Le Mystère des grandes collines - Ethnoarchéologie, pédologie, (...)

Voir descriptif détaillé

Le Mystère des grandes collines - Ethnoarchéologie, pédologie, (...)

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Dimanche 17 Juillet

Arrivée

Ce dimanche 17 juillet 2011, le Centre de Séjours Scientifiques de la Vallée de l’Ance attend les jeunes scientifiques pour deux semaines d’activités, d’apprentissages, de jeux et d’amitié.
Lucas a accueilli dans la soirée Nicolas heureux d’arriver enfin et tous deux s’installent pour deux semaines au Centre pour des activités d’ethno-archéologie, de pédologie, de botanique et de palynologie au sein du séjour « Mystère des Grandes Collines » du Programme PERCEPTION.
Après un très bon repas qui avait été préparé avec soin par notre Chef Chris, une super veillée autour d’un grand jeu de connaissance permit à tous les jeunes présents ce soir de se connaître.
La plupart, fatigués par un long trajet effectué aujourd’hui pour rejoindre le Centre , le coucher fut rapide.
Première nuit en Auvergne...
Demain Lundi, premiers contacts, premières découvertes, premières activités.
A demain donc !...

notre fournisseur d’accès internet a quelques difficultés à nous garantir une connexion fiable actuellement et semble faire son maximum. Cela explique le petit décalage de publication des informations.

Lundi 18 Juillet

BONJOUR !
Le ciel est gris et bas. Après un bon petit déjeuner pris à 08H30, le rangement des chambres est rapidement effectuée et nous voilà au forum matinal. Le forum, lieu d’échanges, de préparations, précède de quelques minutes le démarrage de la journée.

1. Phase contact

Pour ce matin, nous commençons par la phase contact, c’est à dire que nous prenons contact avec notre environnement, notre sujet de recherche, notre groupe, celui-çi est composée de LUCAS, NICOLAS et ALAIN, éducateur.
Nous nous sommes rendus sur l’une des jasseries situées sur les Hautes Chaumes pour bien expliquer au milieu de cet environnement agro-pastoral les buts, les enjeux, la méthode, les moyens du projet d’ethno-archéologie d’une jasserie : la jasserie Colomb ruinée.

Après le repas de midi, l’Activité Extra Scientifique emmena les jeunes à l’extérieur sur le jeu « ULTIMATE ». Un super moment pour tous !
Après le goûter, la pluie nous contraint à annuler la visite de plusieurs jasseries ruinées et rester en salle d’activité.

2. Phase Découverte

Lucas et Nicolas en ont profité pour visionner les images de la conférence Power-Point offerte ce samedi dernier au public lors de la retransmission habituelle.En même temps ces images ont permis une discussion, une critique, une réflexion sur une multitude de sujets autour de notre projet.

Avant de terminer cet après-midi d’activité, nous préparâmes le matériel pour le lendemain et rangeâmes la salle.
Douche et repas du soir et ensuite la veillée, grand moment attendu par tous. Ce soir c’est MAFIA.
Il est 23 heures, tout le monde est couché, l’étage s’endort. A demain donc.

Mardi 19 Juillet

Le temps est toujours maussade, avec des pluies intermittentes et une température qui s’est rafraîchie.
Pour cette journée d’activités nous aurons avec nous les jeunes d’Antoine, éducateur sur le séjour « au fil de l’eau » qui est en congé aujourd’hui. Il s’agit de Léane, Emilie, Raphaelle et Paul.

3. Phase Approfondissement

Après le forum, nous nous rendons sur le site de la jasserie Colomb ruinée. Le matériel avait été préparé la veille ainsi rien n’est oublié et le démarrage de la journée est ainsi plus rapide. Quelques minutes après la troupe est à pied d’oeuvre. Chacun sa mission :
Dans le cadre de l’étude de la botanique présente sur l’îlot de la jasserie Colomb ruinée, les jeunes doivent prélever un spécimen de chaque plante ou branche d’arbre oui d’arbustes.
Dans le cadre de l’archéologie, les deux ados doivent quant à eux relever toutes les dimensions disponibles sur le site de la jasserie afin de pouvoir prochainement en dresser le plan. Durant ces activités, de 10h00 à 12h00 nous bénéficions d’une acalmie de la pluie et même d’un petit rayon de soleil qui vient à temps réchauffer nos plus jeunes botanistes.

Nous quittons cependant le site dès les missions terminées, l’humidité se faisant sentir.
Au Centre le repas du déjeuner nous attend. Dans une bonne ambiance chacun se restaure avant de bénéficier du temps libre dont chacun dispose jusqu’à 14H00.

Aujourd’hui une grande bataille navale est au menu de l’Activité Extra Scientifique des plus petits.

4. Le Projet de Recherche

Mercredi 20 juillet. Bonjour !

Le temps est toujours maussade, il pleut à nouveau depuis ce matin 4H00 et la météo s’annonce idengtique jusqu’à la fin de la semaine. Merci Monsieur météo !!
La grande ballade d’enquête que nous devions faire est annulée. Nous aurions tant aimé aller à la rencontre de l’architecture des jasseries environnantes, mais aussi questionner les gens à propos des traditions.... Tant pis, nous irons prochainement.
Alors aujourd’hui nous avons axé nos quatre heures scientifiques sur l’extraction de pollen, nous avons amélioré le protocole et nous avons reconnu plusieurs pollens à l’aide du microscope.Nous sommes contents de notre journée car elle nous a permis de faire, refaire les gestes de manipulation en salle de chimie, et aussi de rendre plus performant notre protocole de palynologie. D’ailleurs voilà le résultat :

Jeudi 21 juillet. Bonjour !

Aujourd’hui Alain, notre éducateur est en congé.
Nous serons ce matin en salle informatique en compagnie de nos camarades « SPIPEURS » (du nom des spécialistes du programme SPIP) pour réaliser le plan de la jasserie Colomb ruinée. C’est David qui gèrera notre activité.
Cet après-midi nous serons en salle PERCEPTION afin de terminer l’analyse microscopique des échantillons de tourbe. Ici c’est Thibault qui gèrera notre activité.
Pour ce qui est du plan de la jasserie, c’est moi Nicolas qui m’y colle. A partir des mesures que nous avons recuillies sur le site, je trace sur un programme spécifique le plan qui va nous permettre de mieux voir l’agencement architectural, la répartition des pièces (bien qu’il n’y en ai que deux dans une jasserie), bref de voir ce que nous ne voyons pas bien sur le terrain. Ce plan qui sera agrandi au format A3 nous servira de support pour positionner toutes nos problématiques, tous nos questionnements, toutes nos hypothèses.
Voilà ci-dessous ce que donne le premier jet du plan que j’ai dressé. Les ronds = des gros arbres dans la ruine. Le rectangle au bord supérieur = un bassin (retenue d’eau) que nous avons exhumé. Le rectangle au bord inférieur droit = une très grosse pierre équarrie.

C’est moi Lucas qui m’occupe des pollens. A force de faire, refaire et rerefaire le protocole d’extraction nous sommes arrivés à des résultats très satisfaisants. Nos lames contiennent beaucoup de pollens (de10 à 20 par lames) ce qui est extraordinaire. Ce qui veut dire aussi que la manipulation est presque parfaite et nos yeux sont maintenant accoutumés à décrypter la lecture au microscope binoculaire.
Voilà le résultat d’un pollen identifié au microscope. Là il s’agit d’un pollen monoporé.

Vendredi 22 juillet. Bonjour !

Il fait beau temps ! le soleil brille !! Nous allons avoir une belle journée !! Tant mieux car nous serons à l’extérieur toute la journée.
Ce matin nous accompagnons nos plus jeunes camarades du séjour « au fil de l’eau » (encadrés par Antoine et Alain) aux sources de l’ance (l’Ance est une rivière qui coule non loin du Centre et qui file dans la vallée pour se précipiter dans la Loire). Dès le forum terminé nous partons en minibus pour rejoindre 20 minutes après le col des Supeyres et là nous prenons à droite sur un sentier de randonnée pendant environ 2 kilomètre sur les hauts plateaux des Hautes Chaumes du Livradois Forez. Après la bifurcation nous arrivons devant un groupe de jasseries : les jasseries de Pégrol à 1380 mètres d’altitude. Nous demandons notre chemin aux personnes que nous visitons et aux vaches que nous croisons
De là nous descendons dans le vallon et rencontrons la première source. Les prairies sont très humides voire marécageuses, il nous faut faire attention là où nous mettons nos pieds. Alain ouvre le chemin mais Antoine prend l’eau !! Nous trouvons une autre source qui arrive de plus haut. Nous suivons encore ce petit cours d’eau. A l’orée d’un bois nous entendons un gros bruit d’eau. Là, entre les herbes hautes, les bouleaux, les sorbiers, se cache la confluence de tous les bras de l’Ance : un gros torrent qui défile à toute vitesse vers le vallon de Saint Anthème. Nous sommes aux sources de l’Ance !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nous prenons le chemin du retour en coupant au plus court car nos estomacs crient famine.
Les pic nic sortis des sacs les bienvenue pour tous.
Nous retournons au Centre pour 14 heures. Il est l’heure de l’Activité Extra Scientifique suivie du goûter.
Dès le goûter terminé nous nous prenons tout notre matériel d’archéologie chargé sur une brouette et nous nous rendons à la jasserie Colomb ruinée pour y effectuer quelques opérations de vérification à l’aide de notre plan.
A la jasserie nous constatons le seuil d’accès à l’étage (grenier à foin) et par là-même l’axe médian du mur qui le supporte. Nicolas prend note de tous ces détails.
Alain quant à lui continue le sondage sur le fossé taluté.

Samedi 23 juillet. Bonjour !

Hier soir c’était la BOUM. Le coucher s’est effectué tard, assez tard, et l’horaire du petit déjeuner est prolongé de 15 minutes. Pour les gros dormeurs ces 15 minutes en plus sont une aubaine.
Mais aujourd’hui jour de retransmission des moyens et des petits, il n’y aura pas de forum. Nous passons directement à la dernière préparation de la retransmission et à l’ Activité Scientifique pour les autres. Pour notre part, nous avions projeté de nous rendre ce matin en activité à la jasserie Colomb ruinée mais il pleut donc nous n’y allons pas. Nicolas retravaille le plan de la jasserie à la vue des derniers éléments notés sur le terrain et crée aussi le plan du 1er étage (la grange à foin) alors que Lucas s’active autour du classement des objets récoltés ces derniers jours.
Midi sonne. A table. Le déjeuner est vite pris, tout le monde est excité par l’après-midi qui s’approche.
Les premiers parents arrivent dès 13H. Les stands ne sont tout à fait prêts. Encore quelques minutes de préparation et voilà que tout le monde attend les visiteurs.
14 H, c’est parti. Les visiteurs arrivent.Notre groupe pas de retransmission ce samedi, donc nous visitons les stands de nos jeunes camarades. Il y a foule entre 14H et 16H.
Vient le goûter qui régale tout le monde, petits et grands. Et puis temps libre jusqu’à 16H30.
Pour les deux dernières heures d’activité nous décidons de nous rendre à la jasserie pour y effectuer quelques travaux de recherche :

Dimanche 24 juillet. Bonjour !
Pour ceux qui restent au Centre sur les deux dernières semaines de juillet, ce dimanche intermédiaire est jour de randonnée pour tous.
Après un petit déjeuner décalé, le Centre se vide de tous ses locataires et nous partons tous ensemble pour une grande randonnée qui nous mènera à la jasserie du coq noir en passant par les jasseries de la Fayolle, en traversant dans toute sa longueur la forêt des Allebasses, pour sortir sur les hauts plateaux près du col des Supeyres. Là nous pique-niquerons. Ensuite nous reprendrons les chemins qui, à travers les Hautes Chaumes nous emmèneront jusqu’au Balayoux où nous nous séparerons en deux groupes : les moyens et les petits rentreront par la voie directe vers le Centre en traversant Viallevieille, alors que les ados et leurs éducs se dirigeront vers vers le coq noir où ils arriveront vers 17 heures.
Là un bivouac est prévu pour la nuit, avec grillade et feu de camp suivant la météo peu clémente ses derniers jours.
La randonnée se passe bien, la longue file des marcheurs s’étire comme un accordéon suivant la difficulté du terrain. Si le terrain est plat ou en descente tout le monde suit le rythme et la file est courte. Il suffit de se retourner de temps en temps pour voir le dernier, là bas, à quelques dizaines de mètres.
Si le terrain est difficile ou pentu, les plus costauds mènen devant et les plus lents ferment la marche, là bas derrière, à plusieurs centaines de mètres. Mais il y a une règle qui prévaut dans ce cas, et c’est un groupe de deux ou trois animateurs qui ferment la marche, rammassant les derniers « traînards ».
Le temps est gris mais il ne pleut pas (encore). D’ailleurs nous bénéficions avec grand plaisir d’un beau soleil durant notre pique-nique et certaines en profitent pour prendre le soleil.
Après le déjeuner la troupe se met en branle vers les Balayoux où nous nous séparons : les moyens et les petits vont rentrer directement au Centre par le chemin le plus court pour 40 minutes de marche alors que les ados vont se diriger vers la jasserie du coq noir pour 60 minutes de marche. En chemin les ados récoltent du bois sec jeté sur les bas-côtés afin d’alimenter le feu de camp pour ce soir. Nous arrivons à la jasserie vers 16 heures. Là nous inventons toutes sortes de jeux pour occuper le temps jusqu’à 19 heures quand Patrick nous apporte nos tentes de camping et la nourriture pour la grillade de ce soir et le petit déjeuner de demain matin.
La grillade est franchement délicieuse : steakcs hachés grillés, saussices grillées, pommes de terre cuites au feu de bois, salade et tomate, bananes au chocolat grillées pour dessert.
La première partie de la veillée démarre par des chants rythmés, la seconde partie se poursuit par des mélodies sur fond de ciel étoilé (étoilé mais pas pour longtemps).
Et tout le monde s’endort, qui sous la tente, qui à la belle étoile dans son sac de couchage.
Lundi 25 juillet, il est 3 heures du matin et SPLASH ! grosse averse.
Pour ceux qui dorment dehors le sommeil se termine ici !
Les autres qui dorment sous la tente ne sont pas été réveillés.
Lundi 25 juillet, il est 6 heures du matin et RE SPLASH ! voilà que le clairon annonce la fanfare : le coq s’éveille en cocorico et deux ânes non loin lui braient.
DU COUP TOUT LE MONDE EST REVEILLE. MERCI LES ANIMAUX !!!!!!!!!!!!!
Petit déjeuner matinal. Démontage des tentes, rangement du matériel, le mini bus du Centre arrive, chargement. La troupe s’élance vers la randonnée de retour.
Le groupe « MYSTERES DES GRANDES COLLINES » reste sur place avec tentes et nourriture pour une journée scientifique...

Bonjour !
... Lundi 25 juillet,
il est 3 heures du matin et SPLASH ! grosse averse.
Pour ceux qui dorment dehors le sommeil se termine ici !
Les autres qui dorment sous la tente ne sont pas été réveillés.
Lundi 25 juillet, il est 6 heures du matin et RE SPLASH ! voilà que le clairon annonce la fanfare : le coq s’éveille en cocorico et deux ânes non loin lui braient.
DU COUP TOUT LE MONDE EST REVEILLE. MERCI LES ANIMAUX !!!!!!!!!!!!!
Petit déjeuner matinal. Démontage des tentes, rangement du matériel, le mini bus du Centre arrive, chargement. La troupe s’élance vers la rando de retour.
Nous avons rendez vous avec Monsieur Antoine et Madame Marie Thérèse DURAND à leur jasserie. Nous allons les rencontrer dans le cadre de notre projet d’ethno-archéologie des jasseries. Nous allons les questionner. Mais seul Monsieur DURAND est présent aujourd’hui.
Nous apprenons énormément de choses à l’écouter. Monsieur DURAND est très sympathique, il nous offre du sirop de myrtilles fait maison. Il nous explique la vie dans la jasserie de son beau-père, la vie de sa femme, petite fille chargée de conduire les mules dès l’âge de 4 ans (nous sommes abasourdis). Mais Monsieur DURAND nous affirme « on vivait bien, on vivait transquilles, on travaillait beaucoup mais on était heureux ». Nous sommes restés plus de deux heures en sa compagnie, assis sur les bancs de la maison, le dos contre le feu de cheminée (qui nous avait réchauffé d’ailleurs), nous avons pris cinq pages de notes, des photos. Et puis nous avons salué Monsieur DUURAND, nous l’avons remercié pour son accueil, sa gentillesse, le temps qu’il a passé avec nous sans compter et nous sommes partis...
Dehors nous avons retrouvé le plateau de Pégrols tel que nous l’avions laissé quelques heures auparavant : Une pluie fine tombait toujours et sans discontinuer. Le vent glacial soufflait toujours. Le brouillard empêchait toujours de voir à plus de 50 mètres. Le plateau était encore sous une chape de coton, nous entendions les cloches des vaches mais nous ne les voyions toujours pas. Il était impossible de nous arrêter ici pour la pause pic-nic, il faisait trop froi. D’un commun accord nous avons pris le chemin de retour en mangeant, deux heures de marche silencieuse nous attendaient et au bout ...
... UN CHOCOLAT CHAUD A LA JASSERIE DU COQ NOIR, Que le chocolat chaud était bon !!!

Nous n’avions pu remplir que la moitié de notre mission car nous n’avions pu aller voir les traces de jasseries plus archaïques inventoriées par avion l’année dernière. Nous y retournerions demain.

Mais non !! Une désagréable surprise nous attendait en arrivant à nos toiles, l’eau de pluie continuelle avait finie par s’infiltrer dans chacune de nos tentes. Nous avons dû renoncer à rester sur place. Nous avons téléphoné au Centre et le Directeur est venu nous chercher.
Un dîner copieux avait été préparé (rien que pour nous), une bonne douche chaude nous attendait.
Ainsi s’est terminée cette recherche ethno-archéologique. Nous avons appris beaucoup de choses. Nos théories sur l’architecture de la jasserie Colomb ruinée a été balayée en un revers de main. Nous devons revoir toute notre problématique, toutes nos hypothèses. Nous avons du pain sur la planche. Mais nous reviendrons sur le plateau de Pégrols.

Il est 23 heures, tout le monde est couché, l’étage s’endort. A demain donc.

Mardi 26 juillet. Bonjour !

Cette nuit nous avons dormi dans nos lits et au sec. Quel plaisir !
Mais nous ne regrettons pas d’avoir été obligés de rentrer plus tôt que prévu car il pleut toujours aujourd’hui.
Cet été est bien maussade mais cela ne freine pas notre enthousiasme pour nos activités d’ethno archéologie sur la jasserie ruinée de Monsieur et Madame COLOMB.
Nous allons donc rester à l’intérieur. Nicolas va reprendre son travail d’architecte. Aux dires de Monsieur DURAND, Il va devoir repenser le dessin et la disposition des pièces et leur attribution. Nicolas va donc rester en salle SPIP sous la surveillance d’un animateur, et il dressera le plan de la jasserie.
Lucas qui a maintenant une très bonne expérience de la palynologie et surtout de la préparation chimique, de la lecture microscopique et de la détermination des pollens va élaborer le protocole d’extraction des pollens. Pour lui cette étape « extraction » n’est qu’une formalité, cependant il nous restera à franchir une étape très délicate qui est celle de la construction du diagramme pollinique. Cette opération sera confiée aux jeunes du séjour suivant (1er au 15 août).

4.1. Observations et travaux antérieurs

4.2. Problématiques et Hypothèses

Mercredi 27 juillet 2011
Bonjour. La météo est aujourd’hui plus clémente. Nous allons en profiter pour quitter notre labo de chimie et nos claviers d’ordinateurs pour aller sonder les nouvelles interrogations suivantes sur le chantier :
- position des pièces dans la jasserie
- position des ouvertures
Pensant que nous sommes dans l’erreur quant à la disposition des pièces dans la jasserie depuis que nous avons visité plusieurs jasseries et rencontré MR DURAND, sur place nous reformulons les hypothèses.
Nicolas qui une vue aiguisée sur cet espace et des propos très pertinents va et vient dans sur la ruine qu’il connaît par coeur, même si au sol il n’y a que des amoncellements de blocs, il replace dans cet espace tous les éléments comme s’il s’y trouvaient et son propos est étayé ! Une vrai graine d’archéologue Nicolas ! Nous replaçons virtuellement une ennième fois les éléments mais rien n’y fait, nous en arrivons à la conclusion du plan que nous avons acquis depuis les premiers jours, comme si un élastique nous tirait toujours vers le même résultat. Lucas suit, impassible, l’oeil interrogatif, sans rien dire pendant de longs moments, comme s’il était un visiteur, un quidam qui ne voit pas les représentations virtuelles que nous détaille Nicolas, et puis tout à coup, ponctuellement mais régulièrement, comme à l’économie, comme si Lucas n’était pas là de tout ce temps, comme si Lucas nous rejoignait tous les quarts d’heure, et au bon moment une phrase sort de la bouche de Lucas, la phrase qui règle la situation latente ou la phrase qui ouvre de nouvelles perspectives. Les propos de Lucas sont rares mais justes et éclairés. Quelle équipe !

Toutes ces gesticulations autour des pierres nous emmènent à découvrir au sol une particularité dans les modèles types des jasseries : les fondations d’une grande avancée devant la façade principale (sud) de la construction. Nous sommes à la fois surpris et heureux de découvrir un élément nouveau qui ne se voit dans aucune jasserie alentour. Nous avions à vrai dire intuité la possibilité de l’existence d’un élément semblable, car la jasserie se trouvant au centre d’un terrain très long et très pentu (environ 1200 mètres de pente) qui se trouve être aujourd’hui l’une des pistes de la station de ski de Prabouré et qui, même si au temps de l’occupation de la jasserie n’était pas encore station de ski il n’en demeurait pas moins que lors d’un violent orage, l’eau devait dévaler de cette pente avec quantité et force, buter sur la jasserie, passer devant la façade principale et probablement aussi innonder les portes d’accès de l’étable et de la maison. Ainsi les propriétaires ont ils été sans doute obligés de construire cette avancée pour ce protéger des eaux de pente, du moins c’est en l’état de nos réflexions la seule raison pour avoir ainsi innové dans le plan traditionnel (et perpétuel) d’une jasserie.
Nous avons donc dégagé le pourtour de cette avancée, nous avons tenté d’en saisir ses extrémités et avons relevé quelques mesures qui vont permettre à Nicolas de remodeler le plan de la jasserie.
Nous retournons au Centre pour poursuivre la fin de la journée selon le rythme habituel.
Ce soir veillée casino, l’argent va être au centre des intérêts de chacun, le jeu va monopoliser toutes les attentions, la boisson va couler à flot (sirops de fruits) et il sera 22h30 quand tout les ados se coucheront, l’étage s’endormira. A demain donc.

Date du jour

4.3. Expériences

4.4. Résultats

4.5. Interprétation - Ouvertures - Conclusions

4.6. Bibliographie

Date du jour

5. La retransmission

6. Bilan



Nos partenaires

Voir également