La Gestion Intégrée de la Forêt - Table-Ronde du 31 octobre 2009

12 jeunes âgées de 12 à 18 ans organisent une Table-Ronde sur le thème de la Gestion Forestière Intégrée et de l'Agriculture en Sous-Bois. Voir descriptif détaillé

La Gestion Intégrée de la Forêt - Table-Ronde du 31 octobre 2009

12 jeunes âgées de 12 à 18 ans organisent une Table-Ronde sur le thème de la Gestion Forestière Intégrée et de l'Agriculture en Sous-Bois. Voir descriptif détaillé

Cette page regroupe les Actes de la Table-Ronde.

Pour obtenir plus d’information sur les Rencontres de l’Excellence, veuillez suivre ce lien.

Introduction - Jérome MATHEY

Samedi 31 octobre à 16 h les jeunes participants aux Rencontres de l’Excellence ont tenu une table ronde sur le sujet de la Gestion Intégrée de la Forêt. Ce sujet sur lequel l’association avait déjà organisé un colloque au début de 2008 a été choisi comme support thématique de leur semaine visant à les rendre plus efficients et compétents sur la manière de conduire et gérer un projet. Pour cela ils ont aussi intégré des notions importantes sur la fiabilité des informations, scientifiques ou autres, que l’on trouve sur internet ou d’autres sources d’information. Ils ont appris à organiser leur pensée pour apprendre mieux et plus vite et communiquer leurs résultats.

Les acteurs de ce « grand jeu » en vraie grandeur :

Une équipe de sept intervenants Etienne, Audrey, Nicolas, Clément, Julian, Corentin, Erwan

Etienne, Nicolas, Clément et Corentin

Erwan, Audrey, Julian et Thomas

Un animateur de table ronde : Thomas

3 journalistes : Lise, Cédric et Landry

et 2 supports techniques et informatiques : Alliaume et Merlin

Alliaume et Merlin

Histoire de la gestion forestière en France - Etienne


Comprendre hier pour éclairer aujourd’hui

Introduction

  • 8000 avant J.C (Néolithique) :
    • Défrichement par le feu
    • Déforestation : hémisphère nord
  • A l’époque gauloise
    • Une forêt immense et impénétrable
    • « Gaule » = « Gaël » (les bois)
    • lieux de culte et vénération (arbre sacrée)

Epoque romaine

  • 5 siècle = transformation de la Gaule avec les défrichements (routes, villes, recul de la forêt)
  • Forêt reste encore dangereuse (embuches, dangers, mystères)

Epoque franque et Moyen-âge

  • Epoque franque :
    • 5e-6e siècle : période de trouble donc la forêt progresse
    • Fin 6e siècle retour du défrichement avec les ordres monastique
  • Moyen-âge :
    • 10e-11e siècle : multiplication des défrichements par l’augmentation de la population, Utilisation du bois pour se chauffer, construction d’édifices (forêt engloutie)
    • 1291 : création par Philippe le Bel de l’administration des eaux et forêts : Etendre les surfaces cultivés, Création du Maitre des Eaux et Forêts (délivre droit de ramassage), la forêt appartient aux seigneurs, au roi et à l’église, les « manants » ne peuvent y accéder (sauf droit d’usage)
    • 1346 : création du premier code forestier, Contrôler, surveiller, juger l’exploitation forestière, la chasse et la pêche
    • 1376 : l’Ordonnance de Melun (52 articles), véritable administration forestière
    • 14e- 15e siècle : pouvoir est absorbé par les guerres et délaisse la question des forêts, terres laissées en friche et rendues à la forêt

Epoque moderne (16-17e)

  • 1520 : la forêt = 25 % du territoire français
  • 17e siècle : Colbert (ministre de L XIV) crée les Eaux et Forêts
    • Forêt Troncay pour la construction naval
    • 1661 à 1669 : nouveau code (réorganise l’exploitation sylvicole)
    • Création de corps de Maîtres des Eaux et Forêts

19e et 20e siècle

  • 1827 : code forestier et 16 % du territoire français
  • 1859 : réglementation du défrichement
  • 1864 : maintient des forêts stratégiques
  • années 20 : création des forêts de guerres (expansion de la forêt dans le Nord-Est)
  • 1930 et 1950 : lois et amendements pour l’exonération du droit de succession forestier
  • Après la deuxième guerre mondiale : fonds forestier national crée par une taxe sur les activités économiques liées à la forêt
  • 8 mai 1951 : loi qui clarifie le code de 1827
  • 29 octobre 1952 : codification des textes législatifs concernant la forêt (élargissement des sujets traités par le code de 1827)

Conclusion

  • Forêt = ressource, nourriture, protection
  • Forêt = ressource économique
  • Forêt = besoin d’être préservée

Visualiser le diaporama « Histoire de la gestion forestière en France » d’Etienne


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :











Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


ONF - Clément


L’Office National des Forêts est un organisme d’état qui a pour mission une gestion intégrée des forêts. Elle étend son domaine d’influence sur toute l’Europe.

Ses objectifs :

  • Gérer les forêts publiques dans une politique de développement durable.
  • Organiser les ventes de bois sur le marché Français (et réguler les crises, par ex : les tempêtes ayant eu lieu)
  • Prévenir les risques de catastrophes naturelles dans les forêts (épidémies, incendies,...)

    L’ONF est chargé de faire appliquer le code forestier qui :
  • est un code de loi défini par l’état
  • est une garantie pour la protection de la forêt
  • contrôle la surexploitation de la forêt par ses propriétaires

Pour garantir son action au niveau des ses objectifs, l’ONF a mis en place des filiales.

ONF énergie :

  • qui commercialise les produits de la biomasse
  • qui produit de l’énergie

ONF international :

  • qui propose des prestations de conseils
  • qui apporte son expertise (sur le carbone biologique par exemple)

L’ONF poursuit son action grâce à 2 catégories d’employés :

  • les fonctionnaires pour l’administration
    • bac+2 avec des spécialisations en compta
    • possédant des connaissances informatiques
  • les gardes forestiers
    • connaissance des différents écosystèmes
    • BEPA « aménagement de l’espace »
    • qui possèdent de bonnes aptitudes physiques

L’ONF en quelques chiffres :

  • 6800 fonctionnaires
  • 3200 gardes forestiers
  • 1.8 M.Ha de forêts domaniales (11%)
  • 2.6 M.Ha de forêts communales (16%)
  • 14 500 000m3 de bois mobilisé par an (forêts publiques)
  • 607.4M€ de CA en 2007

Visualiser le diaporama « ONF » de Clément


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :







Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


La biodiversité de la forêt - Julian


Biodiversité forestière et gestion

  • Quelle est la biodiversité forestière en France ?
  • En quoi cette biodiversité est importante ?
  • En quoi cette biodiversité est en danger actuellement en France et ailleurs ?
  • Quelles sont les solutions pour la préservation de cette biodiversité ?

La biodiversité forestière française

  • La mégafaune
  • La microfaune
  • La flore
  • L’humus, les strates botaniques
  • L’importance des champignons et autres lichens
  • Le rôle des insectes et autres xylophages

L’action de l’homme sur la biodiversité locale

  • Des espèces menacées et d’autres invasives
  • Des habitats en danger
  • Des problèmes de fractionnement et de monoculture
  • Les polémiques : chasse etc.

Mais aussi des points positifs

  • Les bocages
  • Les arbres têtards
  • Les haies

Comment préserver l’écosystème forestier local

  • Préservations, conservation et réintroduction des espèces menacées ou localement disparues
  • Nouveaux plans de mesures pour la préservation des milieux forestiers ;
    • contrôles de l’agriculture
    • sylviculture
  • Limitations de la pollution chimique, physique et même lumineuse
  • Contrôle et éradication des espèces exotiques invasives
  • Accords entre écologistes, agriculteurs, chasseurs... notamment sur des sujets polémiques comme la chasse

Visualiser le diaporama « La biodiversité de la forêt » de Julian


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :






Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


Les ONG et la forêt- Erwan


Le regard des ONG sur les forêts

  • Le travail des ONG sur les forêts primaire/replantées
  • La préoccupation des ONG par rapport aux forêts françaises

Le travail des ONG sur les forêts primaires/replantées

  • Les ONG s’occupent des forêts primaires plutôt que des forêts replantées, sauf exceptions
  • Les ONG s’occupent des grandes forêts comme la forêt amazonienne plutôt que des plus petites comme les forêts françaises, sauf exceptions

La préoccupation des ONG par rapport aux forêts

  • Étant donné que les ONG se préoccupent principalement des grandes forêts les gérants des plus petites sont moins harcelés et ont une plus grande liberté d ’action.

Les éco « labels »

  • Les éco labels sont des logos qui assurent que la production à base de bois ont respecté des procédures censées garantir la gestion durable des forêts. ces labels touchent les forêts européennes, mais principalement les grandes

Visualiser le diaporama « Les ONG et la forêt » d’Erwan


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :





Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


Le CRPF - Audrey


Le CRPF (Centres Régionaux de la Propriété Forestière) dirige son action autour de 2 pôles importants :

  • être une interface Public/privé
  • a un rôle d’information, de formation et de guide

Ses missions sont :

  • Gérer durablement la forêt
  • Conseiller des sylvicultures aux propriétaires
  • Représenter les propriétaires forestier auprès de multiples instances (état, grossistes)
  • Proposer des solutions adaptées aux problématiques environnementales, économiques
  • Informer sur l’évolution de la forêt

Le CRPF peut permettre d’aider les propriétaires à acquérir des labels de qualité, apportant une plus-value environnementale et économique tels que le PEFC ou le FSC. Ces écolabels permettent aux propriétaires forestiers de montrer que le bois issu de leurs forêts est géré durablement.

La question de la chasse peut entrer en jeu dans la gestion forestière par la régulation de certaines espèces influentes telles que les cervidés.

Il est néanmoins évident que la forêt qui aujourd’hui est considérée comme un patrimoine doit pouvoir protéger de manière accrue les espèces en danger.

De plus, une gestion durable des forêts est déjà mise en œuvre de par une certaine imitation de la nature. La conservation d’îlots de vieillissement et d’arbres morts permet la sauvegarde de la biodiversité lors des récoltes.

Visualiser le diaporama « Le CRPF » d’Audrey


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :







Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


Etudes du CEMAGREF - Nicolas


Nicolas a choisi de mettre en valeur les initiatives liées à la gestion forestière intégrée au sein d’un organisme de recherche en particulier, le CEMAGREF (Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts)

Ce centre de Recherche s’intéresse à 4 pôles en particulier :

  • les ressources en eau, usages et risques
  • la gestion des territoires
  • les écotechnologies et les agrosystèmes
  • les milieux aquatiques et la qualité des rejets

Le pôle qui nous intéresse dans notre étude est celui de la gestion des territoires, lui-même composé de 3 sous-thèmes de Recherche :

  • les écosystèmes forestiers
  • les écosystèmes méditerranéens et la gestion des risques
  • les écosystèmes montagnards

A l’intérieur même du thème des écosystèmes forestiers, nous pouvons trouver les unités de Recherche suivants :

  • les forêts hétérogènes
  • les interactions entre la gestion forestière et la biodiversité intra-spécifique
  • les interactions forêt-cervidés
  • les interactions entre la gestion forestière et la biodiversité spécifique

et sur la question des forêts hétérogènes, 3 sujets peuvent être mis en valeur :

  • L’étude du peuplement mélangé de chêne et de pin sylvestre
  • l’étude de la biodisponibilité en bois en en biomasse-énergie
  • la modélisation de la croissance des pins laricio/sylvestres

Pourquoi étudier la disponibilité en bois ?

Tout simplement parce que les énergies fossiles se raréfient, parce qu’une augmentation nette des besoins de l’industrie est à prévoir mais aussi parce que les ressources forestières françaises sont inexploitées.

Comment mener cette étude ?

  • par une synthèse des 300 études préalables
  • par calcul : disponibilité en BIBE (bois industrie bois energie) = volume de bois productible - consommation actuelle

La répartition du BIBE en France n’est pas homogène et est très la gement disponible dans le nord-est.

Cela dit, l’étude est limitée par la non prise en compte de la tempête de 1999 et que l’hypothèse que 70% du bois de chauffage est d’origine forestière.

La modélisation des peuplements mélangés à pour objectif de proposer aux gestionnaires forestiers un outil d’aide à la décision à travers une plateforme de calcul dénommé CAPSIS. En effet, on peut noter un intérêt croissant pour les peuplements mélangés mais avec une absence de modèle fiable.

Tous ces axes de Recherche aspirent donc à une meilleure compréhension, et donc gestion de la forêt, afin de répondre aux exigences nouvelles que sont le respect de l’environnement et l’utilisation de ressources renouvelables.

Visualiser le diaporama « Etudes du CEMAGREF » de Nicolas


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :



















Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


L’industrie du bois - Corentin


Les industries du bois ont été présentées autour de 3 domaines principaux :

  • l’industrie du papier
  • le bois de chauffage
  • le bois de construction

Pour cette première industrie, outre le fait que les technologies peuvent encore à l’heure actuelle être polluantes, elle utilise les déchets du bois.

Le secteur du bois énergie utilise aussi les déchets dans la réalisation des granulés bois. A noter que ces granulés sont comparables en coût à la bûche mais avec un meilleur rendement. Avec une utilisation facilité, il faut néanmoins noter que les granulés restent relativement fragiles et ne résistent pas aux chocs.

Enfin, le secteur du bois de construction propose des matériaux intéressants qui permettent un développement dans de nombreux domaines. Le bois est en effet un matériaux tout terrain qui peut permettre des réalisations sur mesure.

Avec des vertus bioclimatiques évidentes et un coût équivalent au béton, il peut potentiellement devenir un matériaux de choix lorsque les quelques limites suivantes seront éludées :

  • la construction bois n’est encore pas acceptée partout
  • l’entretien coûte relativement cher
  • le risque d’incendie existe et n’est pas à négliger
  • la revente des structures en bois n’est pas forcément intéressante

Visualiser le diaporama « L’industrie du bois » de Corentin


Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama :






Cette présentation est disponible en téléchargement au format pdf tout en bas de la page.


Questions et Débats

différentes questions ont ensuite eu lieu, et de nombreux débats, parfois enjoués, ont eu lieu soit entre les membres du public (parents, élus locaux, journalistes professionnels, journalistes stagiaires, membres de l’association...) soit entre les intervenants, qui se sont parfaitement bien pris au jeux.


Conclusion - Thomas EGLI

L’intérêt et l’importance d’une gestion intégrée des écosystèmes forestiers n’est plus à redémontrer encore. Toutefois, de la même manière que l’a montré Erwan pour les ONG et les différences d’efforts menés sur les forêts tempérées occidentales et sur les forêts tropicales, si la gestion intégrée de la forêt fait l’objet de nombreuses recherches et propositions sur les zones tropicales et subtropicales, elle reste encore trop peu développée sur les zones tempérées et plus particulièrement sur les zones occidentales.

Des solutions particulièrement porteuses, à de nombreux titres, comme l’agriculture en sous-bois, auraient tout à faire gagner à la fois aux propriétaires, qui augmenteraient leur revenu et la santé de leurs parcelles, et à la fois aux défenseurs de la nature et aux services public, qui gagnerait en espaces de conservation.

Quand à l’industrie du bois, on peut se demander pourquoi aujourd’hui encore elle n’a toujours pas investit pleinement le domaine de la transformation du bois. Plus de 10 ans après l’invention de procédés capables de faire des carrosserie imputrescible à base de bois, il n’y a toujours aucun véhicule qui n’exploite cette solution. Alors que le moindre objet réalisé en bois serait synonyme de capture de CO2, il n’y a aujourd’hui pas de stylos en bois, pas de pichets en bois, et bien trop, beaucoup trop, de meubles en métal ou en plastiques. Ces quelques courts exemples montrent ce qui est aujourd’hui une aubaine pour l’industrie... mais qui pourrait bien devenir dans 20 ans ou 50 ans, si l’on agit pas rapidement, une simple obligation imposée à l’Homme par la Nature puisque toutes les autres ressources auront, elles, été épuisées.

Nos partenaires

Voir également