enjeux du camp Biotech’ connection.

L’objectif sera de tester l’influence de certaines « protéodies », des séquences musicales basées sur la séquence en acides aminés des protéines, sur le développement des plantes.

Très vite, le débat s’installe. Mais les protéines, c’est quoi au juste ? Et l’information génétique ? Mais au fait, qu’est ce qu’une cellule ?

Voilà qui nous donne matière à réflexion et à découvertes !

Après un copieux pic-nique sur le chemin, une pause pour bavarder tous ensemble, mieux faire connaissance et quelques parties de « Jungle speed », nous sommes tous retournés au centre de séjour pour le goûter.

Pic nique sur le chemin !

2. Phase Découverte

Les discussions du matin ont vraiment généré beaucoup de questions : un petit point théorique était donc de rigueur. Après quelques rappels sur la cellule, et la localisation d’ADN, nous sommes passés à la pratique :
Une véritable extraction d’ADN de banane !
On peut réaliser cet exploit avec du matériel vraiment très simple : une banane, de l’eau, du sel, du produit vaisselle et de l’alcool ménager !

Il suffit de :

1- Broyer les bananes

2- Ajouter de l’eau, une cuillère à soupe de savon, une cuillère à soupe de sel.

3- De filtrer le tout

4- De récupérer le filtrat dans un tube à essais et de rajouter le même volume d’alcool ménager.

Nos biologistes en action.

Le résultat : une superbe méduse d’ADN dans nos tubes à essais !

Oleg et l’ADN

Après le repas, les ados pouvaient au choix faire une soirée mafia ou loup garou. Ce sont des jeux de rôles d’improvisation qui se jouent en grand groupes, et l’ambiance était vraiment conviviale.

Le maître du jeu en action pour le loup garou.

Notre premier jour complet a donc été agréable, et c’est avec des tas de projets et de questions dans la tête que nous nous endormons ce soir !

Bonne nuit et à demain !

Le 10 juillet 2012

Après le traditionnel forum du matin, permettant de rappeler les règles de vie et l’organisation de la journée, nous avons entamé les choses sérieuses.

3. Phase Approfondissement

En première partie de journée, une chose était sûre : il nous fallait lancer rapidement nos plantations afin de pouvoir tester nos protéodies sur du matériel végétal.

Une protéodie (contraction de « protéine » et de « mélodie ») est une série de notes correspondant théoriquement à un multiple de la fréquence de vibration des acides aminés composant les protéines.
On pourrait donc associer à chaque protéine du corps une mélodie.

L’expérience a déjà été réalisée, et notamment par des élèves de lycée, qui en ont fait leur sujet de TPE. Leur production est une vidéo qui nous a servi de support ce matin.

http://www.dailymotion.com/video/x1...

En bas de cette page, vous pouvez aussi trouver une interview de Joël Sternheimer, le chercheur qui a théorisé la notion d’« onde d’échelle ».
http://plantemusique.webnode.fr/exp...

Après cela, nous avons mis en place notre protocole expérimental :

Nous allons tester l’effet de nos protéodies sur des haricots, qui germent rapidement et Arabidopsis thaliana, l’arabette, qui germent un peu plus lentement.

Pour chaque plante, nous allons réaliser un lot « témoin » qui ne subira pas d’exposition aux protéodies. Un lot de plantes sera exposé à une protéodie stimulatrice, et un autre lot de plantes sera exposé à une protéodie inhibitrice.
Enfin, un quatrième lot sera exposé à une mélodie quelconque.

Nous avons donc préparé les pots et bien humidifié le terreau, jusqu’à l’heure du pic nique.

Durant l’après midi, nous avons fait des jeux en extérieur, par un beau soleil de juillet. Le jeu de l’après midi était un ambassadeur : deux équipes devaient choisir un ambassadeur qui devait leur faire deviner une liste de mots, par questions ou par mimes. La première équipe à terminer la liste remporte chaque manche.

Puis, retour en salle perception pour la suite du projet.
Tout d’abord, nous avons planté nos graines.

Nous avons appris à utiliser le logiciel Fruity loops, afin de composer nos protéodies. La séquence en acides aminés d’un récepteur des gibberrélines, une famille d’hormones nécéssaire pour la germination a été choisie.
Sur la base du tableau de correspondance acides aminés/ notes, nous avons composé notre première protéodie stimulatrice.


Demain, nous composerons la protéodie inhibitrice et mettrons en place un dispositif pour faire écouter ces mélodies à nos graines.

Après le repas du soir, l’un des animateurs a organisé une soirée danse. Beaucoup des adolescents se sont pris au jeu et l’ambiance était festive dans la salle commune.

Tout le monde a ensuite regagné sa chambre, pour une bonne nuit de sommeil.

A demain !

Le 11 juillet 2012

La journée a commencé par un petit forum.
Ce matin, nous avons composé la protéodie inhibitrice de la germination. Pendant que Florence créait notre musique, les autres ont arrosé les plantations et fait quelques recherches complémentaires.

Un nouveau participant, Louis, nous a rejoint sur le projet.

Afin de mieux comprendre la nature du son, nous avons fabriqué un téléphone en utilisant des pots de yaourts et une longue ficelle. Lorsque la corde est tendue, on peut communiquer très distinctement, car les vibrations sonores se propagent tout le long et font vibrer l’air contenu dans les pots, de part et d’autre.

Pour mieux comprendre le principe de résonance, nous avons utilisé un bol de méditation tibétain. Il s’agit d’une coupelle métallique qui produit un son clair lorsqu’on frappe son bord avec une sorte de pilon. On peut ensuite entretenir la vibration indéfiniment en frottant les bords.

Nous avons également réalisé des bases nucléiques en papier calque pour mieux comprendre l’interaction des brins d’ADN dans la double hélice.

Après le repas de midi, nous avons proposé aux adolescents des jeux d’extérieur, un match d’improvisation et la préparation d’une soirée casino pour eux et les plus petits.

L’après-midi à été consacré a la mise en place du dispositif sonore.
Nous avons réalisé un schéma précis des lots de plantes à exposer à chaque musique.

En plus de cela, nous avons mesuré les paramètres de nos cultures : température, pression atmosphérique, luminosité, hygrométrie. Tous les jours, ces données seront collectées dans un tableau prévu à cet effet.

Après le repas du soir, tout le monde a pu profiter de la veillée casino organisée par les petits dans la grande salle. Black jack, roulette et yams étaient au rendez-vous.

Toutes les bonnes choses ont une fin, et le soleil se couche une nouvelle fois sur le centre de vacances du Fau dans le Vercors !

Bonne nuit et à demain !

Le 12 juillet 2012

Le réveil de cette journée s’est fait pour la majorité des ados à 7h30 (heure locale). Nous avons pris notre petit déjeuner entre 8h et 8h50. A 9h30 le forum a eu comme sujet : des débats autour du séjour (remarques positives et négatives) pour permettre une meilleure entente, ensuite chacun a retrouvé son camp et commencé ses activités.
Programme de la journée en biotech’ :
Nous avons commencé les activités en petits groupes de deux.
Le premier groupe était chargé de transférer dans 5 mp3 différents : les musiques stimulantes et inhibitrices des graines.

Note de l’animateur :
Nous avons choisi de réguler par des protéodies, une protéine réceptrice des gibbérélines, qui sont des hormones impliquées dans le processus de germination. Si les protéodies fonctionnent réellement, on s’attend à ce qu’il y ait une germination tardive pour les plantes « inhibées » et une germination normale, voire précoce, pour les plantes « stimulées ».
Nous avons également composé une protéodie sensée réguler une protéine permettant l’entrée d’eau dans la graine, lors de la germination. Les résultats théoriques attendus sont globalement les mêmes.

Pour chaque protéodie, nous réalisons l’expérience sur des plants de haricots et des plants d’Arabidopsis thaliana. En plus, nous avons des plants témoins. Les adolescents ont également choisi d’exposer des pots aux « Quatre saisons » de Vivaldi.


Le deuxième groupe était chargé de mettre en place les dispositif pour que l’expérience soit opérationnelle (matériel : chronomètre afin de respecter la durée d’écoute des plantes, une petite serre en bois et des plaques de polystyrène adaptées pour isoler les pots contenant des graines de haricots et d’arabette (Arabidopsis thaliana) , mais nous, nous l’appelons chou car elle fait partie de la même famille : les brassicacées.

Le troisième groupe a relevé les paramètres physiques quotidiens, (pression atmosphérique, température, humidité, heure, conditions météorologiques, luminosité.)

A la fin de la matinée, le protocole expérimental était au point, le dispositif était en place.

Demain, nous commencerons à exposer nos plantes aux protéodies.

Apres le déjeuner, nous sommes allé avec tous les autres camps ados à Monestier-De-Clermont faire du shopping et découvrir la ville.
La majorité du groupe a fait des achats de bonbons (surtout de chamalos) et d’opinels, en prévision de la veillée « feu de camp » en forêt. Pendant ce temps, une autre partie a préféré se promener sur les sentiers autour du village.





Après le repas du soir, les adolescents ont tous participé au ramassage du bois pour le feu de camp. La veillée a commencé dans les environs de 20h et s’est terminée à 23h. Des animateurs avaient ramené leur guitare et nous avons appris des chansons. Nous avons mangé des marshmallows grillés tout au long de la soirée. Nous avons beaucoup apprécié cette veillée qui était très conviviale et très originale. Nous avons ensuite regagné nos chambres et nous nous sommes endormis.


De Yannick, Paloma et Paul

4. Le Projet de Recherche

Lors de ce projet de recherche, nous allons donc tester l’influence de la musique sur la croissance des plantes. Pas n’importe quelles musiques : les protéodies.

4.1. Observations et travaux antérieurs

Les travaux de Mr. Joël Sternheimer, physicien et musicien, suggèrent que l’on pourrait surexprimer des protéines dans les organismes vivants en leur faisant écouter de la musique.
En effet, il a pu mesurer que chaque acide aminé, lorsqu’il s’incorporait à une protéine au cours de la synthèse protéique, vibrait à une certaine fréquence lui étant propre. Cette fréquence varie en fonction des propriétés de chaque acide aminé. Il en existe 22 différents, dont certains sont plus gros que d’autres.
Cette vibration se propage dans la cellule, sous la forme d’une onde qu’il appelle « onde d’échelle ».
Ce phénomène est détaillé dans ses publications. En 1992, il dépose un brevet pour un « Procédé de régulation épigénétique de la synthèse protéique ».
Si on prend un multiple de la fréquence originelle de vibration de l’acide aminé, on peut tomber sur une note de la gamme audible.
Sa théorie suggère que le fait de faire écouter l’équivalent sonore de la séquence en acides aminés d’une protéine à une plante entraînera sa surexpression. Inversement, prendre une fréquence qui ne correspond pas à l’acide aminé souhaité provoquerait une réduction de la production de la protéine. Il a ainsi obtenu un tableau de correspondance entre les notes et les acides aminés, recensant des fréquences stimulatrices et des fréquences inhibitrices.

De nombreuses banques de données sur internet recensent les séquences protéiques pour tout une série d’organismes, de la bactérie à l’homme, en passant par les plantes.

Le test a été réalisé par des élèves d’un lycée à Belfort. En créant une protéodie permettant de théoriquement surexprimer l’auxine, une hormone permettant l’élongation cellulaire chez les plantes, ils sont parvenus à obtenir des résultats significatifs en l’espace de deux semaines. Leur vidéo de TPE nous a servi de référence en terme de temps d’exposition quotidien à la musique.

Une expérience très impressionnante a été réalisée en Afrique sur des tomates : en créant une protéodie pour le gène TAS14 (tomato anti sécheresse), les chercheurs sont parvenus à multiplier les rendements des pieds par un facteur 20 !

Enfin, la société Genodics, créee en 2008 s’est lancée dans la protection des parcelles en utilisant la musique, une technique non invasive. Entre 2003 et 2011, des tests sur des vignobles de la France entière ont été effectués en utilisant une protéodie destinée à enrayer la progression de l’ESCA, une maladie provoquée par des champignons parasites de la vigne. Ils ont constaté un recul de la mortalité chez les vignes concernées de près de 70% !

4.2. Problématiques et Hypothèses

Problématique globale : Pourrions-nous développer des techniques de culture non invasives et non polluantes ? Des solutions durables à l’augmentation constante de la population mondiale ?

Problématique de l’été : les protéodies sont-elles réellement capables d’influencer le développement des plantes en inhibant ou en stimulant la production de protéines ?

Problématique de la quinzaine : en choisissant des protéodies ciblant des protéines en relation avec le processus de germination, est-on capable d’influencer le délai de germination des graines, ainsi que les premières phases de croissance ?

Nous avons choisi deux protéines à tester :
Une aquaporine, permettant l’entrée de l’eau dans la graine lors de la germination.
Un récepteur des gibbéréllines, hormones permettant de déclencher la germination.

Nous nous attendons logiquement à ce que les protéodies stimulatrices provoquent une germination précoce, tandis que les protéodies inhibitrices provoqueraient une germination retardée.
Pour des plantes normales sans musique, on s’attend à un délai de germination normal.

Le 13 juillet 2012

Après nous être levés et avoir petit déjeuné, nous avons commencé le forum comme tous les matins depuis le début du séjour, comprenant les mêmes sujets ( avis sur les activités Extra-scientifiques de la journée d’hier et de celles du jour, et de la veillée, casses de matériel..)
Ce matin en Biotech, nous avons :
– fait un récapitulatif sur les expériences
– fait des observations microscopiques sur des lames préparées à l’avance de plume, d’écailles de poissons rouges, de pattes d’abeillles, etc...
– regardé des vidéos explicatives sur le passage de l’ADN aux protéines dans la cellule.
– certains ont aussi réalisé et coloré des lames d’observations avec des épidermes d’oignons.
– Appris les différentes parties du microscope et la distinction entre un shéma et un dessin d’observation.



Ayant mangé, nous avons commencé l’activité Extra-Scientifique : préparation de la BOUM !
Quelques adolescents aidaient des animateurs. Ils s’occupaient de la playlist, d’autres de la décoration de la salle ( les affiches en noir et blanc, des guirlandes, des boules en aluminium... ) le tout en dansant sur de la musique choisie !
D’autres ont préféré préparer une chorégraphie à l’aide d’un animateur (Laurent) pour le spectacle organisé pour les plus jeunes.
Mais certains ont opté pour une petite promenade au bord de la rivière pour ensuite s’y baigner.
Puis, l’activité Extra-scientifique finie, nous avons démaré l’activité Scientifique. Nous avons commencé par mesurer les paramètres physiques quotidiens de nos plantes, puis nous avons mis de la musique à ces dernières. Pour finir, nous les avons arrosées.

Pressés d’aller à la Boum, nous sommes vite allés manger (des pâtes à la carbonara) pour ensuite se préparer et se faire beaux. Après la boum des petits, notre feu d’artifice a été lancé. Les plus jeunes étants couchés, nous sommes montés dans la salle pour danser !


2 heures après, la Boum terminée, nous avons rangé la salle pour ensuite aller dormir.

Par Lola et Paloma.

4.3. Expériences

Pour nos expériences, nous choisissons deux types de plantes :

L’arabette des dames (Arabidospsis thaliana), qui est une plante modèle en laboratoire. Elle est petite, à un cycle de développement rapide (8 semaines), et elle possède un petit génôme (5 chromosomes), entièrement séquencé.
Son utilisation est d’autant plus intéressante que les résultats obtenus chez elle sont transposables à des plantes d’intérêt économiques de la même famille (Brassicacées), telles que le chou, le colza, la moutarde, le raifort...

Le haricot vert de jardin (Phaseolus vulgaris), qui est une plante alimentaire fréquente dans nos potagers et qui germe extrêmement vite en temps normal.

Voici notre protocole expérimental :

Protocole expérimental
Lot témoin (sans musique)Lot de plantes exposées aux quatre saisons de VivaldiLot de plante exposé à la protéodie stimulatrice de l’aquaporineLot de plantes exposé à la protéodie inhibitrice de l’aquporineLot de plantes exposé à la protéodie stimulatrice du récepteur aux gibbérellines Lot de plantes exposé à la protéodie inhibitrice du récepteur aux gibbéréllines
Arabettes (environ 100 graines par pot) 5 pots 5 pots 5 pots 5 pots 5 pots 5 pots
Haricots (1 graine par pot) 5 pots 5 pots 5 pots 5 pots 5 pots 5 pots

Le 14 juillet 2012

Aprés le petit déjeuner, comme chaque jour, nous avons eu un forum, ou nous avons parlé de la très bonne soirée de la veille, et des projets à venir (comme des sorties au lac du Monténard ou encore à l’Acrobranche).

Nous avons enchainé avec l’activité scientifique ; aprés avoir fini nos observations microscopiques (commencées hier), nous avons débattu sur le thème suivant : Les OGM. 

La majorité du groupe n’était pas favorable à l’utilisation des OGM dans la vie quotidienne (comme un produit d’alimentation) mais nous avons reconnu que d’approfondir ces recherches de manière intelligente pourraient entraîner des avancées importantes pour la science, notamment dans le domaine de la santé.

Note de l’animateur : OGM signifie « organisme génétiquement modifié » et ne se réfère pas forcément aux plantes modifiées que l’on cultive dans les champs, ce qu’ils ont bien compris au cours du débat. Le but du débat était de les faire s’interroger sur les conséquences de la modification génétique, bonnes ou mauvaises. Le débat a dérivé sur la morale et l’éthique, qui en vérité est la seule frontière entre la connaissance et ce qu’on en fait.

Après le déjeuner, le directeur nous a fait un petit discours pour remettre au clair les règles de vie.
Durant l’activité extra-scientifique de l’après-midi, les animateurs nous ont donné le choix de partir faire une petite randonnée dans le Vercors (jusqu’à une passerelle) ou de faire un Sagamore (jeu sur le principe d’un « poule renard vipère », en un peu plus compliqué).

Pour finir l’aprés-midi, nous sommes retournés à nos plantes : tandis que certains leurs faisaient écouter de la musique, d’autres étaient chargés de mesurer les paramètres atmosphériques quotidiens.

La veillée du soir était une soirée cinéma. Le film que nous avons choisi a été projeté sur le mur de la grande salle, et tout le monde était captivé !

Par Florence et Louis.

Le 15 juillet 2012

La journée du dimanche est traditionnellement consacrée à la randonnée.
Les chambres ont été lavées, de même que le linge de tous les adolescents qui en avaient besoin. En trois grands groupes, les adolescents sont tous partis explorer les sentes du Vercors. Chaque groupe a pic-niqué sur le trajet, dans des endroits magnifiques. Le point d’arrivée était le futur centre de séjours d’Objectif Sciences, à Luz-La-Croix-Haute. Les premiers arrivés ont préparé un immense feu de camp en attendant les retardataires.
En début de soirée, nous avons apporté la nourriture : saucisses à griller, pomme de terre, bananes et chocolat.

En exclusivité, la formidable recette de la « banane au feu » :

1- Prendre une banane et quatre carreaux du chocolat qui vous plaît le plus.
(Personnellement je recommande le chocolat au lait et aux noisettes.)
2- Planter les carreaux de chocolat tout le long de la banane, en perçant directement la peau.
3- Faire cuire la banane sur une grille, au dessus de bonnes braises bien chaudes.
4- attendre que les carreaux de chocolat soient bien fondus à l’intérieur et manger à la petite cuillère.

Cela évite de mettre de l’aluminium, en mettant directement l’enveloppe de la banane à profit comme papillote : c’est meilleur pour la santé et pour l’environnement, et c’est excellent après une randonnée !

Après le repas, Maxime, un animateur, a rassemblé les adolescents autour du feu pour quelques contes dont il fallait trouver la morale. Puis il y eut des morceaux de guitare, des chants, et toutes sortes de discussions.

Petit à petit, tout le monde est allé se coucher. Les uns à l’intérieur du bâtiment sur le site, dans lequel on avait installé des matelas, les autres à l’extérieur, à la belle étoile et auprès du feu. Ce fut l’occasion d’apprendre le nom de quelques constellations et de profiter de la formidable nuit étoilée.

Le 16 juillet 2012

Lundi matin : réveil au coin du feu de camp, dont il ne restait que les braises. Les premiers levés sont allé chercher du bois, et le feu est vite reparti.
Nous avons pris le petit-déjeuner tous ensemble autour du feu.
Après avoir remballé toutes les affaires et les sacs de couchage, nous avons organisé une longue chaîne depuis le ruisseau qui longeait notre campement, afin de se passer de l’eau pour éteindre le feu rapidement.
Les retours au centre de vacances du Fau se sont fait progressivement en minibus. Pendant que certains rentraient, les autres jouaient au tarot pour patienter, ou au frisbee.

Une fois tout le monde de retour, nous avons déjeuné au centre et organisé un temps calme l’après midi. Les adolescents avaient également pour mission de reprendre leur habits propres, et de remettre des draps sur leurs lits respectifs. Au cours de l’après midi, ils se sont tous réunis pour discuter des activités qu’ils souhaitaient nous voir organiser pour cette semaine.

Les activités scientifiques ont repris normalement, et nous avons exposé nos plantes aux protéodies, comme chaque jour.
Nous avons également jeté un coup d’oeil aux plantes récoltées le premier jour : elles sont désormais sèches et n’attendent plus qu’à être incorporées dans un herbier. Ce sera l’occasion de voir les règles standard utilisées pour annoter des plantes dans un herbier. Il faut en effet y faire figurer une série d’informations dont le nom latin, le nom vernaculaire, le lieu et la date de prélèvement etc...

Louis étant parti ce matin, il y a, à nouveau 6 participants sur le séjour « Biotech’ connection ».

Avant le repas, une grande partie de « Dixit » a été organisée pour les volontaires. Ils s’agit d’un jeu où il faut faire appel à son imagination.

Le soir, à la demande générale, nous avons organisé un rallye chocolat. Le principe est assez simple : en cercle, chaque joueur lance un dé géant en carton, tour à tour. Le premier qui fait un 6 gagne le droit de gagner le milieu du cercle, où se trouve une tablette de chocolat. Il doit enfiler un costume, puis découper le chocolat carreau par carreau pour pouvoir le manger. Le but est d’être rapide, car pendant ce temps : le dé continue à tourner !

Les plus chanceux ont été ravis de déguster le chocolat que nous leur avons ramené !

Tout le monde est ensuite allé se coucher. Les plus hardis ont pu rester dehors et observer Saturne, et quelques belles étoiles grâce au téléscope du centre. Le ciel étant parfaitement dégagé, la nuit était propice à un petit cours d’Astronomie.

Bonne nuit, et à demain !

Le 17 juillet 2012

Aujourd’hui, comme tous les jours : forum ! Un petit bilan des activités passées et à venir à été réalisé.
Pendant l’activité scientifique, nous avons écrit au tableau toutes les activités et notions acquises au cours de la semaine passée. Grâce à ce petit « brainstorming », nous avons préparé le plan et les idées pour la retransmission. Ceci nous a permis d’évaluer la somme de travail qu’il nous restait cette semaine, ainsi que la direction à prendre pour rendre compte au mieux des objectifs du séjour.
Suite à cela, nous avons débuté un débat sur le thème de la « Bio attitude », qu’ils devaient préparer avant, ceci afin d’avoir des arguments en accord et en désaccord avec ce mode de vie.

Le débat a été réellement constructif et leur a permis de s’interroger sur le « Bio ». Qu’est ce que le bio ? Le bio respecte-t-il nécessairement l’environnement ? Tous les labels « bio » le sont-ils réellement ? Peut-on rendre l’ensemble des cultures mondiales « bio » au détriment des rendements, alors que la population mondiale ne cesse d’augmenter ? Un OGM peut-il être bio ?

Toutes ces questions et bien d’autres ont été soulevées.
La problématique mise à part, ils ont pu s’entraîner à énoncer des arguments et à les défendre. Cet exercice sera d’une grande aide pour la retransmission orale du séjour.

Après le repas, nous sommes partis en sortie.

Entre Clelles et Mens, nous avons visité le parc « Terre vivante » dans lequel on peut visiter des jardins écologiques ainsi que des expositions sur la construction durable, dans le respect de l’environnement. En raison de la diversité des plantes et des insectes sur place, nous avons pu faire quelques rappels systématiques. Le cadre était sublime et la visite guidée très intéressante.

De retour au centre, nous avons empiété sur le temps libre pour réaliser notre exposition quotidienne des plantes à la musique.

Après le repas, les adolescents ont décidé de refaire une soirée cinéma. Le week end camping en a fatigué plus d’un, et une soirée film est l’occasion rêvée de passer un moment tranquille pour récupérer.

A la fin du film, tout le monde au lit !

Bonne nuit et à demain !

Le 18 juillet 2012

Ce mercredi étant le jour de congé de l’éducatrice scientifique du séjour Biotech’connection, les apprentis scientifiques avaient au tableau une liste de choses à faire. Afin de s’exercer à l’observation microscopique, ils avaient pour mission de récolter du pollen et de l’observer au microscope. D’autres avaient pour mission de réaliser un diagramme floral, grâce à une fiche pédagogique pré-établie. Après le forum, ils se sont donc organisés pour remplir toutes leurs tâches.

Note : les documents « supports » du séjour seront placés en fin du journal de bord.

L’activité extra-scientifique de l’après-midi, en raison du beau temps, fut une grande bataille d’eau sur le terrain du centre de vacances.

Pour finir les activités scientifiques de la journée, ils ont exposé les plantes à nos protéodies, et les ont arrosées. Lola et Paloma ont également commencé le diaporama pour la retransmission. Maxime, une autre éducateur scientifique en a profité pour leur proposer quelques rappels sur la botanique. Jérôme lui, leur a explicité en détail les mystères du tableau périodique des éléments, afin de mieux comprendre les lois qui régissent l’interaction entre les molécules, et la nature des liaisons hydrogène qui permettent aux acides nucléiques de tenir ensemble.

Le 19 juillet 2012

Aujourd’hui, il faut passer aux choses sérieuses. Nous commençons l’analyse détaillée des résultats de notre expérience. Les haricots, malgré nos espérances n’ont pas germé. En raison d’un arrosage trop important, sans doute, ils ont tous pourri dans les pots.
Toute notre analyse se basera donc sur les pots d’Arabidopsis.

Pour chaque condition, nous avons choisi de prélever 30 plantes, de façon aléatoire. Pour chaque plante, nous allons mesurer la taille de la tige, de la racine et la surface des feuilles. A la loupe binoculaire, nous allons également observer la morphologie de ces plantes.

Oleg a réalisé de superbes dessins d’observation.
Les autres continuent leurs recherches et leurs mesures, afin de préparer au mieux le diaporama et les retransmissions.

Après le repas de midi, tout le monde s’est retrouvé pour un départ vers le Parc Aventure du Trièves, le plus grand de France. En plusieurs groupes, les adolescents ont affronté les ponts, les plate-formes, les cordes et les tyroliennes installés sur des centaines de mètres carrés.

Le clou du spectacle : la piste violette et ses deux tyroliennes d’une cinquantaine de mètres qui traversent le lit d’un torrent, avec en prime une vue imprenable sur le Mont Aiguille.

Pendant ce temps au centre de vacances, les adolescents qui n’ont pas voulu participer à l’accrobranche préparaient la Boom du lendemain soir.

De retour au centre, les uns terminent leurs activités scientifiques, les autres préparent la veillée du jour : un quizz musical géant en trois équipes.

Après le repas, démarrage de la veillée, justement.
Trois équipes : « Les Beaux-gosses », « Les somaliens » et « Les poissons rouges » avaient pour mission d’identifier le nom et l’interprète de plusieurs chansons, le plus rapidement possible. Pour départager les équipes (qui avaient toutes une grande culture musicale), des défis musicaux leur étaient proposés. Au programme : concours de chorégraphie et de chant, en playback et a cappella.
L’équipe des « somaliens » a remporté la victoire haut la main !
Pour finir la soirée, les adolescents ont pu chanter tous ensemble sur un karaoké avant d’aller dormir.

Bonne nuit, et à demain !

Le 20 juillet 2012

Après le forum, qui nous a permis de déterminer l’ordre de passage des adolescents de chaque programme pour la retransmission de demain, certains sont partis au lac du Monteynard pour faire de la voile. Le groupe des Biotech est resté au centre. Ce matin, nous avons fini nos mesures et nos observations sur chaque lot de plantes. Toutes les données ont été rassemblées dans des tableaux excel et transformées en diagrammes qui nous serviront de support pour l’analyse des résultats.

4.4. Résultats

4.5. Interprétation - Ouvertures - Conclusions

4.6. Bibliographie

Le 21 juillet 2012

La dernière journée commence sur les chapeaux de roues ! En effet, il s’agit d’être prêts pour la retransmission. Pas de forum ce matin, mais un rassemblement de toutes les affaires, une série d’inventaires et un bon coup de balai dans les chambres. Tout le monde s’en va demain et les valises doivent être bouclées au plus vite afin de terminer la préparation des retransmissions.

A 10h, c’est le début de l’activité scientifique. Nous avons finalisé le diaporama que nous utiliserons comme support. Nous nous sommes répartis les temps de parole puis entraînés à l’oral. Beaucoup de parents seront là pour nous écouter cet après-midi et il faut se préparer au mieux à toutes les questions qu’ils pourraient nous poser.

Après le repas, c’est l’installation dans la grande salle. Pendant que les petits préparent leurs stands et leurs affiches, nous nous assurons de notre ordre de passage et du fonctionnement de notre diapositive sur le projecteur de la grande salle.

Nous avons également sélectionné des pots pour chaque condition, que nous avons placé dans la serre, ceci afin de montrer au public l’organisation de notre dispositif, et les résultats les plus probants.

5. La retransmission

En début d’après midi, les parents circulent librement dans les stands des petits. Après l’heure du goûter, tout le monde s’installe pour cette grande retransmission.

Dans la grande salle, un rétroprojecteur et des rangées de chaises ont été installés afin de permettre à tous les visiteurs d’assister à la retransmission.
La tension est à son comble lorsque la présentation de Biotech commence, juste après les séjors « Paradiseae » et « Mystère des hautes vallées » mais toute l’équipe s’en sort à merveille. Pour certains, c’est la première fois qu’ils se trouvent confrontés à un public de cette envergure : parents, enfants, adolescents, éducateurs... ça en fait du monde ! Voilà qui est plutôt intimidant.
Lorsque la présentation se termine, les questions fusent, mais l’équipe tient bon !
C’est donc avec un immense succès que nos chercheurs en herbe ont réalisé leur retransmission scientifique.

Voici, en exclusivité, le diaporama qui a servi de support à la retransmission :

La retransmission
La version pdf de la retransmission.

Après cette épreuve, tout le monde s’est réuni pour achever la préparation du spectacle des petits. Nous avons créé une scène, un rideau, un espace pour le public, et chacun des adolescents a préparé un sketch, une chorégraphie, une chanson ou un tour de magie.

Le spectacle a débuté après le repas. Pour le plus grand bonheur des petits et des plus grands. Pour clôturer la soirée, un conteur professionnel est venu raconter des histoires aux enfants. Après que les plus petits soient allé se coucher, les grands ont regardé un diaporama de toutes les photos prises au cours du séjour. Bientôt la fin de l’aventure... l’émotion est palpable.

Les adolescents ont eu le droit de dormir à la belle étoile sur le terrain du centre de vacances. La nuit a été courte, mais le jeu en valait la chandelle : le ciel dégagé resplendissait d’étoiles !

Le 22 juillet 2012

C’est le jour du départ. La séparation est difficile pour nous tous, car nous avons vécu une quinzaine riche en découvertes, en expériences et en souvenirs. Pour Yannick, l’aventure continue dans un autre programme. Pour Lola, Paloma, Oleg, Paul et Florence, c’est la fin du séjour de cette année.
Peut-être nous reverrons-nous l’année prochaine, pour la suite de la fabuleuse aventure de la musique et des plantes.

Le mot de l’animateur :
Lola, Paloma, Florence, Louis, Yannick, Oleg, Paul, je tenais à vous remercier pour votre curiosité, votre motivation et votre investissement dans ce projet.
Je vous souhaite à tous une bonne continuation cette année, plein de bons moments et de réussite dans tout ce que vous entreprendrez. J’espère vous revoir l’année prochaine !

Merci à vous tous,
Eléa.

PS : Vous allez manquer à vos plantes, qui va les arroser en votre absence ?
Allez, une dernière photo du Vercors pour la route :

6. Bilan

Avant de nous quitter pour ce séjour, voici les fiches pédagogiques que les adolescents ont pu utiliser, en plus des livres et outils à disposition sur le site.

Elles ont été réalisées par toute l’équipe « Biotech’connection » de cette année : Michela Ion Scotta, Solène Touzeau et Eléa Heberlé.

Les documents
Anatomie végétale, 1.
Une courte fiche pour décrire les différentes parties de la plante.
L’information génétique.
Une fiche pour y voir un peu plus clair en biologie moléculaire...
Morphologie des feuilles
Une fiche pour y voir plus clair et traduire le langage complexe des botanistes.
La photosynthèse
Une fiche pour expliquer le processus de photosynthèse chez les plantes.
Les pigments végétaux.
Une fiche descriptive des différents pigments que l’on retrouve dans une plante.
Diagramme floral
Une fiche explicative : comment réaliser un diagramme floral ?
Le son
Une fiche explicative sur le son, accompagnée de quelques expériences.
L’herbier
Petite fiche explicative sur comment réaliser un herbier.

Eléa HEBERLE, éducatrice scientifique.

Photos / Vidéos

Nos partenaires

Voir également