Les secrets de la forêt du 16 au 23 Aout

4 enfants, de 10 à 12 ans vont découvrir les secrets de la forêt et étudier la microfaune des divers placettes d'études. Voir descriptif détaillé

Les secrets de la forêt du 16 au 23 Aout

4 enfants, de 10 à 12 ans vont découvrir les secrets de la forêt et étudier la microfaune des divers placettes d'études. Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Le mot de l’anim’
Accompagné de 4 jeunes scientifique en herbe (remarquez le jeu de mot avec la nature), nous allons tenter (entre autres choses) de déterminer les différences dans la microfaune entre plusieurs placettes de milieux différents : prairie, forêt, clairière en forêt et écotone.

Chaque jour, vous pourrez suivre l’avancement de leurs découvertes et découvrir leurs trouvailles sous la forme d’un cours texte et de photos.

Dimanche 16 Aout

(par Xuan)
On est arrivé au centre dans l’après-midi et on a fait nos chambres et des jeux. Après on a mangé. Pendant la veillée, on s’est dit nos noms et on a esssayé d’apprendre un maximum de choses sur nous.

(par Tristan)
A la veillée, on a fait un jeu des anectotes pour apprendre à se connaître et savoir nos prénoms

Lundi 17 Août

(par Jean-Ewem)
Ce matin je suis allé dans la forêt observer la vie animale et reconnaître les arbres et l’anim’ a répondu à nos questions sur différents propos.
(par Xuan)
En forêt, nous nous sommes bandés les yeux et nous avons essayé d’imaginer un arbre par simple toucher. Nous nous sommes promener pieds nus sur les feuilles et la mousse. Nous avons vu un crapaud et des insectes sur la casquette de Miroslav (l’animateur). Nous avons regardé les animaux de la rivière et les 2 espèces dangereuse du bois de Prabouré (la digitale pourpre et l’amanite tue mouche). Nous avons une sorte de grosse bête en sorte de guêpe dont nous ignorons le nom et nous n’avons pas pu photographier. Nous avons essayé d’attraper un crapaud mais il s’est échappé.

Le mot de l’anim’
Ce matin, nous sommes descendus marcher dans la forêt. Mon but ; leur faire découvrir la forêt autrement, en utilisant les cinq sens. Nous avons donc -de façon contrôlée !- bravé les interdits habituels pour rendre plus vivante cette visite. Nous avons dévalé la pente en roulant, marché pieds nus dans l’humus et touché les écorces avec la pante des pieds. Nous avons pris les arbres dans les bras, senti chacune des choses de la forêts et regardé les petites bêtes à la loupe. Nous nous sommes couchés par terre et avons senti la fraicheur du sol, tenté de décrire un arbre les yeux fermés, écouté les sons de la forêt et senti l’air sur notre visage. D’un point de vu plus scientifique, les enfants avaient des tonnes de questions sur tout et nous avons ainsi discuté aussi bien des modes de reproduction des plantes que des méthodes de communications des arbres. Nous avons dégrossi le phénomène d’écosystème et d’interdépendance des espèces et appris à avoir un regard différent sur la forêt.
L’intérêt de tout celà ? Les intéresser à un monde qu’ils vont découvrir tout au long de la semaine.
L’après midi, après un grand jeu dans la prairie, nous avons réfléchi à un moyen de conserver nos observations au moment t afin de ne pas perdre d’informations en les retranscrivant ultérieurement. Tout naturellement, l’outil du cahier du naturaliste s’est imposé et les enfants en ont tous fabriqué un. Nous appendrons par la suite à renseigner nos photos, dessiner ce que nous voyons et faire des relevés propres.

bricolage
fabrication des cahiers du naturaliste

Mardi 18 Août

(par Elise)
Ce matin, nous avons étudier les placettes de la forêt. Les placettes sont certains endroit protégé de la forêt pour étudier la nature.
L’après-midi, nous avons construit un piège à papillon. C’est un drap tendu et éclairé.

(par Jean-Ewen)
Ce matin, nous avons observé la prairie et puis nous avosn regardé les différentes placettes qui servaient à conserver un espace où les humains ne pourraient pas marcher.
Puis le soir nous avons crée un piège à papillon de nuit.

( par Tristan)
Les placettes que l’on a vu sont :
- n°1 : la placette prairie
- n°2 : la placette écotone*
- n°5 : la placetet clairère en forêt (éclairée et sèche)
- n°6 : la placette clairière en forêt (ombre et humide)
- n°7 la placette forêt

définition d’un écotone (par Elise) :
Espace situé entre deux milieux (interface). Ici entre la forêt et la clairière.

arbre de l’écotone
photo/dessin d’Elise

Le mot de l’anim’
Aujourd’hui, découverte des futurs lieux d’études de la microfaune. Il s’agit de plusieurs placettes de 10*10m disposé aux alentours du centre et représentatif de différents milieux.
Le plus évident a été de commencé dans la prairie en bas du centre : d’un côté l’espace de jeu des enfants : une prairie couchée et piétinée, relativement peu agréable à regarder. Dans la placette, une prairie aux herbes hautes, belle et agréable. D’entrée de jeu, les enfants ont ainsi pu appréhender l’intérêt de ces placettes.
Nous voici donc parti pour en faire le tour. Nous les décrivons une à une, en faisons le tour puis nous dessinons notre préférée. A l’unanimité le choix s’est porté sur la placette de l’écotone (toutefois presque à égalité avec la placette clairière en forêt humide dont nous aimons l’ambiance et les jeux de lumières dans les fougères).

L’après-midi, nous avons construit le piège à papillon de nuit. Pour cela, rien de plus simple, et vous pourrez le refaire chez vous : il suffit d’une surface blanche fortement éclairée. Pour notre part, à l’orée de la forêt, nous avons tendu un grand drap blanc éclairée au moyen d’une lampe d’extérieure puissante. Les papillons et autres insectes nocturnes, attirés par la lumière viennent se coller au drap et il ne nous reste plus qu’à les photographier !

Dispositif à papillon
Dispositif d’observation des papillons de nuit

Le soir, après la veillée, nous sommes ainsi retournés en forêt étudier ces multiples bestioles, puis nous avons effectué une courte ballade de nuit en forêt afin de la voir suivant une dimension nouvelle.
Connaissez-vous la distinction entre les rhopalocères (papillon diurnes) et les hétérocères (papillons nocturne) ?
Le papillon de jour possède des ailes généralement très colorées qu’il relève à la verticale pour dormir. Ses antennes sont fines. Le papillon de nuit possède des antennes en forme de plumes qui lui permettent de voir la nuit. de plus il ses ailes dans son dos pour dormir. Celle-ci sont généralement de couleur sombre dans les tons marron.

description de la chrysopa perla par Jean-Ewen :
Ressemblant à une sauterelle, de couleur verte et ayant des yeux globuleux. Elles ont trois pattes de chaque côté et deux antennes longues. Ses ailes sont comme de la moustiquaire.

Chrysopa Perla
Chrysopa Perla

Mercredi 19 Août

Le mot de l’anim’
Aujourd’hui, je suis en congé. Les enfants se sont joints au camp « Au fil de l’eau » pour les activités du jour. Je vous les laisse donc eux-mêmes vous décrire ce qu’ils ont fait.

(par Elise)
Mercredi matin, nous avons fabriquer des petits (ou des grands) radeaux en bois ou en feuilles venus de la forêt. Nous les avons fixés avec de la ficelle et du scotch.
Puis l’après-midi, j’étais malade.
La veillée, c’était la veillée Duglobulle.

Photo du groupe et de leur radeau
sauf le gros radeau qui a été cassé

(par Jean-Ewen)
Mercredi, nous avons crée un bateau avec des bouts de bois et de la ficelle, des bouteilles d’eau et une fougère.
L’après-midi, nous avons fait des jeux dehors puis à l’AS on a préparé la soirée Duglobulle qui sert à présenter aux autres enfants ce que l’on fait dans notre camp.

extrait du journal de Xuân

Jeudi 20 Août

(par Tristan)
On a fait des pièges pour insectes ; en voici un :
[dessin à venir le temps de le scanner !]
On a installé deux pièges aux deux coins inférieurs de la placette de la forêt et aux deux coins gauche de la clairière en forêts dans la mousse et dans les feuilles. On a pris des restes de repas de midi.
L’après-midi on a fait pleins d’appâts pour voir ce que les insectes aiment et on les a mis dans la forêt.

description des appâts (par Xuân)
appât n°1 : salade de fruits (poire, pêche, ananas, raisin)
appât n°2 : viande de boeuf avec possible (poire, pêche, ananas, raisin)
appât n°3 : sirop de grenadine (marque fruisco)
appât n°4 : banane broyés + miel de fleurs (marque Bien Vu !) + 1/2 verre de bière (marque Heineken) [recette trouvée dans un livre sur les plantes]
appât n°5 : beurre doux pasteurisé (marque Eurial-Poitouraine)
appât n°6 : une cuillère à café pleine de sucre blanc diluée dans trois cuillères à café d’eau

appât en préparation


description du protocole
Les appâts sont mis dans l’ordre : 5-4-1-2-3-6 sur chaque placette dans la prairie, la forêt, la clairière en forêt et l’écotone. Le test sert à savoir ce que préfère les insectes pour mettre dans les pièges.
- distance : 1m50 entre chaque coupelle
- heure : 17h30
- climat : soleil
- coupelle : pocelaine blanche

description des pièges en images (extrait du cahier d’Elise)

extrait du journal d’Elise
Description du dispositif non létal de capture des insectes

Le mot de l’anim’
Aujourd’hui, à l’inverse d’hier, les enfants d’au fil de l’eau se sont joints à nous pour leurs activités.
Nous avons commencé la journée par un brainstorming général pour trouver des idées de pièges non létal pour caractériser la micro-faune de nos placettes, c’est à dire, trouver les espèces vivant dans chaque milieu. Pour ce faire et par binômes, les enfants ont disposé d’un crayon, d’une feuille et de leur méninge pour imaginer tous les pièges possibles.
Ensuite, nous nous sommes décidés pour plusieurs pièges ; l’un pour les insectes au sol, l’autre pour les insectes aquatiques et enfin le dernier pour les insectes volant. Pourtant, du fait du nombre d’enfant (les 4 miens+ les 6 au fil de l’eau) nous avons mis plus de temps que prévu pour créer les pièges et nous n’avons donc mis en place que le premier.
Tous nos pièges crées, nous nous sommes rendus en forêt les installer dans la terre.
Une question restait pourtant en suspend durant cette matinée : que pourrions-nous bien utiliser pour faire les appâts pour nos pièges. Afin de répondre à cette terrible question, nous avons monté l’après-midi une petite expérience pour déterminer l’appât idéal.
Nous avons disposé cinq coupelles contenant les cinq appâts présentés précédemment suivant le protocole exposé afin de déterminer lequel est le plus efficace.
Le soir, les enfants ont participé à une veillée de type kermesse organisée par les animateurs ados.

Dernière nouvelle du jour : nous avons trouvé le nom de l’énorme bestiole volante présenté lundi. Il s’agit de l’urocerus gigas qui même en photo est impressionnant !

Urocerus Gigas

Vendredi 21 Août

(par Elise)
Le matin, nous avons commencer la fabrication du piège aquatique lumineux. Puis, comme il pleuvait, nous avons fait le tour du centre pour voir si il n’y avait pas d’insecte vivant sous la pluie. Nous avons d’ailleurs pris une fleur en photo et quelques insectes.

asteracée (pâquerette)
Une simple fleur sous la pluie et pourtant si belle


L’après-midi, nous avons préparé la retransmission en faisant des affiches. Puis le soir à 20h00, avant la boom, nous avons été déposer le piège dans le ruisseau.

(par Jean-Ewen)
On a construit un piège lumineux pour dans l’eau. On est allé se promener dans la prairie quand il pleuvait pour observer les animaux et pour prendre des photos de fleurs.

Le mot de l’anim’
Ce vendredi, la météo n’a pas été clémente avec nous et les fortes pluies ont malheureusement dilués nos appâts. Les résultats sont donc peu concluants pour ce qui est des sirops, eau sucrée et salade de fruits. En revanche, la viande présente une concentration intéressante de coléoptères et scarabée en tout genre tandis que le beurre semble fortement attirer les limaces.
L’après-midi, nous avons commencé à créer les affiches pour la retransmission. Plus précisément, nous avons imprimé multiples photos d’insectes, croqué des schémas de pièges et crée un panneau sur les différents pièges.
Le soir, avant la boom, nous sommes allés installer le piège dans le ruisseau de la forêt.

Samedi 22 Août

(par Tristan)
Samedi matin, on a repris le piège aquatique lumineux, dans le piège il y avait plein de petites gammares et on a fini les affiche pour la retransmission.
piège aquatique lumineux

(par Xuân)
Le matin, on est allé chercher les coupoles et le piège aquatique. Dans les coupelles, il y avait une limace grosse et noire et on l’a appelé limacosorus rex. On a également préparé la retransmission.

Le mot de l’anim’
Samedi, journée chargée en émotion pour la plupart puisque jour de la retransmission : mise en place d’un stand de présentation du camp devant les parents ayant fait le déplacement.
Le matin, nous avons finalisé les affiches et nous avons relevé le piège à insectes qui contenait de nombreuses petites bêtes, notamment des gammares.
L’après-midi : retransmission. Nous avons installé notre stand avec les différents pièges, les cahiers du naturaliste ainsi qu’un aquarium avec les animaux attrapés plus tôt. Nous avons monté un panneau avec nos affiches et enfin, nous avons crée une sorte de mini-pièce en tissu dans laquelle était affichée toutes nos photos et où était diffusée des sons d’animaux. La "salle
nature" était pensée à la fois comme un espace de détente, avec matelas au sol, et d’exposition d’insecte.

conclusion :

_ Durant ce séjour, nous nous sommes intéressés à la caractérisation de la microfaune forestière. Pour cela, nous tentons de recenser les différentes espèces présentes dans les divers milieux représentés par nos placettes (prairie, forêt, écotone, clairière en forêt). Nous avons également discuté de la rigueur scientifique dans nos expériences afin de mettre en place des protocoles les plus précis possible.

Cette semaine, nous avons crée des pièges fonctionnels. Nous aurons désormais à les mettre en application en vu de la détermination des espèces présentes. De plus, nous devrons reprendre nos expériences des coupelles, échoué pour cause de très forte pluie. Le protocole sera rediscuté pour éviter la présence de paramètre mis en évidence par l’expérience : la difficulté pour les insectes de monter dans les coupelles, la blancheur et la texture lisse de celles-ci peut également influencer. L’expérience sera donc tentée à nouveau cette semaine.

_ Les enfants sont partis aujourd’hui dimanche, et nous acceuillerons la semaine prochaine deux participants, Xuân qui reste un séjour de plus et un nouvel arrivant.

L’aventure continue...

Photos / Vidéos

chrysopa perla

Nos partenaires

Voir également