PERCEPTION : Au fil de l'arbre (21 juillet-4 août 2013)

Au fil de l'arbre, un séjour mêlant sciences et accrobranche, à la découverte de la flore et de la faune sauvage de la région de la Drôme. Voir descriptif détaillé

PERCEPTION : Au fil de l'arbre (21 juillet-4 août 2013)

Au fil de l'arbre, un séjour mêlant sciences et accrobranche, à la découverte de la flore et de la faune sauvage de la région de la Drôme. Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Bonjour à tous, amis arboricoles. Votre mission, si vous l’acceptez pour ce séjour : comprendre l’ARBRE. Vaste programme, me direz-vous ! A partir d’aujourd’hui, nous partons en exploration de ces grands géants de la forêt. Comment vivent-ils ? A quoi servent-ils ? Tant de questions à résoudre et si peu de temps ! Grimpons-vite, ils ont tant de choses à nous apprendre !

Le Journal de Bord

Dimanche 21 juillet

Aujourd’hui sont arrivés six jeunes apprentis naturalistes pour une aventure extraordinaire au fil de l’arbre.

Au fil de l’arbre, équipe de choc.

Haruhisa, Baptiste, Elie, Samya, Anne et Lucien arrivent des quatre coins du monde pour participer à ce séjour qui promet d’être riche en découvertes et en émotions.
Ce soir là, après une soirée consacrée à des jeux de présentation et de découverte de ce qui sera leur logis pendant les deux prochaines semaines, ils se sont endormis sous le ciel sans nuage de Crupies, dans la Drôme.

Paysage de la Drôme

Lundi 22 juillet

Phase Contact :

La journée commence tôt à Objectif Sciences ! Après une bonne nuit de sommeil, tout le monde part du bon pied pour l’activité scientifique du matin.
Ce matin, nous avons fait un rallye photo. Munis de carnets de notes, de loupes, de récipients de toutes sortes, nos aventuriers se sont lancés dans une série de défis. Le jeu était simple : Après avoir reçu des photos de plusieurs lieux du centre de vacances, ils devaient retrouver leur défi, dissimulé dans le décor et le remplir.

La petite fermette

Le coin feu de camp

Le mur d’escalade


Cette série d’épreuves nous a permis de mesurer l’étendue de leurs connaissances autour de l’arbre, et de leur faire prendre conscience de la grande variété d’arbres et d’espèces vivant autour de l’arbre. Au cours de ces défis, ils ont pu ramener au centre une série d’échantillons de feuilles d’arbres, qu’ils identifieront plus tard. Mais surtout, cela leur a permis de réaliser à quel point l’arbre était important, pour l’homme comme pour l’écosystème. Très tôt, de nombreuses questions émergent : de quoi est composé un arbre ? A quoi servent chacune de ses parties ? Combien d’espèces un arbre peut –il abriter ? Que se passe-t-il en dessous ?

Des naturalistes bien studieux !

Samya et Anne, naturalistes.


Au cours du séjour, c’est à ces quelques questions, et à bien d’autres, que nous allons tenter de répondre.
Après un copieux repas, une heure de pause bien méritée. Certains sortent des jeux de société, d’autres font une sieste à l’ombre. C’est selon l’humeur !

Phase Découverte :

A deux heures, reprise des activités scientifiques. Tandis que les plus grands se lancent dans un grand schéma d’arbre géant (tout de même presque 2m2 de surface !), pour noter l’ensemble de leurs questions et y faire figurer leurs trouvailles tout au long de la quinzaine, les plus petits sont allés chercher des branches pour fabriquer un arbre coopératif, en trois dimensions, que nous garderons dans la salle d’activités et sur lequel ils pourront accrocher leurs idées, leurs requêtes…

L’arbre géant.


La journée était très chaude, et nous n’avons pas avancé très vite, mais inutile de se presser, c’est les vacances ! Qu’à cela ne tienne, nous le finirons demain !
Après un bon goûter, les activités de loisirs ont emmené les enfants aux quatre coins du centre pour des jeux sportifs. Compte tenu de la température : une douche s’impose !
Le repas du soir s’est déroulé tranquillement, à l’ombre d’un platane sur la terrasse de l’accueil de loisirs.

La terrasse, tranquille.

La température baisse un peu en fin de journée et devient agréable. Un petit vent se lève même pour nous rafraichir un peu.
Pour la veillée, les enfants ont été réunis en contrebas du mur d’escalade, pour une veillée scénarisée loup-garou. Un orage menaçant de nous tomber dessus, nous nous sommes réfugiés dans l’auditorium. Nous avons ainsi fini la partie en immersion, ambiance bougie et musique de film.

Rassemblement des ados


A la fin de la partie, tout le monde est tranquillement allé se coucher. Cette première journée ayant été aussi stimulante qu’éreintante, retrouver son lit est un pur bonheur !
A demain pour la suite des aventures !

Mardi 23 juillet

Bonjour à tous, nous sommes le mardi 23 juillet, 2e jour de colo pour nos jeunes aventuriers arboricoles.

Comme tous les matins, après le petit déjeuner, tout le monde est réuni au forum. C’est l’occasion de faire un petit bilan du premier jour. Le groupe se soude, l’ambiance est bonne. Des suggestions et des requêtes émergent pour que les éducateurs puissent organiser des veillées selon les vœux des participants de la colo.

A 10h, activité scientifique.

Phase Découverte :

Ce matin, nous sommes partis à la découverte de la biodiversité. Depuis toujours, les humains ont besoin de classer et de ranger les choses qui l’entourent dans des boîtes. Ce, afin de mieux comprendre et interpréter leur environnement. L’objectif des activités du matin était de prendre conscience de la biodiversité qui nous entoure et d’apprendre à classifier les organismes vivants.
Tandis que Haruhisa, Baptiste et Elie, les plus jeunes, partaient en exploration des environs, avec pour objectif de comprendre à différencier les principaux groupes d’êtres vivants (végétaux, insectes et animaux…), les plus grands, Anne, Samya, et Lucien comprenaient comment fonctionne une clé de détermination. Grâce aux feuilles prélevées hier et aujourd’hui, ils sont parvenus à identifier, classer et nommer plusieurs espèces des arbres des environs, en se servant des livres à disposition dans la salle PERCEPTION, notre salle d’activité dédiée.
Après avoir compris le fonctionnement des clés de détermination, ils ont réalisé des fiches de quelques espèces, pour les recueillir dans un herbier. Quelques exemples sont disponibles en photo ci-dessous.
C’est un travail minutieux qu’ils sont parvenus à réaliser avant l’heure du repas !


Extrait d’herbier (Lucien)


Clé de détermination


Extrait d’herbier (Samya)


Extrait d’herbier (Samya)


Extrait d’herbier (Samya)


Extrait d’herbier (Samya)


















Phase Approfondissement :


Après une heure de temps libre, bien au frais dans les bâtiments, retour à la salle d’activités.
Cette après-midi, nous nous intéressons aux manières de relever la biodiversité autour de l’arbre.
Armés du matériel nécessaire –un peu mystérieux au début de l’activité scientifique, nous nous sommes rendus dans la forêt et avons choisi un arbre au bord d’une rivière asséchée.
Après une brève réflexion sur les manières de relever la biodiversité, voilà ce que nous avons fait :

-  Pour la biodiversité du sol, nous avons utilisé la technique de carottage. Nous avons besoin d’un outil qui s’appelle une tarière pour extraire une carotte de terre. En fonction de la profondeur, nous observons la composition du sol et ses divers habitants.

-  Nous constatons que dans l’endroit choisi pour les prélèvements, l’épaisseur de terre (ou d’humus) sous les arbres est très faible et que nous arrivons très vite en contact avec le substrat rocheux.
Afin de comprendre pourquoi la terre a une si faible épaisseur à cet endroit, les enfants émettent plusieurs hypothèses :

-  Hypothèse 1 : Il y a très peu d’animaux composteurs dans le sol

-  Hypothèse 2 : Les composteurs présents dans le sol ont une très faible activité (en raison du climat chaud et sec par exemple)

-  Hypothèse 3 : Une activité humaine de grande envergure a provoqué un appauvrissement du sol

-  Hypothèse 4 : La forêt est très récente et la couche d’humus n’est par conséquent pas très épaisse, puisqu’elle n’a pas eu le temps de se former.

Nos observations nous ont permis de voir que dans nos relevés de carottage, les racines sont au rendez-vous en grand nombre, en revanche, les animaux composteurs, permettant de transformer des feuilles mortes en humus, sont peu nombreux. Une analyse plus poussée au microscope sera nécessaire pour en avoir le cœur net. Le sol est effectivement très sec, et les arbres les plus vieux dans cette zone ne semblent pas avoir plus de quelques dizaines d’années. Bonne intuition pour nos chercheurs en herbe, donc.
Après le sol, les branches.
Une technique simple et efficace est de tirer un drap tendu sous un arbre, et d’en secouer les branches. Cela s’appelle la technique du « parapluie japonais ». De nombreux êtres vivants peuvent tomber de ces branches.

La technique du parapluie japonais

Aujourd’hui, nous avons surtout collecté des mousses, des lichens, des feuilles ou de petits parasites. Les insectes, en milieu d’après –midi n’étant pas vraiment au rendez-vous, nous sommes parvenus à la conclusion qu’il nous faudrait retenter cette méthode à d’autres horaires plus propices. En début de soirée par exemple.
D’autres techniques sont fréquemment utilisées, plus précises, comme par exemple :

- celle de l’aire standard, consistant à déterminer quelles espèces se trouvent dans une aire géographique de taille donnée.

- celle du fil tendu, qui permet de dessiner une section de flore verticale.
- celle des quadrats, qui permet, sur une surface de décompter des espèces et d’analyser leur répartition sur une aire géographique d’une taille donnée, grâce à un quadrillage prédéfini.

- la méthode des transects, qui consiste à relever la biodiversité le long d’un axe (vertical, horizontal, longitudinal…).
Comme nous n’avons pas eu le temps de les découvrir et de les mettre en œuvre, les plus grands ont préparé, sur des schémas le matériel nécéssaire pour mettre en place ces dispositifs de relevé. Lucien se chargera de la fabrication d’un quadrat, et les filles (Samya et Anne) se chargeront de tester la méthode de la section verticale. Ils ont préparé une liste de matériel pour la construction de ces outils, qui nous serviront pour notre projet.

La chaleur nous ayant repoussé dans notre salle, bien fraîche, Lucien s’est également porté volontaire pour raconter une partie de la journée :
« Le matin, nous sommes sortis pour aller ramasser des feuilles d’arbres et des épines de conifères. Nous avons commencé à les identifier avec des clés de détermination et nous les avons classifiées par noms et caractéristiques.
L’après-midi, nous sommes sortis dans la forêt pour relever des échantillons de terre et d’insectes, que nous n’avons pas trouvé en nombre. Nous avons fait un brainstorming autour de la problématique soulevée par la petite épaisseur de terre constatée dans la forêt lors de relevés d’échantillons. Nous avons émis l’hypothèse que cela était dû à un manque d’insectes décomposeurs. »
Enfin, pour clore la séance, nous avons prévu un protocole de relevé de la biodiversité sur un grand arbre. Lors de la phase projet, nous utiliserons la méthode du transect vertical sur un tronc, couplé à l’utilisation d’un quadrat. Nous relèverons les diverses espèces à plusieurs hauteurs du tronc, du sol jusqu’à la cime. Pour cela nous devons grimper dans l’arbre et une petite leçon d’accrobranche s’impose donc. Nous la programmons donc pour demain matin.

Après le goûter, les plus petits sont allés construire des cabanes dans la forêt, tandis que les ados – divisés en quatre équipes, s’affrontaient dans la construction de totems. Les résultats sont surprenants et artistiques ! Voilà une grande bolée d’air frais pour les neurones après toute l’émulation scientifique du début de journée !

Le totem de l’équipe de Lucien

Après le repas du soir, tous les enfants se sont rejoints dans l’auditorium, pour un grand « Jeu de la vérité ». Six équipes devaient trouver la bonne définition d’un mot –encore inconnu de tous.
Ainsi ce soir, les enfants ont appris les définitions comme « nycthémère », « colonneux » ou « cacographe » !
Si vous ne connaissez pas ces mots… c’est l’occasion d’ouvrir votre dictionnaire !

Le Grand Jeu à l’auditorium

Le jury du « Jeu de la vérité »

A la fin de cette veillée, au lit !

A demain, pour la suite de nos aventures !

Mercredi 24 juillet

Phase Projet

Bien le bonjour, chers lecteurs du journal de bord d’Au fil de l’arbre.

Aujourd’hui est une journée un peu particulière, puisque nous nous rendons pour la première fois dans les arbres, en initiation d’accrobranches, au parc aventure de Marsanne, dans la Drôme. L’objectif de cette journée est de mettre nos participants à l’aise avec la progression dans les arbres, ce qui sera utile pour notre projet de recherche qui comprendra des relevés de biodiversité à plusieurs niveaux dans l’arbre.

Après avoir équipé leurs harnais, et quelques consignes de sécurité, c’est parti ! Ils enchainent échelles, cordes, rondins comme de vrais acrobates. A croire qu’ils ont passé leur vie dans les arbres !

Premières consignes


Aux arbres !

Baptiste, accrobranchiste de talent


La « TREE TEAM »

La « TREE TEAM » en folie


Anna, l’équilibre

Haruhisa, grimpeur de choc


La tyrolienne !

Ohé ! Lucien !


Haruhisa et Asako

Au fil du parcours, les enfants ont compté les différentes espèces d’arbres qu’ils ont appris à reconnaître lors des journées précédentes.

Voici les résultats du décompte sur trois des parcours d’accrobranche :

- Chêne : 10

- Hêtre : 18

- Charme : 2

- Buis : 4

- Cerisier : 2

- Robinier faux acacia : 5

Nous en déduisons qu’il s’agit d’une forêt à climax de chênaie/hêtraie.
Traduction : Le climax désigne l’état d’équilibre idéal atteint par un ensemble sol-végétation dans le cas où il n’est pas ou peu altéré par l’homme. Les hêtres et les chênes sont les espèces d’arbres prédominantes dans notre cas, ce qui est tout à fait différent de la forêt avoisinant le centre Musiflore, puisqu’on y compte des tilleuls et des conifères en grand nombre.

Un parcours très instructif donc, qui nous a occupés toute la matinée. Pour se remettre de nos efforts physiques, nous nous sommes arrêtés au bord d’un cours d’eau pour pic-niquer.

Une minute science s’imposait, puisque nous avons appris à identifier quelques espèces d’animaux vivant autour des cours d’eau, tels que les nèpes (ou scorpions d’eau), les crevettes, les écrevisses de rivière, les larves de demoiselles ou d’éphémères.

Organismes vivant dans la rivière

Après cette parenthèse, nous nous sommes dirigés vers la Vebre, un cours d’eau passant non loin du petit village de Saou, où nous nous sommes baignés tout l’après-midi.

Avec la chaleur qu’il fait aujourd’hui, l’eau fraîche de la rivière était un délice !
Nous étions tellement occupés à profiter de la baignade que nous en avons oublié de prendre des photos pour le Journal de Bord ! Nous en ferons à notre prochaine session de baignade !

De retour au centre, après le repas du soir, tout le monde a pu profiter d’une courte veillée de jeux. Après toutes ces activités tout le monde est assez fatigué. La météo étant clémente… nous passerons sûrement notre première nuit dans les arbres ! Mais pour le savoir, il faudra lire le journal de bord de demain !

Jeudi 25 juillet :

Alors, pour ceux qui mouraient d’envie de savoir :
Effectivement, hier soir, le temps s’étant maintenu dégagé, les enfants ont pu passer une nuit dans le grand tilleul, dans des hamacs à la belle étoile. Toute la nuit, ils ont pu écouter le bruit du vent agitant les feuilles, la famille d’écureuil résidant dans le tilleul, ou les cris sociaux des chauves-souris vivant non loin de là, dans les toits de la petite fermette.

Après quelques appréhensions sur la nature et la provenance des bruits, nos aventuriers s’y sont habitués – la forêt n’est pas si silencieuse qu’on le croit ! Les plus petits ont dormi sur les branches les plus basses, et les plus grands dans les branches hautes, à près de 6m du sol. Rassurez-vous, à 6m, on dort avec un harnais de sécurité ! Aucune raison d’avoir peur de tomber donc !

Dans les arbres

Dans les arbres

Après une bonne nuit de sommeil, ils se sont réveillés, avec en face dans la plaine un magnifique lever de soleil.











Ce matin, lors des activités scientifiques, les grands ont été occupés à découvrir les principales familles de fleurs poussant autour du centre. Pour cela, ils ont appris à réaliser des diagrammes floraux. Les premiers essais sont encourageants !

Pendant ce temps, les petits ont fabriqué des pièges à insectes, que nous avons accrochés sous un résineux et un feuillu, pour comparer les insectes que nous pourrons capturer en 24h. Si le test est concluant, nous pourrons réutiliser cette méthode pour notre projet de relevé de la biodiversité le long d’un transect vertical sur le grand tilleul.

Piège à insectes

Piège sous un feuillu

Piège sous un conifère

Aspirateurs à insectes

A l’heure de la pose du piège, nous avons mesuré la température, la luminosité et l’hygrométrie des zones étudiées.

Sous le feuillu, nous obtenons :
- Température : 24°C
- Hygrométrie : 50%
- Luminosité : 400 Lux

Sous un conifère :
- Température : 26°C
- Hygrométrie : 50%
- Luminosité : 4500 Lux

Cette différence s’explique par le fait que le feuillu a des feuilles ayant beaucoup plus de surface, sur des branches plus ramifiées, ce qui génère ainsi plus d’ombre. Logique.

Encore une matinée prolifique donc.

L’après-midi a été consacrée à une séance de bricolage, puisque nous nous sommes lancés dans la fabrication de cadres en bois pour effectuer des relevés par quadrats, ainsi que d’autres outils de relevé de la biodiversité.
Samya a également terminé notre fameux « arbre à réclamations » pour la salle du programme Perception !

Ceci nous a pris pas mal de temps, et nous devrons finir demain.

Lucien, grand bricoleur

Samya finit l’arbre à réclamations


Anna à la scie !


Samya

Anna


Samya au pistocole

Tout de suite après les activités scientifiques, nous avons rejoint notre point de baignade à proximité du village de Bourdeaux. Nous y avons goûté, nagé, mangé le repas du soir, nous nous sommes rafraîchis et surtout bien amusé !

A, A A LAQUEULEULEU !


Il y a foule au toboggan !


Elie

De retour au centre, pas le temps de faire de veillée, tout le monde était tellement fatigué que personne n’a rechigné à aller au lit ce soir.

A demain !

Vendredi 26 juillet :


Bonjour à tous, chers lecteurs du journal de bord d’au fil de l’arbre.

Aujourd’hui est une journée comme les autres à Objectif Sciences. Petit-déjeuner, rapide rangement des chambres, forum, et hop ! Activités scientifiques !


Ce matin, nous avons continué à fabriquer nos outils de relevé de la biodiversité. Samya et Anne se sont attelées au bricolage, pendant que les plus petits, en compagnie d’Asako, complétaient notre arbre gigantesque pour préparer les retransmissions. Les plus petits ont ainsi appris plusieurs noms d’insectes en français, en anglais, en japonais, et même en russe… hé oui, je vous avais bien dit que nos participants venaient des quatre coins du monde !
A la fin des deux séances, nous avons réussi à produire trois beaux cadres en bois, avec leur quadrillage en fil.


Samya au pistocolle, le retour.

Les filles à la peinture.

Séchage des cadres

Fixation du quadrillage

Et voilà le travail !

Les trois cadres, enfin finis.

Préparation du poster de retransmission.

Préparation de la retransmission.


Ces outils nous permettront d’avancer dans notre projet de recherche !

Au sujet de nos pièges à insectes, rien de bien concluant pour cette journée, malheureusement. Peut-être aurons-nous plus de chance demain.
L’après-midi, à partir de 16h30, à l’heure où la température redevenait supportable, nous sommes allés jouer à la gamelle dans la forêt. C’est une sorte de variante de cache-cache.

La zone à cabanes, notre terrain de jeu.

Après le repas, veillée casino pour tous les enfants ! C’était encore une belle soirée !

Veillée casino.

Veillée casino



A demain pour les retransmissions ! Tous nos jeunes naturalistes auront des tonnes de choses à vous raconter et à vous expliquer !

Samedi 27 juillet :



Bonjour à tous.

Ce matin, nous avons préparé nos retransmissions. Certains parents font le déplacement pour voir le fruit d’une semaine de travail à Objectif Sciences. Nous avons donc monté un très beau stand... mais il nous semble qu’une série de photo vaudra mieux qu’une longue explication.

La table de travaux pratiques !

L’ensemble du stand


Pièges à insectes réalisés par les plus petits

Travaux pratiques pour les visiteurs !


Structure des feuilles, clés de détermination


Le tronc

Les racines


Diagramme floral

Quadrats et relevés


Admirez le beau poster !

On s’affaire à notre stand !


Extraction de chlorophylle par Baptiste

Herbier géant ?


L’arbre à réclamations ! Il est fini !

Bilan de cette semaine : le projet est en place. Nous relèverons la biodiversité le long d’un transect vertical, sur un grand tilleul équipé pour la grimpe.
Cette semaine, les enfants ont compris toutes sortes de choses sur le rôle et le fonctionnement de l’arbre, ont appris comment relever et identifier des insectes, des plantes... et ont généré des outils nous permettant de réaliser ce projet. La semaine prochaine, grâce à ces outils, nous pourrons obtenir nos premiers résultats !

L’après-midi, tous les enfants étaient réunis au frais autour de jeux de société, et ce fut très convivial.

Après-midi jeux de société

Le soir, en six équipes, ils ont pu s’affronter sur un blind test, jeu dans lequel il faut reconnaître des musiques de films/pubs/dessins animés...
L’ambiance était au rendez-vous !

Demain matin, ce sera le moment pour Haruhisa et Elie de quitter le groupe, malheureusement. Nous espérons cependant qu’ils garderont de très bons souvenirs de cette semaine dans les arbres !

D’autres nous rejoindrons, mais ça... vous le saurez au prochain épisode.
Bonne nuit à tous !

Dimanche 28 juillet

Bien le bonjour, amis arboricoles !
A Objectif Sciences, comme ailleurs en France, il est d’usage de ne pas travailler le dimanche !

Aujourd’hui donc, pas d’activités scientifiques de prévues ! Grasse matinée, pour commencer, et randonnée à la découverte du paysage local, pour ceux qui restent, puisque certains enfants comme Samya, Elie ou Haruhisa doivent malheureusement nous quitter.

A l’aventure compagnons !


La Drôme de bon matin


Vestiges dans la Drome


On the road again...
















Après avoir marché une bonne partie de la journée, les enfants se sont réunis autour d’un feu de camp : au menu saucisse grillée, patate au feu, banane au chocolat… du bonheur !

Ce n’est que vers la fin que la pluie, qui débutait, nous a chassé de notre campement. Un bivouac était prévu à la belle étoile, mais il sera reporté à plus tard dans la semaine !

Le feu de camp !


Ah... feu de camp et guitare !










Ce soir, nous accueillons sur Au fil de l’arbre Côme, Eileen, Florelle et Iori, une participante japonaise.
Bienvenus à eux, jeunes naturalistes qui s’apprêtent à vivre une semaine extraordinaire dans les arbres !

A demain pour de nouvelles aventures !

Lundi 29 juillet


Phase Contact bis :


Ce matin, un lapin, à attendu pendant une bonne demie heure que nos jeunes participants, anciens et nouveaux, achèvent leurs forums respectifs, avant de les voir gambader ici et là pour découvrir le centre pour les uns et les nouveaux axes de réflexions de la semaine pour les autres.
Après un épisode de confection de petits livres personnels,
ce fût sous la forme d’un jeu de piste que notre jeune équipe partie à la recherche du roi des arbres, enchaînant indices et rencontres diverses
nos compagnons finirent par rencontrer un lutin qui les alerta sur la santé déclinante du roi des arbres et de certains de ses congénères dont il pourrait être intéressant de relever les indices de leurs pathologies diverses.

Carnet du naturaliste


Lucien’s leaf

Côme et sa feuille

Florelle et sa feuille


Iori et sa feuille

Banc d’échantillons

Eileen et sa feuille


Photo avec lutin

Le lutin et son équipe




La voie était toute tracée pour l’après midi.
Après le repas notre fine équipe se mis alors en route pour une activité de reconnaissance des environs, en s’attardant sur les insectes et les pathogènes rencontrés.

very hard bridge

Easy bridge

Dangerous bridge









Araignée loup + cocon

Beattle

Sauterelle verte











Ainsi que sur le troublant troupeau de puceron réduit en esclavage par une fourmilière sans vergogne.

Ce fût aussi l’occasion de débusquer une larve de cigale qui venait de sortir de terre et qui a mué en une ravissante imago, durant l’après midi.



Larve de cigale (dernier stade)

Cigale adulte














Après ces heures de rigueur scientifique nos jeunes chercheurs ont pu se détendre en groupe par des activités pèle-mêle (et relative à leur tranche d’âge), Zagamore, cabanes, jeux en groupe...


Zagamore

Atelier photo














Après le repas, le temps des veillées, fût consacré aux jeux de société, petits jeux de connaissances, match d’improvisation théâtrale... et dodo.

A demain pour de nouvelles aventures !

Mardi 30 juillet



Bonjour à tous, amis arboricoles.


Aujourd’hui, le soleil est revenu, accompagné d’un bon vent frais tout à fait bienvenu.

Après le forum, nous nous sommes réunis autour du grand tilleul, derrière la fermette de la sorcière, pour la prochaine activité scientifique.
Des membres du séjour « Au cœur des grottes » se sont joints à nous, pour découvrir notre programme avec nous.

Les enfants ont appris à utiliser une tarière, outil permettant de réaliser des carottages dans le sol. Les plus anciens ont pu expliquer aux nouveaux arrivants comment cela fonctionnait.

On admire la force de Côme.



Nous avons également appris à utiliser les quadrats que nous avons construit la semaine dernière.

Le groupe des filles

Le groupe des garçons

Anna et Léane, vraies naturalistes



Mais le plus intéressant, c’est que deux par deux, ils ont appris à nommer les outils, le matériel et les règles de sécurité utilisés en accrobranche – pour pouvoir progresser dans les arbres en toute autonomie.

Y’a quelqu’un là haut ?


On t’attrape Eileen !


Thomas et ses lunettes-caméra. La classe.


Notre matériel vu d’en haut

Non les filles, ce n’est pas comme ça qu’on utilise une échelle.


Anna


Iori, toute équipée !


Ah, la vie est dure.


Je vous vois !


Pause sieste dans les hamacs


Coincée Anna ?


Lucien, d’une souplesse !


Ohé ! Du tilleul !


Léane, grimpeuse d’arbre. Eblouissant.


Ils ont donc pu monter dans l’arbre et commencer à installer un transect vertical, une ligne imaginaire le long de laquelle nous pourrons faire des relevés de biodiversité à intervalles réguliers, ce qui nous permettra de comparer les populations animales et végétales au sol, sur le tronc, sur les branches, vers la cime…

Les premiers relevés, sur un quadrat de 20cm de côté, leur ont permis d’analyser, à 1m du sol, la répartition de plusieurs espèces de lichens et de mousses. D’après leur relevés, on distingue déjà très nettement trois espèces de lichens sur le tronc du tilleul, que nous allons tenter de nommer cette semaine.

Notre matériel vu d’en haut


Florelle, assidue.


Relevé de Léane

Relevé de Florelle



L’après-midi, les plus grands se sont lancés dans la préparation d’un spectacle pour samedi, après les retransmissions, tandis que les plus petits peaufinaient des cabanes dans la forêt.

Le soir, une grande veillée astronomie a été organisée.
Répartis en plusieurs groupes, les enfants ont pu successivement apprendre la course des planètes, l’utilisation et le réglage d’un téléscope, l’analyse des constellations ou encore les légendes qui leur ont donné leur nom. Pour les plus tardifs, une vraie séance d’observation d’étoiles, de nébuleuses, de planètes, ainsi que des cratères de la lune a été mise en place.

Les enfants sont à présents incollables en astronomie ! Ou presque. En tout cas, la soirée a été aussi enrichissante qu’envoûtante.

A demain pour de nouvelles aventures !

Des inséparables



Mercredi 31 juillet



Ce matin, notre groupe est parti à l’aventure dans les arbres. Par arbre, j’entends de VRAIS arbres. De gros chênes, de gros charmes, de gros hêtres... et plus seulement notre tilleul, qui malgré sa taille fait pâle figure à côté de ceux du parcours aventure auquel nos accrobranchistes vont se frotter.

Ils ont à nouveau pu s’essayer à la reconnaissance des différentes essences d’arbres qu’ils ont appris lors des premiers jours du séjour.


Après un copieux pic-nique, l’après midi a été consacrée à la baignade, comme il est de coutume le mercredi. Le temps est radieux, et les pluies récentes ont fait gonfler la rivière dans laquelle nous nous baignons.


Les participants du séjour « Drone connection » nous ont impressionné avec des défis de minikits (petits engins robotisés) flottants. Ils ont mis à flot leur constructions pour faire une course avec.


L’éducateur du séjour « Au coeur des grottes » a fait une démonstration de l’usage de la fluorescéine, un agent colorant très fort qui permet de suivre le parcours de l’eau et son infiltration dans la roche. Rassurez-vous, personne dans l’eau à ce moment, et cette molécule est biodégradable.


De l’autre côté, notre moniteur d’accrobranche, Antoine, a installé une tyrolienne au dessus de l’eau : sensations fortes garanties !


Nous avons pic-niqué le soir au bord de la rivière, face à un magnifique coucher de soleil dans la Drôme...


Puis, nous sommes rentrés au centre, une douche et dodo !

Salutations arboricoles.

Jeudi 1 août



Bonjour à tous amis arboricoles. Aujourd’hui, nous sommes de retour au centre pour faire avancer notre projet de recherche.


Après le forum, nous nous sommes équipés, en vrais grimpeurs, pour continuer d’installer notre transect vertical sur le grand tilleul.


Pendant que certains installaient des quadrats sur le tronc, à différentes hauteurs, d’autres peaufinaient leurs schémas des répartitions de population de lichen.


Grâce à une clé de détermination, nous avons pu reconnaître certaines espèces de lichens très caractéristiques des arbres de notre environnement. Côme est très vite devenu notre expert en matière de lichen, puisqu’il a d’emblée remarqué que les lichens pouvaient être différents entre le niveau du bas du tronc et celui des premières ramifications de l’arbre.


L’après-midi après le repas, nous nous sommes réunis en salle Perception pour une petite réflexion sur l’usage des arbres, du bois... en guise d’illustration, nous avons créé nos propres feuilles de papier recyclé, grâce à la petite presse que Lucien nous a construite le matin même.


Nous aurons le résultat demain, après un bon séchage !


Lors des activités extra-scientifiques de l’après-midi, un grand jeu de l’oie médiéval a été organisé. Quatre équipes se sont affrontées lors d’un grand tournoi en l’honneur du mariage de Sire Alain De Jelevaubien et de Dame Laure Réale. Un grand banquet a eu lieu au soir... mais malheur ! Sire Alain s’est fait voler sa gourmette d’éloquence pendant les festivités !


De petits groupes d’enquêteurs se sont donc élancés dans le centre de loisirs pour partir à la recherche d’indices et pour interroger les personnages, égarés dans la nature.


Après plus d’une heure trente d’enquête et de débats, c’est finalement la sorcière du château qui nous a avoué son forfait. Elle avait dissimulé le médaillon dans son chaudron afin de l’utiliser pour prononcer la formule de l’éternelle jeunesse.


Sire Alain a donc adoubé l’assemblée, qui a pu tranquillement aller se coucher.


Les plus courageux sont allés dormir dans les hamacs sous le grand tilleul.


Salutations arboricoles, et à demain pour de nouvelles aventures.


Vendredi 2 août



Bonjour à tous, amis arboricoles.


L’heure de la fin du séjour et des retransmissions approche à grands pas. Il nous faut donc avancer sur le contenu, et la nature de notre retransmission.
Les plus jeunes, comme à l’accoutumée, vont se lancer dans un grand poster explicatif de leurs activités de la semaine et des connaissances qu’ils ont accumulé.


Pour Lucien, le plus âgé du séjour, il prépare une retransmission sous forme d’un diaporama.


Nous avons bien avancé aujourd’hui, et tout sera prêt demain, pour le plus grand plaisir des parents et des participants des autres séjours.



Or des activités scientifiques, les adolescents se sont réunis pour préparer une boum pour les plus petits, sur le thème du Japon, puisque Asako, notre traductrice japonaise s’est dévouée pour nous faire des sushis.



Les animateurs étaient bien déguisés, et ce fut une boum mémorable !


Après la boum, les ados ont pu dormir à la belle étoile après avoir observé quelques étoiles.


Salutations arboricoles, et à demain pour de nouvelles aventures !


Samedi 3 août



Le grand jour est arrivé, celui des retransmissions !
Nos participants ont créé un poster résumant ce qu’ils ont fait pendant cette quinzaine, ainsi qu’un protocole de fabrication de papier recyclé.
Les objets utilisés pendant la quinzaine ont été montrés au stand des plus petits, et des travaux pratiques ont même été proposés aux plus grands, afin d’identifier quelques espèces de lichens.



Les retransmissions furent enrichissantes, à l’extérieur des démonstrations de vol de drône ainsi qu’une tyrolienne avaient été installés.


Après ces émotions et un bon goûter, les adolescents ont préparé leur spectacle. Au programme : Musique, chant, bricolage et théâtre.


Ce fut une soirée conviviale qui s’est clôturée par une nuit dans les arbres pour certains, à la belle étoile pour d’autres, et dans les chambres pour les plus frileux. Il faut prendre du repos car demain, c’est le grand départ !



Dimanche 4 aôut



Ce matin, tout le monde s’est levé tôt pour plier bagages et libérer les chambres. C’est l’heure pour toute notre petite troupe de rentrer à la maison, après une quinzaine qui, nous l’espérons leur restera en mémoire.



Lucien, Anna, Iori, Baptiste, Eileen, Florelle et Côme, merci à vous, et à bientôt !



Rendez vous l’année prochaine !





Photos / Vidéos

La petite fermette

A la recherche de l’indice du potager

Le goûter

Anna, suréquipée

Nos partenaires

Voir également