Le Mystère des grands collines - du 4 au 17 juillet 2010

10 jeunes de 13 à 15 ans ont décidé de mieux comprendre les phénomènes qui ont régi l'interaction entre les hommes et la nature sur les (...) Voir descriptif détaillé

Le Mystère des grands collines - du 4 au 17 juillet 2010

10 jeunes de 13 à 15 ans ont décidé de mieux comprendre les phénomènes qui ont régi l'interaction entre les hommes et la nature sur les (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Les Hautes-Chaumes du Livradois-Forez sont un milieu particulier de forêts et de tourbières. Les tourbière sont de véritables « empreintes » qui, lors de carottages dans le sous-sol permettent de chercher et de trouver les réponses de l’évolution du milieu, évolution réalisée il y a de cela 5000 À 8000 ans, à la période néolithique.

Le Journal de Bord

Dimanche 4 juillet

Arrivée

Après avoir reçu certains jeunes emmenés directement au Centre de Séjours Scientifiques par leurs parents et d’autres récupérés et convoyés de différents aéroports (Paris, Lyon) ou dans de grandes villes comme Marseille tout le monde s’est retrouvé ce dimanche soir autour du repas pour nouer les premiers liens.
Après quoi la traditionnelle revue d’inventaire occupa tout le monde y compris les Responsables de Vie Quotidienne et les éducateurs. Là aussi il était donné une fois de plus l’occasion pour que tout le monde fasse plus amplement connaissance.

Lundi 5 juillet

1. Phase contact

Les enfants ont réalisé la phase contact directement sur le terrain de la recherche. C’est donc par une très belle matinée que toute l’équipe a rejoint en randonnée les plateaux des Hautes-Chaumes.

Dans ce milieu inhabituel pour la plupart, tout d’abord des exercices sensoriels leur ont permis de mettre un nom sur la lecture des paysages, sur les bruits, les sons, sur les odeurs et sur certaines sensations comme celle de ressentir la chaleur du sol sur sa joue.

Les jeunes autour des questionnements !

Le cœur de l’action de cette phase contact a pu ensuite s’appliquer. C’est ainsi que les deux éducateurs Elise et Alain, spécialistes de l’archéologie, ont familiarisé les jeunes sur les questionnement à se poser et à poser à propos des différents stades de l’évolution du biotope de cette contrée depuis les 8000 dernières années.

Le retour au Centre pour l’heure du déjeuner c’est fait à allure plus rapide, le sens de la pente nous étant favorable !

Après s’être restauré et reposé, le début d’après midi a été consacré à un très grand jeu par équipes évoluant en pleine forêt.

La seconde phase contact a permis au groupe de prendre ses marques dans sa salle de travail. Le lien avec les sujets entamés le matin se sont poursuivis. Les questionnements si improbables à émerger ont pu éclore grâce à la dynamique de groupes mise en place.
- Certains ont situé l’Homme au centre de la problématique de l’évolution du paysage (démographie, déforestation, mise en culture = érosion).
- D’autres ont imaginé le concours d’une bande dessinée pour expliquer l’importante du transport des pollens et des graines dans la compréhension des couverts végétaux et des phases climatologiques.

Une mini présentation/conférence des résultats par chaque groupe a permis de mettre en commun les acquis et d’ouvrir les perspectives de la recherche...

Mini présentation/conférence
C’est Lucas qui s’y « colle ».
Mini présentation/conférence
C’est Lucien qui s’y « colle »
Mini-présentation/conférence
C’est Hugo qui s’y « colle ».

Mardi 6 juillet

Phase découverte

Après le forum hebdomadaire des résidents d’étage B chacun rejoint son Activité Scientifique de ce mardi matin.

Pour « le Mystère des Grandes Collines », c’est aujourd’hui que se prépare le cœur du Projet Scientifique. Réunis autour de la table dans la salle PERCEPTION qui « inspire » chacun d’entre nous, Alain présente et explique
- Le cadre : une tourbière sélectionnée pour sa variété phytosociologique, située à environ 1390 m d’altitude et 1,5km du Centre,
- les conditions d’applications

  • travail en amont : mise en place d’une placette d’expérimentations que l’équipe des jeunes réalisera très prochainement et à l’intérieur de laquelle se déroulera lors de ce séjour 2010 (N1) une série de
  • Recherches expérimentales [1] :
    • prélèvements (limités),
    • relevés photographiques,
    • prises de notes et dessins,
    • comptages et mesures de plantes, de l’eau, de l’air,
      - suivant certains protocoles.
Anna à l’ecoute de son sol...
Prise de note dans la bonne humeur !

Cette activité scientifique relevant des sciences de l’archéobotanique (palynologie, carpologie, coprologie, géologie, chimie etc...) appliquée dans un milieu réel, selon des protocoles utilisés par la communauté scientifique (cf. Pôle tourbières) est de nature à captiver voire passionner l’ensemble des jeunes

Après le repos, les après-midi sont l’occasion pour les jeunes de se réunir autour d’activités ludiques à l’extérieur ou à l’intérieur.

La seconde Activité Scientifique de la journée s’est déroulée en sous bois à la recherche de rejets nutritionnels d’animaux plus communément appelés fèces pour les carnivores et pelotes de réjection pour les oiseaux rapaces afin que les jeunes puissent exercer leurs yeux et pratiquer quelques analyses en laboratoire.

Deux séances d’entraînement (celle de ce jour et celle de jeudi matin) servant à se familiariser avec la palynologie et à la coprologie. La journée fut conclue par les préparatifs logistiques pour la journée du lendemain.

Mercredi 7 juillet

Phase approfondissement

Dès le petit-déjeuner terminé et après avoir rassemblé tout le matériel, l’équipe « le Mystère des Grandes Collines » se rend sur les Hautes Chaumes pour implanter la placette expérimentale.

Par une magnifique journée, chaude et ensoleillée nous gravîmes les 1.500m de sentier, chacun transportant qui une caisse à outils, qui le pique-nique, qui des piquets etc... bref tout le matériel nécessaire pour implanter cette « lucarne » de 3m x 3m.

Arrivés au but vers 12h, le pique-nique fut très apprécié sous l’ombre d’un grand sapin. Un temps de repos vite écourté par l’envie impatiente de se mettre au « travail » permit à l’équipe des techniciens : Anna, Pierre, Erwan, Guillaume, Hugo, Lucas, Lucien de construire en un temps record la placette expérimentale que pourraient leur envier les spécialistes, alors que Aurélia et Florence, revêtant l’habit de journalistes pour le compte d’un magazine scientifique entreprirent de confectionner le reportage photographique et rédactionnel de l’opération.

En fin d’après-midi, la traditionnelle photo devant l’ouvrage accompli réunissait les touts petits qui étaient venus voir leurs aînés en curieux et les jeunes scientifiques que l’on ne peut plus désormais qualifier de « chercheurs en herbes » ! ......

L’équipe du « Mystère des Grandes Collines » et les plus petits trop heureux d’être là !
Zoom sur les artisans en pleine action ...
La Placette Scientifique des ados « Mystère des Grandes Collines », la voilà !
Avis important !

Jeudi 8 juillet

C’est Elise qui a mené les activités du jour. Pour continuer à conforter leur aisance et leurs connaissances en palynologie les jeunes ont monté une base de données en s’appuyant sur la recherche bibliographique principalement sur internet.
L’après-midi fut consacrée à la phase pratique par l’exercice des préparations et des manipulations au microscope.
A cette occasion, des échantillons de tourbière ont été observés à la loupe binoculaire. On a mis en place à cette occasion des modèles de protocoles expérimentaux sur la flore et sur les tourbières.

La soirée des ados connut une veillée très animée autour d’un « casino ».

Prêtes pour nous rendre au « Casino »...

Vendredi 9 juillet

Projet de Recherche

C’est à partir d’aujourd’hui que ce sentier de 1.500m nous est devenu familier. C’est le sentier qui mène à « notre placette » entendons nous dire. Et c’est à l’approche du deuxième ruisseau que l’installation, pointant à peine au dessus du vallonnement, tous les regards (ceux des jeunes et de leurs éducateurs) tournent vers la gauche : Ouf ! Oui ! la placette est bien là, en place comme nous l’y avons laissée ! (c’est ce qu’on peut lire dans les esprits de chacun).
Les jeunes se sont appropriés leur placette scientifique !

Notre journée est comme les autres, marquée du rythme du Centre : lever, petit déjeuner, Forum, Activité Scientifique etc ...
Le forum journalier est désormais animé par un jeune, chacun à son tour. C’est l’occasion d’aborder en plein débat ce qui va et ce qui ne vas pas...

Ce matin nous reprenons le chemin de la placette scientifique. Il est important pour moi (Alain) de placer les jeunes en symbiose avec l’environnement qu’ils interrogent et sur lequel ils se proposent de veiller. Nous nous rendrons sur la placette scientifique autant de fois que nécessaire (mardi prochain nous y passerons la journée complète afin d’optimiser le temps d’activités sur place, temps d’activité qui sera partagé en deux entre les relevés sur la Placette Scientifique et une prospection archéologique pédestre sur le site archéologique de Allebasses).

Pour l’heure et après l’exercice de jeudi après-midi, il s’agit de mettre en place les 9 protocoles de recherche circonscrits par le carroyage des 9 lucarnes de la placette qui fait elle même 3m x 3m.

Chacun réfléchit à la démarche qu’il va appliquer pour interroger les éléments en présence :
- faune,
- flore,
- eau,
- tourbe
- sols et sous-sol
- atmosphère etc...

Anna, très à l’aise avec ses paramètres protocolaires !

A chacun d’installer son mode protocolaire sur sa lucarne :

- Lucarne N°1 = Guillaume : prélèvements et analyses faunistiques en milieu humide. Comparaison avec Lucarne n°6.
- Lucarne N°2 = Lucas : prélèvements et analyses de carottes de tourbe.
- Lucarne N°3 = Anna : suivi photographique et analyse.
- Lucarne N°4 = Pierre : prélèvement et analyses de carottes de tourbe.
- Lucarne N°5 : cette lucarne se trouvant au centre de la placette, son accès est proscrit. Il n’y aura pas d’activité là-dessus.
- Lucarne N°6 = Erwan : prélèvements faunistiques et analyses en milieu semi-sec/sec. comparaison avec Lucarne n° 1.
- Lucarne N°7 = Anna : prélèvements de l’eau, analyses et mesures de l’eau et de l’air.
- Lucarne N°8 = Hugo et Lucien : prélèvements floristiques et analyses par la méthode de points-contacts.
La dernière mise en place des moyens techniques sur la Placette Scientifique fut installée : le carroyage, les moyens métriques (X, Y, Z et mesures angulaires d’inclinaison) pour les prises de vues photographiques etc...

Les ados ont occupé la première moitié de l’après-midi avec une sortie en VTT pour les uns, et une ballade à pied pour les autres, les deux groupes empruntant des chemins différents et se rencontrant sur les Hautes -Chaumes. Le rythme du retour fut modéré.

le groupe « ballade à pied »

Après le goûter, les premières notions de palynologie furent abordées.

Un « cours » de palynologie version « Elise on t’écoute ».
Florence (à g.) et Aurélia, nos deux pseudo-journalistes scientifiques collées à leur ordi...
Lucas a bien écouté Elise et il nous explique...

Samedi 10 juillet

Cette journée est un peu différente des autres car cet après-midi sera « occupé » par la retransmission des travaux scientifiques des plus petits.
Pour l’heure, les activités du matin se poursuivent par la préparation de notre propre restitution qui se déroulera quant à elle samedi 17 juillet prochain. Sans pour autant vous dévoiler ce que les jeunes seront en mesure de présenter lors de la restitution du 17 juillet (nous garderons d’ailleurs le secret jusqu’au jour J), nous pouvons vous dire (un petit peu et pas plus !) qu’il y aura :
- des documents,
- un diaporama,
- une maquette à l’échelle et surtout 10 jeunes spécialistes en mesure d’apporter des commentaires à propos de ces documents et de répondre aux questions, etc...Mais voilà, nous n’en dirons pas plus !!

Préparatifs de la retransmission ?

Après la retransmission des plus petits, les ados de « Mystère des Grandes Collines » ont eu la possibilité de prendre du repos supplémentaire autant pour absorber la fatigue due aux travaux soutenus de cette semaine qui se termine que pour se préparer à la randonnée-bivouac de ce dimanche/Lundi.
Afin d’être en forme le lendemain, ce soir le coucher fût rapide.

Dimanche 11 juillet

Si la journée de hier fût différente celle d’aujourd’hui et de demain vont être exceptionnelles.
Tous les ados partent ce matin après le petit déjeuner avec leur sac à dos, guidés par leurs éducateurs : Brice, Jean-Christophe et David en direction de la jasserie du coq noir pour une ballade de 4 km sur les sentiers qui ondulent entre forêts et pâturages sur les Hautes-Chaumes du Parc Régional du Livradois-Forez. Le très beau temps est de la partie. Chacun a dans son sac à dos les réserves d’eau et le repas de midi. Chacun est équipé de sa casquette car le soleil à l’heure du zénith fait monter la température à 32 ° ce jour là.

Pendant ce temps les deux autres éducateurs, Elise et Alain restés au Centre préparent les tentes et le reste du matériel qu’ils transportent par la route jusqu’à la jasserie du coq noir, ainsi les sacs à dos des marcheurs s’en trouvent ils plus allégés.
Pendant que se faisait le montage des tentes, le feu de camp s’embrasait. La grillade au feu de bois fût largement appréciée et la surprise des bananes au chocolat cuites au feu fût largement plébiscitée. Tout ce monde réuni autour du feu appréciait les moments qui s’écoulaient et le sommeil s’installa....

Préparation du feu de camp.
Autour de la flamme les hommes ont toujours eu pour habitude de s’assoir. Mais pourquoi ? Voilà une bonne question !

Lundi 12 juillet

A l’aube de ce jour Alain qui est un lève tôt avait déjà dressé le petit déjeuner sur les tables devant la jasserie du coq noir.

Ainsi cette fin de semaine fût elle exceptionnelle : balade du dimanche au soleil, bivouac sous les étoiles, petit déjeuner du lundi au lever du soleil dans une nature immensément calme...
Et les marcheurs rentrèrent au Centre de Prabouré par les chemins de randonnée alors que Elise et Alain revenaient par la route.
Arrivés vers 11 heures, tout le monde aida à ranger et sécher le matériel. Une douche avant le repas de midi permit à chacun de retrouver du tonus et le temps de l’Activité Extra Scientifique de l’après-midi fût mis à profit pour prendre du repos pour les uns ou pour jouer à des jeux de société pour les autres.

L’activité Scientifique en deuxième partie de l’après-midi fût consacrée à la préparation de la restitution du samedi et aussi à celle du matériel pour le lendemain qui sera le dernier jour de longue sortie pour assurer les prélèvement, les mesures et les photos sur la placette scientifique.

Mardi 13 juillet

Matin : prélèvements sur la Placette Scientifique

Carrotage dans la tourbe à la Lucarne n°2
Prélèvements floristiques et comptage par l’analyse de point-contact, Lucarne n°8
Prélèvement et analyses de l’eau à partir du piézomètre. Lucarne n°7

Après-midi : Prospection archéologique pédestre sur le site des ALLEBASSES

Le site archéologique des Alebasses recèle d’artéfacts variés.
Certains cherchent, les yeux rivés au sol. D’autres examinent avec attention les matériaux collectés.
Le retour de la prospection sous la verve d’Elise !

Mercredi 14 juillet

Nous fonctionnons en deux groupes :
- Groupe étude de la tourbière
- Groupe archéologie expérimentales : armes et outils de la préhistoire

Lucas actif sur la pointe de son épieu préhistorique alors que Hugo semble avoir égaré le mode d’emploi de sa sagaie ...
Guillaume, tel un chasseur préhistorique s’affaire sur le montage de son propulseur, et quel propulseur !
Le propulseur de Guillaume : arme constituée de deux parties, ici le propulseur en bois de noisetier, muni d’une butée en bout (os lié à la fibre végétale), à droite sur l’image et d’un berceau-guide de la sagaie fait d’un os inséré dans le bois et maintenu avec la fibre végétale.
La sagaie de Guillaume, constituée comme il se doit d’un fût en bois de noisetier, d’une pointe en silex emmanchée et ligaturée à l’aide de fibre végétale, d’une cupule à son extrémité et d’un empennage en plumes d’oiseau collées à la résine.

Après cette journée riche en manipulations et maniements de toutes sortes de projectiles, les animateurs avaient assuré une fin de journée cool et une nuit inoubliable :

Après le goûter des folles glissades sur tapis de savon

On le savait... Le savon çà glisse. On peut même dire qu’à Prabouré çà glisse ++ !

Et aux alentours de 22 heures un feu d’artifice étincelant et pétaradant admiré depuis le balcon de Prabouré.

Jeudi 15 juillet

Matin : Archéologie Expérimentale et préparation de la retransmission

Essai des outils préhistoriques par un chasseur à l’allure moderne...
Des cibles en carton représentant des animaux préhistoriques ont permis à chacun de s’exercer au tir et immobiliser l’animal en visant un point névralgique de son train arrière de locomotion
Essai des outils préhistoriques par une chasseresse à l’allure gracile...
Des cibles en carton représentant des animaux préhistoriques ont permis à chacune de s’exercer au tir.
Essai des outils préhistoriques par une chasseresse à l’allure fort étonnée...
Des cibles en carton représentant des animaux préhistoriques ont permis à chacune de s’exercer au tir...et de toucher la cible ! Les fauves de papier n’ont aucune chance ...
...Alors que le matériel de Guillaume a souffert de tirs répétés.
En bon technicien de l’archéologie expérimentale et méticuleux chasseur qu’il est, Guillaume répare aussitôt les dommages causés à son outillage.
Préparatifs de la restitution et dernier briefing autour de la table...
...et dernière mise au point sur le diaporama

Après-midi : Baignade et navigation sur le plan d’eau de ST Anthème pour tout le monde...

Baignade pour les uns, navigation à pédalo pour les autres. Un bel après-midi sous le soleil du pays des volcans.
Alors que d’autres, restées sur le bord préfèrent immortaliser les images du séjour...

Vendredi 16 juillet

La fin du séjour s’approche et avec elle les dernières expérimentations, les bonnes manipulations qui révèlent les résultats du pourquoi nous nous sommes tous tant investis.
Aujourd’hui le groupe du « Mystère des Grandes Collines » se retrouve en salle Perception après l’habituel forum matinal. Nous continuons à fonctionner sur deux groupes et le travail avance...

Alors que les garçons coupent, taillent, affinent, affûtent leurs différents outils préhistoriques comme :
- Lucas et son pieu pour gros mammifères (mammouths, buffles, bisons etc...)
- Hugo et sa sagaie pour antilopes, biches, cerfs, rennes, gazelles etc...
- Guillaume et son propulseur pour porcs sauvages, renards, rennes, et sa sagaie pour les fauves et aussi buffles, bisons. Sa faucille à lame crantée de silex pour moissonner.

Les filles quant à elles sont passées à la phase analyses chimiques en vue d’isoler les pollens présents dans les carottages de tourbes.
- Aurélia, Florence et Anna vous décrivent en photos les différentes phases de l’analyse pollinique en photos. Bonne lecture ......

D’abord bien écraser la tourbe dans un récipient
Mélanger du détergeant à de l’eau
Mélanger la tourbe et la solution détergeante
Filtrer la solution
Mettre dans un tube à essai le filtrat
Placer les tubes à essai sur une centrifugeuse. Centrifuger
Dans le tube à essai le résultat de la centrifugation
Ajouter de la potasse diluée et centrifuger à nouveau
Récupérer le résidus et le déposer sur une lame mince afin de l’observer au microscope
Aurélia au microscope
Florence au microscope
Anna au microscope
Ce que nous avons pu voir au microscope ressemblait à çà. Voyez-vous le pollen ?
Mesure du niveau d’acidité de l’eau (pH) prélevée dans la tourbière à l’aide du piézomètre et comparaison avec la mesure de l’acidité de l’eau prélevée dans un ruisseau en aval de la tourbière par l’équipe « au fil de l’eau ». Le résultat mesuré est 5 sur l’échelle 0 à 10.

Les résultats

Autour de la table ce vendredi en fin d’après-midi tout le monde peaufinait son intervention. Satisfaits d’avoir obtenu des aboutissements concrets dans toutes les pistes et démarches visitées chacun était fin prêt pour la retransmission du lendemain.

Tout est prêt pour être montré, démontré, expliqué, commenté !!

La photo de famille, « PERCEPTION - Mystère des grandes collins » séjour du 4 au 17 juillet 2010 réunissait cette fois tout le monde y compris Alain qui n’avait cessé tout au long du séjour de prendre la place de reporter-photographe pour alimenter le journal de bord.

Samedi 17 Juillet

La Retransmission

Reportage photo de la retransmission du 17 Juillet 2010

Florence au power-point
... la suite ...
Présentation du Projet Scientifique par Hugo. Le geste marqué, l’assurance en plus !!
Lucas définit face à son public ce qu’est une tourbière.
Aurélia expos en détails les phases de la construction de la Placette Scientifique Expérimentale.
Lucien définit à l’assistance les 9 Placettes Expérimentales et les objectifs scientifiques qui leurs ont été attribués.
Ici par exemple, Lucien explique la méthode de point-contact pratiquée au travers du carroyage 1mX1m sous divisé en carroyage de 10cmX10cm et utilisé à la Lucarne n°8.
Anna et Erwan devenus spécialistes des prélèvements scientifiques au sein de tourbière présentent leurs moyens matériel.
Anna explique les différentes parties du piézomètre construit dans l’atelier même du Centre de Prabouré et précise à l’auditoire le fonctionnement de l’appareil.
Après elle, Erwan explique à son tour la manipulation de la tarière ayant servi à prélever les carrottes de tourbe tant dans les Lucarnes n°2 et n°4 qu’à l’extérieur de la Placette Scientifique et ceci au fins de comparaisons.
Anna, résidente russe se prête au jeu des questions de l’assistance à laquelle elle répond avec la compétence et le sourire !
Pierre N. commente sur power-point les phases de préparation chimique et d’isolement du pollen piègé dans le sous-sol de la tourbière et prélevé en carrotte à l’aide de la tarière. Il commente aussi la phase lecture au microscope du résultat de la première phase.
Pierre O. prend le relais confirmant aux personnes présentes qu’un grain de pollen a bien été distingué au microscope. Par manque de référentiels, il n’a toutefois pu être identifié.
Après quoi Florence exposa les notions de couches et de stratigraphie.
Guillaume prenant le relais pour détailler le contenu des couches et ce qu’elles enseignent à ceux qui savent les interroger !
Et pour terminer, Lucas devenu spécialistes d’archéologie préhistorique expérimentale nous expliqua la réalisation des outils de chasse et à défaut démontra la difficulté qu’il y a de passer de l’idée à la pratique et de la pratique à la réalisation...
Et les jeunes, satisfaits que cette restitution « suppliciante » touche à sa fin viennent cueillir les applaudissements fortement nourris du public.

Nous vous l’avons réservé pour la suite. Effectivement le public était bel et bien nombreux !

Le public très attentif à écouter les scientifiques.

Merci pour eux !

Les parents présents purent se « réapproprier » leurs enfants alors que d’autres ne quitteraient le Centre d’Objectif Sciences International que le lendemain.

FIN.

Clin d’œil à tous les visiteurs de notre Journal de Bord

L’équipe des ados du séjour « PERCEPTION » - « Le Mystère des grands collines » du 4 au 7 juillet 2010 du Centre de Séjours Scientifiques et leurs deux éducateurs vous remercient de la visite que vous nous rendez sur notre Journal de Bord.
Si les épisodes de notre séjour, si les travaux scientifiques que nous avons mené, si les activités dont nous avons profité vous ont plu, alors diffusez notre journal de bord, recommandez à vos amis de se connecter, faites circuler l’info et vous participerez ainsi à faire grimper notre score du nombre de visiteurs.
MERCI !

Bonne lecture.

L’équipe « Le Mystère des grands collines » 4-17 juillet 2010.

Photo de famille « PERCEPTION Le Mystère des Grandes Collines »
De g. à d. : Elise (éducatrice), Lucas, Pierre N., Guillaume, Erwan, Hugo, Lucien, Aurélia, Anna, Florence, Pierre O. , Alain (Educateur)


Jeudi 2 Septembre

Désinstallation de la Placette Scientifique

La Direction du Centre de Séjours Scientifique de la Vallée de l’Ance nous commande de retirer pour l’hiver l’installation de la Placette Scientifique sur les Hautes - Chaumes.
Voilà les éducateurs (les derniers encore présents au Centre)partis ce Jeudi 2 septembre 2010 à 10h, Alain en tête, en direction des Hautes Chaumes. Beau temps, beau soleil, bonne ambiance.

Les éducs montés aux Hautes-Chaumes pour désinstaller la Placette Scientifique : de G. à D. : Marie-Astrid, Gregory (fond), Ophlélie (devant), Jonathan.
Désinstallation par les éducs.
Marie-Astrid a débrouillé tous les fils du carroyage.
Sur le chemin du retour une halte s’impose : « cool Jonathan, cool, nous sommes bientôt arrivés ! ».
Les planches latérales de la Placette Scientifique rentrent à pied au Centre, sur l’épaule gauche d’Ophlélie (masquée devant) et sur l’épaule droite de Marie-Astrid.Bon retour !!........

Sur les berges de la deuxième rivière des Hautes - Chaumes nous avons pu photographier deux plantes carnivores : Une drosera (Drosera Rotundifolia) et une grassette (Pinguicula Esseriana) (voir Wikipédia) :

Regardes ! Alain ! viens voir une droséra ! J’arrive Marie, ah oui, attends je fais une photo...
Fais attention Marie ! qu’elle ne te morde pas, c’est une plante carnivore ! Mais non ! mais non ! Aïe ! tu marches sur mon pied Alain, fais donc attention !
Nous y voilà enfin, là j’ai une meilleure photo de cette droséra !
Quelle chance nous avons aujourd’hui, voilà qu’à côté il y a une grassette. Elle a de belles couleurs jaune citron, vert menthe. Elle est petite mais superbe cette plante carnivore.

Appel à la bonne action scientifique

Au sein de l’OING (OOrganisation IInternationale NNon GGouvernementale) Objectif Sciences International, les ados inscrits sur les séjours d’été et des vacances scolaires au programme « PERCEPTION » - « Le Mystère des grands collines » s’active fortement autour des disciplines de l’archéologie, de la géologie, de l’archéo botanique, de l’environnement, de l’ethnologie, des sciences expérimentales et bien d’autres encore.

Pour mener à bien ses projets pédagogiques et atteindre ses objectifs scientifiques, les éducateurs affiliés au programme « PERCEPTION » ont besoin de matériel,
- Aussi bien du matériel de chantier :

  • pelles,
  • pioches,
  • petites truelles forgée,
  • grattoir triangulaire,
  • scalpel,
  • outils de dentiste,
  • pinces brucelles,
  • brouettes,
  • niveaux + mire + trépied,
  • niveau à crochet pour fil,
  • rubalise bicolore,
  • pelle ménage,
  • seaux,
  • décamètres,
  • planches à dessin,
  • mètres enrouleurs,
  • mètres pliants,
  • mesures à poignée 10m,20m,30m,50m,
  • tamis 6,8,10,12,14,16,18,20, colonne de tamisage à mailles différentes,
  • plateaux-passerelles,
  • cordage,
  • tresse polypro,
  • échelles photographiques de toutes dimensions,
  • ardoise,
  • fil à plomb,
  • conformateur à aiguilles dim. 150mm. ou 300mm. ,
  • étiquettes PVC blanches,
  • flèche « Nord »,
  • balayette coco,
  • bâches de protection différentes dimensions 4x5, 5x8, 6x10, 10x15,
  • pulvérisateur à eau à pression,
  • pied à coulisse,
  • palmer,
  • réglet inox,
  • kit mire échelles photos,
  • kit lettreur + lettres + panneau lettreur,
  • embouts caoutchouc de sécurité,
  • élastique à chapeau,
  • binette,
  • boussole,
  • GPS,
  • malle à outils,
  • boussolle Kones,
  • pinceaux,
  • pinces clip à dessin,
  • carnet de note « tout temps »,
  • tablettes à dessin,
  • grille de relevé 1mx1m + 4 pieds 50cm/90cm + 4 connecteurs + 3 niveaux à bulles intégrés,
  • jalon bois ou métal bicolore H. 1m + embouts caoutchouc de sécurité,
  • règles-échelles de réduction 1/20-1/25-1/75-1/100-1/125,
  • boîtes tous formats et toutes contenances pour collecte, prélèvements,
  • stockages rectangulaire ou carré, en plastique et gerbables,
  • sachets zip-pression tous formats,
  • sachets à bulles tous formats
  • etc....



- Que du matériel de laboratoire :

  • type matériel de S.V.T,
  • chimie et microscopie pour analyses archéo botaniques, analyse lithique etc...



Pour ceux et celles d’entre-vous, personnes morales ou personnes physiques qui voudraient aider les éducateurs de l’OING Objectif Sciences InternationaL du Centre de Séjours Scientifiques de Prabouré (63), merci de prendre contact avec l’association

Tél. 04 73 95 83 77 ou dir-sta objectif-sciences.com.

MERCI !

Notes:

[1La méthode de Recherches expérimentales sera exhaustive mettant en œuvre toutes les ressources pour pouvoir engranger des données et les comparer sur la durée N1/N2/N3.

Photos / Vidéos

L’équipe des scientifiques

Nos partenaires

Voir également