Séjour Perception - Au temps de nos ancêtres (5 au 19 juillet 2009)

Retrouvez ici les aventures de nos six archéologues en herbe, jour après jour ! Voir descriptif détaillé

Séjour Perception - Au temps de nos ancêtres (5 au 19 juillet 2009)

Retrouvez ici les aventures de nos six archéologues en herbe, jour après jour ! Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Lundi 6 juillet

Pour ce camp nous accueillons Samya (Totem : dauphin), Mathilde (Totem : cheval), Jules (Totem : renard), Adrien (Totem : aigle), Timothée (Totem : chien) et Carla (Totem : écureuil) !

Dès 10h, nous commençons les activités. Il faut alors comprendre le concept « d’archéologie expérimentale » ! Et pour ça, s’imaginer un minimum à quoi pouvait ressembler le monde de nos ancêtres ! Rapidement une discussion s’installe : comment pouvaient vivre les hommes au néolithique ? Et d’ailleurs, c’était quand le néolithique ? Jules a très vite trouvé une définition : l’archéologie expérimentale, c’est faire des hypothèses sur le mode de vie de nos ancêtres, essayer ces techniques, et comparer les résultats obtenus avec les théories.
A partir de là, le débat devient passionné : le néolithique, c’est la sédentarisation des hommes, qui deviennent agriculteurs !
Première étape donc en tant que petits hommes préhistoriques : construire un abri !

C'est parti !

Après avoir choisi l’emplacement idéal (eau pas trop loin - même si on y touche pas, c’est un bon critère- , à l’ombre mais pas trop, terrain plat, pas de cailloux pointus, pas de limaces préhistorique...) on se demande comment construire la maison, avec une seule corde de chanvre. Plusieurs techniques sont essayées, et on apprend de nos erreurs pour faire mieux !





La charpente se fait en premier, puis le toit et un mur. Le temps passe très vite, et il est déjà l’heure de manger ! On quitte la maison en chantier avec regret...
Le retour vers le centre se fait avec prudence : de nombreux prédateurs guettent nos apprentis hommes préhistoriques, et il faut se déplacer en étant invisible et silencieux : difficile en forêt ! On prend tout de même le temps de saluer Davidix et son groupe d’apprentis druides.

L’après midi, avant de retourner à la cabane, nous avons rendez vous avec le deuxième aspect du néolithique : l’agriculture ! Munis de graines de lentilles et de petits pois, plantes cultivées à cette époque. Nous les mettons dans l’eau pour l’après midi, afin de les sortir de leur état de dormance. La plantation se fera plus tard...




En forêt, la cabane avance drôlement bien et nous finissons le dernier mur. Elle sera améliorée au fur et à mesure de la semaine. On pense alors à l’esthétique : préhistoire peut-être, mais confort tout de même ! Un tabouret est installé, le sol est balayé et un petit jardin décoratif avec des fougères est arrangé à l’une des entrées. La petite troupe se montre très créative et organisée !


A 16h, c’est le temps du gouter, puis du grand jeu : aujourd’hui, c’est un Poule-renard-vipère ! Munis de leurs brassards, les poules se mettent en chasse des vipères, les renards courent après les poules, et les vipères se mettent en embuscade pour attraper les renards. C’est heureux mais fatigué que nous rentrons, à 18h, pour une bonne douche bien méritée !

Après le repas du soir, c’est le temps de la veillée : par équipe de quatre, on participe au grand rallye photo de découverte du centre. Sortons nos yeux de lynx pour débusquer les petits détails et aidés par les « habitués » du centre, les sites pris en photos sont rapidement trouvés !

C’est finalement l’heure d’aller se coucher : un conte rigolo sur une petite crevette qui cause des soucis à la chaine balaie les derniers coup de blues et les yeux se ferment bientôt : c’est que demain le programme est riche ! Nous partons avec nos amis les apprentis druides sur les hautes chaumes pour en apprendre plus sur les méthodes de fouilles archéologiques.

Mardi 7 juillet

Nous avions prévu de voir les différentes techniques de fouilles archéologiques ; pour cela il faut marcher dans les hautes chaumes, entre la myrtille et la bruyère, pendant une petite heure. Nous sommes partis avec le groupe des apprentis druides et leur maître Davidix.


Je suis responsable tamis !
Samya et Adrien passent au tamis !
retraite au sec improvisée !

De nombreuses surprises nous attendaient sur le chemin : des fleurs à sentir et reconnaitre, des scarabées, un orvet, des grenouilles, de la laine de mouton accrochée aux graminées... et même une petite taupe qui a surgit devant nous et, apeurée par la lumière, a traversé le chemin à toute vitesse !

Tout se passait donc bien, jusqu’à ce que le temps en décide autrement. Le temps de monter au site de prospection et de se familiariser avec le matériel que la pluie est venue nous surprendre !
Heureusement nous avons pu nous réfugier à l’abri et manger au sec. Nous étions un peu à l’étroit, mais nous avons fait des jeux de cartes (les 7 familles préhistoriques) et nous avons bien rigolé !

Puis nous sommes redescendus au centre en chantant des tas de chansons. C’était chouette, mais nous étions content de prendre une bonne douche chaud en arrivant !

Nous avons fini la journée en réfléchissant à la soirée Duglobulle de demain : il s’agira de créer une petite pièce de théâtre ou nous allons parler d la thématique de notre camp. On a bien avancé, il faudra juste faire les costumes demain !

Enfin, nous avons fait de la poterie car dehors il pleuvait toujours. Nous avons décidé de représenter notre totem et de nous initier a la fabrication de pots. On refera une séance avant la fin de la semaine. En même temps, nous avons réfléchi à la manière dont nos ancêtres préhistoriques ont pu se procurer de l’argile, et comment ils pouvaient la cuire pour faire des objets plus solides. Les poteries ont été très réussies !

Totem écureuil de Carla Totem chien de Timothée
Totem aigle d'Adrien Un serpent d'Adrien
Totem dauphin de Samya Totem dauphin de Samya
Bol... avec Totem renard intégré de Jules L'assiette de Mathilde

Et le Totem loup de Camille !

Mercredi 8 juillet

J’étais en congé ce jour là, ma petite troupe d’archéologue a donc partagé les activités du camp : « Le mystère des grandes collines ». Je suis passé les voir dans la matinée, ils étaient absorbés par une experience permettant de mettre en évidence la présence de calcaire dans une roche. L’après midi, une grande ballade a été organisée et cette fois il y avait du soleil !

Le soir, il y a eu la Veillée Duglobulle, organisée par et pour les petits ; je les ai trouvés très courageux car ils ont préparés leur pièce tout seuls, ils m’ont juste demandé un coup de patte pour les costumes.

Jeudi 9 juillet

Aujourd’hui, Mathilde prend les rênes pour raconter notre journée !

" Aujourd’hui nous avons fait des poteries selon les techniques du néolithique. Nous avons travaillé la « technique du creusé » et la « technique du colombin ». La plus ancienne, celle utilisée au début du néolithique est celle du « creusé », la plus récente est celle du colombin. J’ai préféré la technique du creusé car elle est plus facile et plus rapide, mais avec les colombins on fait des pots plus grands et plus solides.

Bols... Bols...
Bols... Bols...
La belle assiette de Samya !
Le pichet d'eau de Carla Les plats d'Adrien et Jules

L’après-midi nous avons planté nos petits pois dans un jardin et les lentilles dans un deuxième jardin.
Ce sont les graines que nous avions mises à germer lundi, et nous avons fait les jardins nous même.



Après nous avons fait une balade en forêt pour chercher de la terre argileuse, près d’un ruisseau. Nous l’avons mise dans de grandes écorces en forme de récipients. Avec cette argile nous avons fait des traces de nos mains sur l’arbre en face de notre cabane. On voulait modeler un totem mais elle était trop liquide. Nous essayerons demain.

Ensuite, nous avons montré aux enfants du camp Astrologie notre cabane, nos jardins et une ancienne cabane abandonnée que Camille nous avait fait découvrir.
On a même trouvé un baton surprenant : ce sera notre baton magique !

Nous sommes ensuite allés dans le pré tous ensemble, pour faire deux jeux : le bérêt et le poisson pêcheur.

J’ai bien aimé la journée, surtout quand j’ai réussi à modeler en dernière minute un bol en « technique du creusé ». j’ai aussi aimé les jeux, même si je suis tombée deux fois !
La cabane je la trouve bien réussie, parce qu’elle résiste bien à la pluie, avec son toit de brindilles et fougères. Les jardins sont très réussis et j’étais impressionnée par la taille racines des petites graines que nous avions mises à germer !
Ce soir à la veillée, nous allons faire la kermesse préparée par les grands ! "

Vendredi 10 juillet

Ce matin nous avons commencé une maquette d’un village néolithique : construite et enrichie pendant 15 jours, elle sera la synthèse de ce qu’auront appris les enfants sur le mode de vie de nos ancêtres. Le choix du paysage leur a rappelé les contraintes à prendre en compte lors d’un processus de sédentarisation.




Cet après midi tous les enfants de 7 à 9 ans ont participé à une série de grands jeux : loup glacé, loup touche-touche, épervier, chandelle...
Enfin, après le gouter, nous avons commencé à préparer la retransmission de demain : chaque camp présentera sous la forme d’expositions interactives le contenu de son séjour. Les enfants ont décidé d’exposer leurs fabrications de la semaine et de créer des fiches informatives sur les étapes clés du séjour : fabrication d’un abri, de poteries, d’outils, comment faire du feu...avec des schémas et des photos à la clé ! Que des bonnes idées et de l’imagination, voila qui promet un bon moment demain...

Samedi 11 juillet

C’est le jour de la retransmission ! C’est le moment de présenter aux autres camps et aux parents ce que l’on a appris et retenu de la semaine.
Comme hier soir c’était la soirée Boum, on a eu le droit de dormir un peu plus longtemps. Youpi ! Puis on a continué à préparer le stand. La veille, les rôles avaient été répartis et les enfants avaient décidé de rédiger chacun une affiche et de présenter les poteries crées cette semaine. Armés de crayons de couleurs, de feutres, de feuilles A3 et de photos, chacun s’est mis au travail pour recopier au propre son texte, puis coller ses images et schémas.
Je suis vraiment très fière de mes petits loups, ils ont été très calmes et concentrés. Ils ont crées leurs textes et schémas eux-même, et je trouve que le résultat était très bon !
Il y avait donc des affiches sur : la cabane, l’agriculture, les outils, la poterie et enfin la vie quotidienne. Les pots et totem ont été installés sur la table, on a aménagé une petite placette « comme pour faire un feu » : des petites pierres en rond et des brindilles installées en pointe. Le baton magique était évidemment là, et on a aussi présenté les graines de lentilles et de petits pois.
Les enfants, incollables, ont donné des explications sur leur travail pendant deux heures. Une visite à notre cabane a même été organisée pour les parents et amis ! Là aussi, rien n’a été oublié : les deux potager et le jardin à fougères, les sièges en bois, l’espace pour faire du feu, le trou pour conserver les aliments, les espaces vide du toit par où on voit le ciel, mais bientôt « il faudra refaire des expéditions fougères pour reboucher tout ça ! » !





Après la retransmission, c’était l’heure du rangement pour les enfants qui partent à la fin de cette semaine : avec l’impression que c’était hier, on redescend la valise, on sort les habits de l’armoire et on fait l’inventaire... Certains commencent à prendre conscience que le départ est proche ; on est un peu triste, on échange les adresses, on commence à réfléchir pour récupérer le lit du copain qui s’en va...
Un bon repas, et tous se retrouvent dehors pour un grand feu de camp. Emmitouflés dans les polaires, bercés par la chaleur et le crépitement du feu, les enfants écoutent attentivement les contes, mimés en même temps par trois animateurs-improvisateurs ! Le premier conte, celui de la soupe à la crevette, les a fait beaucoup rigoler (« surtout le mime de l’éléphant en colère », et celui « de la vieille femme qui n’aime pas qu’on lui marche sur les pieds » !). Le deuxième était plus calme, il racontait : Pourquoi les chouettes font-elles « hou...hou...hou... ».
Le coucher ne s’est pourtant pas fait attendre : la journée à été riche et demain des enfants doivent se lever tôt pour le départ !

Je voudrais remercier chaleureusement Samya, Mathilde, Jules, Carla, Adrien et Timothée pour cette superbe semaine !

Samya, Mathilde et Jules se joignent à moi pour souhaiter une bonne continuation à Carla, Adrien et Timothée qui nous quittent demain (snif !) ... Mais aussi pour souhaiter la bienvenue à nos trois nouveaux petits archéologues qui vont nous rejoindre pour cette nouvelle semaine !


Dimanche 12 juillet

C’est le grand départ ! Jusqu’à 10h, les enfants partent avec leurs parents. Puis nous partons en grande randonnée toute la journée avec tous les enfants qui restent sur le centre !
Il fait beau et chaud tout comme il faut, on avance d’un bon pas en chansons mais en prenant le temps d’observer les bourdons sur les gentianes ou les papillons peu timides qui s’aventurent sur nos mains...
A midi, nous nous arrêtons pour un repas tiré du sac et une pause de quelques heures. C’était un moment génial ! Une fois les enfants rassasiés, des groupes se sont mis en place, mêlant tous les âges : siestes à l’ombre, papoteries, jeux de balles, petite cabane à l’orée de la forêt... Le temps s’est arrêté pour nous permettre de profiter de cette après-midi de vacances.
La marche à repris et nous sommes redescendus vers le centre. Là les premiers signes de fatigue se sont faits ressentir chez les plus jeunes, et c’est avec plaisir que nous avons rejoins le centre, pour un gouter dans le pré.

A 18h, nous avons fait la connaissance de nos petits nouveaux ! Nous souhaitons donc la bienvenue à Robinson, Adèle et Elvire !
Pour faire connaissance, nous avons organisé des petits jeux avec les enfants de 7 à 9 ans : un téléphone arabe et le jeu de la Fusée ; les enfants choisissent d’emporter un objet avec eux dans une fusée, le nom de cet objet étant en rapport avec leur prénom ou leur nom (selon les règles, à deviner pendant la partie !).

Après un petit conte (c’est devenu une habitude, pas désagréable !), ma petite chambre d’archéologues s’est endormie, et c’est avec impatience que nous allons nous retrouver demain pour débuter les activités de la semaine !

Lundi 13 juillet

Après une première nuit au centre pour nos trois petits nouveaux, nous sommes prêts à retrouver la cabane. Après un tour du propriétaire, le chantier se poursuit : on décide de combler les murs et de renforcer le toit. Les enfants ont même l’idée de construire un petit auvent à l’entrée, et Jules décide de construire un système de récupération de l’eau de pluie pour le jardin. De vrais petits hommes du néolithique !


En cherchant des branches, on fait alors une chouette rencontre : une grosse grenouille qui se balade dans les feuilles, et qui s’apelle Pomepote (pour une raison inconnue je trouve que ça lui sied même bien). On la racompagne jusqu’à la rivière et les enfants sont ravis de la voir plonger et nager !

Le chantier avance très vite, et grace à l’organisation des enfants, nous finissons deux murs avant midi. Comme d’habitude, c’est dur de repartir !

En début d’après-midi, on organise une Gamelle sur le terrain du centre. Les enfants sont plein d’énergie, le temps est magnifique et le jeu se déroule dans la bonne humeur ! Tous les enfants doivent se cacher sauf un, le « chat » qui doit tenter d’apercevoir les autres. Si ils sont aperçus, le chat cours mettre son pied sur une balle au centre du terrain puis donne le prénom des « souris » aperçues. Elles partent alors dans la gamelle... Pour être délivrées, une souris doit taper dans le ballon avant le chat. C’était drolement chouette !

Après un goûter bien mérité, on déscend dans la salle Perception pour mettre à germer nos graines de lentilles de la semaine. Entousiastes, Jules, Mathilde et Samya expliquent tout ce qu’il faut savoir sur la culture de ces plantes au néolithque. Puis il est temps de monter dans les hautes chaumes pour la récolte de... myrtilles ! Mais défense d’y gouter (aaah que c’est dur !), elles serviront à faire de la confiture le lendemain.
Pour beaucoup, c’est la première fois qu’ils cueillent des myrtilles : quelle fête ! Le temps est doux, et nous avons un superbe panorama.





Là aussi, c’est difficile de décoller les enfants du bosquet à 18h ! Mais la récolte est plus que bonne. Nous rentrons au centre avec « des doigts de schtroumpfs », tout colorés de violet !

Pour la veillée, on a organisé un « Time’s up ». Il s’agit de faire deviner à son équipe un mot, par description ou mime. Nous avons eu droit à quelques perles dont par exemple la confusion, dans la lecture du petit papier, entre « Armstrong » et « hamster » !

Mardi 14 juillet

Retroussez vos manches, préparez vos papilles, les petits hommes du néolithique, nos 6 ti’loups, passent en cuisine ! Au menu ce matin, du pain au miel et de la confiture de myrtille !


Bien répartis autour de la table, les petites mains pétrissent la farine et l’eau, faconnent des petites boules puis on ajoute le miel. Cuites au feu de bois, ces petites miches de pain ressortent dorées et croustillantes, et le festin est à son comble lorsque l’on peut tremper des petits bouts de pain dans la confiture encore tiède.

Attention, nous avons aussi uttilisé du miel pour la confiture car le sucre tel que nous le connaissons n’existait pas au néolithique. De même, le pain est sans levain.
On réfléchit à l’alimentation de nos ancêtres ; mine de rien, des reflexions intéressantes sont faites pendant que l’on s’active. Hier, pendant la récolte, Samya a dit qu’elle construirait bien une cabane dans le champ de myrtilles. Bien sur ! On s’établit là où il y a des ressources. Voilà un paramètre auquel ils n’avaient pas pensé au début du séjour, et qu’ils ont maintenant à l’esprit. Même si nous avons résolu le problème rapidement en créant des jardins et donc en mimant une « non-dépendance » des cueillettes. Enfin, il a fallu du temps pour la récolte des fruits, et on ne ferait pas survivre une tribu avec ça ! On prend petit à petit conscience de ce qui a pu traverser la tête de nos ancêtres qui devaient passer la majorité de leur temps à la recherche de nourriture, et comme il est plus confortable d’avoir des cultures à côté de la maison !

Cet après midi, on aborde un autre aspect de la vie de nos ancêtres : l’art pictural. Réparties dans des coquillages, les pigments sont bien sur tous naturels : noir charbon, deux argiles (sombre et claire), terre grise, rouge myrtille ! Pour une fois que l’on peut se salir les doigts, on en profite ! Tout le monde apporte sa touche à la fresque commune qui s’embellit de plus en plus. Cahcun découvre lesdifférentes techniques : animaux, empreintes de main (enpreintes positives ou négatives), crayonné avec le charbon... On essaye les scènes de chasse, des maisons sont représentées... On retrouve de tout dans cette fresque !



Quand la fresque est finie, Samya et Jules s’essayent à la peinture sur écorce et pierre. Les couleurs ne ressortent pas de la même facon... Tout en peignant, on réfléchit à la manière de créer des couleurs stables dans le temps, à la symbolique des dessins, à l’évolution du language et enfin, de l’écriture.

Pour la veillée de ce soir, c’est projection d’un film, puis feux d’artifice ! Le temps est avec nous depuis le début de la semaine et ça nous a permis d’avoir un beau spectacle son et lumière...puisque
les enfants (et les anims...) n’ont pas oublié les chansons pour accompagner les feux !

Mercredi 15 juillet

Comme la semaine dernière, mercredi est le jour de mon congé, je vais donc me baser sur ce que m’ont raconté les enfants et sur ce que j’ai vu en allant les voir de temps en temps. Ils ont rejoint le groupe des du « Mystère des grandes collines » et sont allé à la cabane. Ils ont pu continuer le chantier et prendre un petit goûter sur place. Je les ai retrouvés très enthousiastes quand je les ai retrouvés à midi !
Après manger, c’était l’heure de l’activité de détente. Ils ont pu faire des origamis, et mathilde m’a montré sa petite boite en papier qu’elle avait faite. Puis, de retour avec le groupe du matin, mes petits loups ont préparés la soirée Duglobulle. Je n’étais malheureusement pas là pour les voir, mais j’étais tellement déçue qu’ils m’ont promis de me le jouer à nouveau ! (chouette !)

Jeudi 16 juillet

Grand soleil, lunette-casquette-basquets, repas dans le sac : nous voilou partis aux hautes chaumes, sur le site des Allebasses, pour s’initier aux techniques de prospection. Le temps est superbe, les enfants surmotivés avancent d’un bon pas. L’experience pluvieuse de la semaine dernière est déjà loin ! En un rien de temps nous arrivons sur le site et prenons le temps de manger. Nous sommes rejoins par les ados du camp d’archéologie qui vont passer la journée sur le site. Leurs deux animateurs, Mohamed et Jérome nous montrent comment prélever un échantillon, en relevant sa position à l’aide d’un GPS et en le numérotant précisément. Nous espérons tous trouver des traces de nos ancêtres lointains ! Nous trouvons de jolies choses, même si ce n’est pas celles que nous cherchions : traces de plomb fondu, balles de l’après première Guerre Mondiale (le site des Allebasses était un terrain d’entrainement) mais aussi des cailloux très jolis ! Les enfants ont bien conscience qu’il faut de la chance et de la patience (et aussi un bon regard !) pour trouver des pièces du néolithique, et ils sont tout de même ravis par leurs trouvailles.
Puis il est l’heure de redescendre car nous sommes attendus pour participer aux Olympiades de Prabouré ! Epreuve du Garçon de café, course du Kangourou, à cloche pied, sur les talons... tant d’épreuves qui attendent nos 6 équipes ! L’après-midi se passe bien, dans une ambiance très fair-play et d’entraide, encadrés par les Dieux -et déesses- du stade enveloppés dans leur toge.
Pour notre dernière activité de la journée, nous retournons à l’atelier pour continuer notre maquette. Des maisons sont commencées, ainsi que la cloture pour les animaux. On est tous un peu fatigué, alors on travaille calmement.

Ce soir la veillée est survoltée ! C’est le grand jeu de l’Esperanza (ou le « T’es grillé »...). Les enfants doivent aller mémoriser des dessins et les reproduire sur leur grille vide, mais pour accéder aux modèles, ils doivent se déguiser pour ne pas être réconnus par les animateurs à l’entrée de la salle ! Si ils sont reconnus, ils n’ont plus qu’à changer de costumes. Mais si l’animatuer est incapable de les reconnaître, ils ont quinze secondes pour entrer dans la salle, observer les dessins et les mémoriser. Et c’est parti pour deux heures de fous rires ! Tous les coups sont permis, même si au début on reste assez conformes : on tente de se camoufler sous des manteaux, des combinaisons de ski, des perruques, des lunettes de piscine... Aidés par les animateurs, les déguisements sont plus loufoques les uns que les autres. Mais les vigiles de la salle ont l’oeil acéré et il n’est pas facile de les tromper ! Il faut user de ruse... Tous les coups sont alors permis. On voit même des « éléphants » tenter se présenter à l’entrée, avec trois enfants à quatres pattes sous des couvertures ! Un défilé d’enfants méconnaissables a lieu dans le couloir, et on voudrait tous les prendre en photo tellement c’est réussi.
On doit arrêter la veillée à regret pour ne pas être trop fatigués demain, mais les enfants gardent le sourire jusqu’aux oreilles en montant au dortoir et se racontent leurs bonnes trouvaillesles costumes qui leur ont permis de passer devant les animateurs-vigiles !

Vendredi 17 juillet

Nous commençons la journée confortablement installés en salle Perception, pour une activité de confection de bijoux et outils. Au choix, les enfants confectionnent des perles et des pendentifs, ou taillent des silex.







Après midi, on met en place divers petits ateliers : Loup-garou, chansons, origamis, confection de balles de jonglage, lecture... Les deux heures passent agréablement, puis c’est l’heure du goûter. Juste après, on commence à préparer la retransmission !
Les idées fusent, mais il y a du pain sur la planche ! Chacun se répartit les tâches et fais au mieux pour présenter un joli stand aux parents. Je n’en dis pas plus, je laisse la surprise pour demain ! Tout occupés à leurs couleurs et leurs stylos, les enfants ne voient pas le temps passer et il est déjà l’heure d’arrêter pour aller prendre la douche.

Ce soir, c’est soirée Boum avec pour thème « Le futur » !

Samedi 18 juillet

Pour cette journée de retransmission, nous attaquons les derniers préparatifs le matin. Les affiches sont finalisées et décorées. Puis à 13h, on commence à installer notre petit espace. On installe nos affiches sur le mur, notre maquette, la fresque et tous les objets crées pendant la semaine : bijoux, outils, plantation de lentilles... Mes 6 petits loulou sont vêtus de leur habit néolithique et portent fièrement leurs parures en argile. Ils sont présents pour accueillir les parents et leurs fournissent toutes les informations sur notre camp.
A 15h, nous organisons à l’exterieur une représentation de leur spectacle de la veillée Duglobulle de mercredi ! C’était très drôle.
Puis nous faisons visiter la cabane aux parents. Les enfants sont à la fois exités par la présence de leurs parents, la conscience de passer la dernière journée au centre... On alterne entre jeux et rires, et petits coups de blues...

Le clou du spectacle pour ainsi dire, c’est la veillée d’une heure et demi organisée par les ados. Concerts, magie, intermède « publicitaires » scenetes hilarantes... Tout est là pour nous faire passer une très bonne soirée ! Le slow final arrache quelques larmes aux enfants, pour qui il est l’heure de retourner au lit pour une dernière nuit...

Dimanche 19 juillet

C’est le grand départ pour tout le monde ! Adèle, Elvire et Samya nous quittent très tot ce matin car elles partent avec le bus qui ramène à la maison à 7h.
Robinson étant déjà parti samedi, seuls restent Mathilde et Jules ce matin. Ils sont contents de rentrer à la maison, mais les au-revoirs et les bisous durent tout de même un petit moment !
Je suis personellement ravie des deux semaines passées et remercie mes neufs petits qui ont participé au séjour depuis le début du mois. Merci pour votre enthousiasme, votre curiosité, votre intérêt, vos rires ! Je garde un très bon souvenir de vous, et espère vous revoir l’année prochaine...

Le temps des adieux est passé, et nous devons nous préparer à accueillir les nouveaux sur le centre ! Je souhaite donc la bienvenue à Leslie, Anatole, Adrien et Jean qui vont continuer sur les traces de nos ancêtres cette semaine !
Ils sont bien arrivés sur le centre et la veillée s’est bien passée : des petits jeux calmes ont été organisés pour permettre à tous de faire connaissance et de mémoriser les prénoms.
Demain, la petite équipe commencera les premières activités du séjour !

Nos partenaires

Voir également