Les oiseaux, ça déplume !

Les plumes, reflets des adaptations des oiseaux ! Voir descriptif détaillé

Les oiseaux, ça déplume !

Les plumes, reflets des adaptations des oiseaux ! Voir descriptif détaillé

Avant d’être utilisées pour remplir des édredons ou pour écrire des mots doux par les écrivains du XIXe siècle, les plumes sont avant tout utiles aux oiseaux !

Différentes sortes de plumes

Anatomie d’une plume

Mais les plumes se servent pas uniquement dans la fonction du vol (attention le vol n’est pas sans gravité), elles peuvent avoir plusieurs fonctions et sont le reflet de nombreuses adaptations chez les oiseaux.

  • Les oiseaux se distinguent de l’ensemble du règne animale par leur capacité de voler qui leur est permis par ce formidable outil de l’évolution : la plume. Légère, souple et solide, d’une surface importante, légèrement convexe, la plume est parfaitement adapté pour exploiter les forces aérodynamiques. Insérées sur les ailes et la queue, les différentes formes et tailles des plumes permettent à l’oiseau de se propulser, de se maintenir en équilibre dans les airs, de planer et d’atterrir en toute grâce et sûreté.
Le Busard Saint Martin en plein envol.
  • Les plumes situés au plus près du corps des oiseaux, aussi appelées duvet ou plumules, ont quand à elles un rôle d’isolation thermique. Beaucoup plus courtes et filamenteuses elles permettent de créer un couche protectrice en y enfermant l’air. C’est cette capacité d’adaptation au froid qui a permis entre autres aux oiseaux de pouvoir coloniser de nombreux territoires aux climats variables.
    Un rouge-gorge s’isolant du froid.
  • Chez certaines espèces d’oiseaux (notamment les oiseaux d’eaux et marins), leurs plumes se sont adaptés afin de les isoler de l’eau et leur permettre de nager. Les plumes des ces oiseaux ont la propriété d’être hydrofuges grâce à des sécrétions huileuses. Ajouté à la couche d’air emprisonné entre les plumes, l’ensemble permet une flottabilité à l’oiseau et l’empêche de couler.
    Une plume de canard, parfaitement étanche.
  • Afin d’être de parfaits prédateurs, les rapaces nocturnes ont besoin d’être le plus silencieux possible. Chez ces oiseaux, leurs plumes possèdent de très fines barbules qui amortir le frottement de l’air et qui donne cet aspect plus doux au plumage.
    Plume de chouette effraie, les barbules sur les extrémités de la plume la rend silencieuse.
  • Le plumage des oiseaux est aussi connus pour être extravagant en terme de forme et de couleur. Les différences que l’on peut observer au sein d’une même espèce leur permettent de se reconnaitre entre eux. Chaque oiseau possède une variabilité dans la forme et la couleur des plumes qui renseigne sur l’identité de l’individu, son sexe, son âge, son état de santé et sa qualité de reproducteur.
    Si parfois ce code de communication peut être perçu par l’homme, tel que le dimorphisme sexuel, n’oublions pas que les oiseaux ont des capacités de perception différente de la notre et sont capable entre autre de percevoir les ultraviolets.
A. Perruche ondulée éclairé par une lumière normale
B.Même oiseau éclairé par une lumière ultraviolette
  • Les plumes sont un moyen de communication entre les oiseaux qui possèdent un grand rôle dans les parades nuptiales. Si le plus souvent le plumage des femelles est assez terne pour un meilleur camouflage et donc une meilleur survie, le plumage des mâles est au contraire vif et fortement contrasté. Les plumes colorées et parfois beaucoup plus grandes en période de reproduction est un fort désavantage en terme de survie pour l’individu, mais augmente leur probabilité de rencontre avec un partenaire sexuel. Les femelles sont en effet attirés par les couleurs vives des mâles, preuve de la capacité de survie de ces messieurs et donc de la transmission de leur « bons » gènes à leur future progénitures.
La parade du paon
Le paon, plumage extravagant pour un succès fou !

Les plumes sont le propre des oiseaux, et sont le reflet de leurs adaptations et de leur capacité de colonisation de tous les milieux. Avec juste une plume, on peut déduire la fonction de celle-ci et tirer des informations sur le statut de l’oiseau à qui elle appartenait, et permettre même d’identifier son espèce.

Nos partenaires

Voir également