La Forêt Mystère - La culture en sous-bois (du 17 au 31 Juillet 2011)

Étude de la faune et de la flore de forêt de Prabouré, essai de culture en sous-bois, extraction d'huile essentielle. Voir descriptif détaillé

La Forêt Mystère - La culture en sous-bois (du 17 au 31 Juillet 2011)

Étude de la faune et de la flore de forêt de Prabouré, essai de culture en sous-bois, extraction d'huile essentielle. Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Dimanche 17 Juillet

Arrivée

Tout le monde était présent et arrivé à bon port pour ce premier repas sur le centre. Une première veillée aura permis à chacun de se rencontrer, de faire connaissance découvrir les lieux. Les activités scientifiques s’effectueront en petits groupes alors que les activités de plein air pourront se réaliser avec les autres séjours du centre.

notre fournisseur d’accès internet a quelques difficultés à nous garantir une connexion fiable actuellement et semble faire son maximum. Cela explique le petit décalage de publication des informations.

Lundi 18 Juillet

1. Phase contact

La journée à démarré à 10h avec l’activité scientifique du jour. Pour notre phase contact nous sommes sortis dans les environs du centre pour découvrir les lieux, principalement les 3 types de biotope présents : forêt naturelle, forêts plantées par l’homme et la prairie. Nous avons observé la flore, la faune (insectes) et le sol des différent milieux.

2. Phase Découverte

L’après-midi a été consacrée a un briefing de toutes les différences entre ces environnements : la prairie est composée de graminées et de fleurs qui poussent sur un sol tassé, le tout en plein soleil. La forêt naturelle est très ombragée, il y fait plus frais, le sol y est souple et recouvert de feuilles et branches mortes. On peut même en ce moment y sentir une odeur de champignons plutôt forte.
La forêt plantée est plus éclairée, la consistance du sol est ni souple ni dure c’est à dire à mi-chemin entre les 2 précédents environnements. Au sol il n’y a que des épines de résineux, aucune fleur, aucune herbacée. Malheureusement la pluie devenant plus forte nous sommes rentrés nous abriter et nous sécher.

Mardi 19 Juillet

3. Phase Approfondissement

Lors de cette journée où Thibault notre animateur était en congé, nous avons confectionné un cahier du naturaliste afin de noter un maximum d’observations dans la nature, certains en ont profité pour perfectionné celui de l’année précédente.
A cela ajoutons l’observation des captures de la veille : bousier, chenille, carabe et autre insecte présents dans la prairie de Prabouré. Nous avons terminé par la mise en place d’un vivarium pour l’observation de nos petites bêtes.

Mercredi 20 Juillet

4. Le Projet de Recherche

Début des festivités à 10h avec la présentation des parcelles de cultures aménagées devant notre serre d’extérieur. Trois type de sol y sont présentés :

- un sol à « l’abandon » où les plantes sauvages on commencé à reprendre leur droit ;

- un sol où nous allons installer de la paille en tant que mulch de surface ;

- et un sol où l’amendement est constitué de feuilles mortes, de fougères séchées, de bois en décomposition et de terre humifère.

Pour une de ces parcelles nous avons du pailler nous même : à l’aide d’une brouette nous avons transporté plusieurs bottes de paille que nous avons étalées sur la parcelle.

Le but de cette manœuvre sera d’ensemencer la parcelle directement sur le mulch de paille, donc sans travail du sol et avec très peu d’effort physique. Le problème soulevé est que si nous semons en surface il y a de fortes chances pour que les oiseaux, les gastéropodes, les insectes…etc nous dévorent nos graines. Pour pallier à ce problème nous allons utiliser la technique des boulettes d’argiles qui consiste à mettre les graines dans des boulettes d’argile et de semer sur le mulch. Grâce à cela la semence se retrouve protégée des attaques extérieures. Ce milieu fertile (l’argile) permet dès les première pluies à la graine d’être intégrée dans le sol. Pour cela nous sommes allés chercher de l’argile dans le ruisseau de la forêt de Prabouré : seaux et truelles en main nous voilà partis à la recherche de l’argile désirée. Une fois récoltée nous sommes retournés au centre où nous avons filtré notre « récolte » pour éliminer les gros déchets et surtout un maximum d’eau. Le tout déposé sur un tamis fin lui-même posé au-dessus d’un seau, nous patienterons jusqu’au lendemain pour l’utiliser et y incorporer nos graines dedans.

Jeudi 21 Juillet

4.1. Observations et travaux antérieurs

Aujourd’hui nous avons confectionné nos boulettes d’argile avec celle récupérée la veille au ruisseau. Ayant séché, elle à perdu de sa consistance visqueuse et est devenue plus sèche ce qui nous à permis de faire des petites boules. Nous y avons inséré des graines de différentes plantes test : persil, concombre, mâche, tomates, maïs, blé, lentille, haricot... Une fois bien roulées ces petites boules restent compactes et donc conservent en leur coeur les graines ainsi à l’abri de quelconque attaque.

Nous avons terminé la matinée par le relevé d’un des 2 pièges photos que nous possédons sur lequel nous avons pu observer dernièrement 2 renards et un hérisson. Nous irons les remettre en place durant la journée de demain.

L’après-midi à était consacrée à l’ensemencement des différentes parcelles :

- une parcelle paillée sur une épaisseur d’environ 8 cm où les boulettes ont était déposées directement sur la surface, cette parcelle se divisant en 2 parties : une où les semences ont été déposées en ligne, l’autre où les semenses ont été déposées de façon aléatoire
une parcelle à l’abandon où la nature à commencé à reprendre ses droits là le dépôt s’est effectuée à même le sol
- une parcelle de BRF de l’année dernière : boulettes déposées directement dessus
- une parcelle de BRF de l’année dernière où les boulettes ont était déposées dessus avec un apport de mulch de paille recouvrant le tout
- une parcelle comportant divers mulchs de paille, de fougère, de feuilles mortes, de bois en décomposition et de terre humifère

Eh bien maintenant il ne nous reste plus qu’a observer !

Vendredi 22 Juillet

4.2. Problématiques et Hypothèses

Aujourd’hui nous sommes partis dans la forêt à la recherche de traces d’animaux : nous avons trouvé une placette où des dizaines de pommes de pain avaient était rongées, sûrement par des écureuils, ainsi qu’un « chemin » plus en contrebas qui semblerait être un lieux de passage habituel pour les animaux (feuillage des arbres détériorés, écorces rongées, herbe couchée).

C’est donc à cet endroit que nous avons placé notre piège photo numéro 1. Après l’avoir fixé solidement à un tronc d’arbre nous voilà repartis pour le centre. Sur le retour nous avons observé toutes les « bizarreries » de la forêt : des arbres qui se greffe entre eux en passant par des maladies étranges créant des « tumeurs » énormes sur les troncs, où encore des « loupes » d’arbre : phénomène étrange de surproduction de matière végétale qui forme une grosse boule, ces loupes sont très recherchées des ébéniste car leur aubier est d’une qualité supérieur.

L’après-midi fût consacré à la préparation de la retransmission. De façon synthétique nous avons énuméré nos activités de la semaine.

Samedi 23 Juillet

La matinée fut consacrée à la préparation de la retransmission. Différents posters ont était réalisés :
un sur les champignons ainsi qu’une lame microscopique préparée par les enfants et contenant du mycélium placé sous microscope ;
plusieurs bouts de bois différemment décomposés (donc avec où sans champignon).
Un poster sur les insectes que l’on à observé ainsi que ceux capturés et placés dans notre vivarium,
la vidéo d’un criquet en train de muer pris par nos soin ainsi que sa mue placée sous microscope.
Un autre sur les différent types de fleurs que l’on à pu observer dans la prairie devant le centre,
et un dernier sur le travail effectué sur les parcelles de culture : bois décomposé, paille, boulettes d’argiles...etc

Dimanche 26 Juillet

Le dimanche est consacré à une journée randonnée avec toutes les tranches d’âge c’est à dire que tout les enfants du centre, de 7 à 18 ans, partent en direction des Hautes Chaumes pour quelques heures de balade. Un repas pic-nic est prévu ainsi qu’un goûter pour ravitailler nos petits explorateurs. Pour les adolescent la journée se terminera le lundi matin suite à un camping prêt de la Jasserie du coq Noir tandis que les autres retourne tranquillement au centre pour un repos bien mérité. Chocolat chaud et fin d’après-midi détendu, voilà ce qui les attendais.

4.3. Expériences

Lundi 25 Juillet

Aujourd’hui la journée fut consacrée à la confection de pièges à insectes. Le premier était un classique du piégeage entomologique : à l’aide d’une bouteille d’eau de 2L coupée en deux et retournée nous avons placé un appât dans le fond du dispositif. Pour le premier ce fut de l’eau sucrée, le second reçut de la confiture et pour le dernier ce fut une banane écrasée.
Le problème de ce piège classique est qu’il craint les pluies. Notre but étant seulement de piéger les insectes et non de les noyer il nous a fallu trouver un système qui protège le réceptacle d’un remplissage accidentel d’eau : un petit capuchon fabriqué « maison » à l’aide d’une assiette en carton recouverte d’aluminium fera l’affaire. Les 3 pièges terminés nous les avons placé à différents endroits : sur un piquet, au sol et dans un arbuste en fruit, le tout accolé à nos parcelle de cultures.

La matinée se termina par le « test du bocal d’eau » qui consiste à aller y faire des carottes de terres dans différentes parcelles à étudier, c’est à dire ici celle que nous sommes en train de cultiver. A l’aide de la tarière nous avons récupéré nos échantillon puis les avons placeé dans différent bocaux, nous les avons rempli d’eau et avons remué le tout pendant 3 minutes. L’expérience révèlera ses réponses 24h plus tard.

L’après-midi fut consacrée à relever l’un de nos piège photo (sans résultat), malgré tout nous avons placé de la nourriture -(appâts pour « habituer » les animaux à ce lieu.
De retour au camps nous avons continué la fabrication de nos pièges à insectes, sylvain eu une bonne idée de piège au sol à l’aide de boîtes à glace et de tulle à découper (voir photos).

Mardi 26 Juillet

Ce matin, après le petit déjeuner et le forum, nous partons au deuxième ruisseau sur les Hautes Chaumes du Livradois Forez. Nous accompagnons les enfants du séjour Au Fil de l’Eau car Thibault, notre animateur est en congé.

A l’aide d’épuisettes, nous prélevons les petites bêtes qui vivent dans ce ruisseau. Nous rentrons ensuite au centre pour identifier les animaux capturés, à l’aide d’une clé de détermination.

Nous n’avons pas fini notre activité que déjà l’heure du repas arrive !

A 14h00, nous nous rendons en activité extra-scientifique. Nous jouons à douaniers/contrebandiers.

Après le goûter, nous reprenons nos opérations d’identification. Au total, nous avons 195 gammares, 21 larves de tricoptère, 12 planaires, 8 vers,3 larves de perle, 1 larve d’éphèmère, 1 larve de simulie. Ce ruisseau est donc plus riche que le petit ruisseau près du centre.

Nous avons le temps de retourner sur le terrain pour faire quelques mesures. Le pH de l’eau est de 5 et la vitesse du courant est de 0.32 m/s.

Mercredi 27 Juillet

4.4. Résultats

Durant l’activité scientifique du matin nous avons débuté par l’exploitation des résultats de notre test du bocal d’eau.
Trois bocaux d’eau étaient donc à l’étude :

- Bocal de la terre à l’abandon : 2cm de sable, 2.8cm d’argile, 0.1cm de limon, 8.3cm d’eau et 0.4cm de matières en suspension.
- Bocal de la terre mulcher de paille : 2cm d’argile, 0.1cm de limon, 10cm d’eau et 1.5cm de matières en suspension.
- Bocal de la parcelle comportant divers mulchs et amendements : 3.9cm d’argile, 0.1cm de limon, 8.7cm d’eau et 1.7cm de matières en suspension

Pour exploiter ces données il faut faire des pourcentages, ce qui nous a donné les résultats suivants :

- Bocal de la terre à l’abandon : 14.1% de sable, 20.6% d’argile, 0.7% de limon, 61% d’eau et 3% de matières en suspension.
- Bocal de la parcelle comportant divers mulchs et amendements : 27.5% d’argile, 0.7% de limon, 61.3% d’eau et 12% de matières en suspension.

- Bocal de la terre mulcher de paille : 15.4% d’argile, 0.8% de limon et 77% d’eau

Ces données seront exploitées durant la prochaine matinée car il est maintenant l’heure d’aller déjeuner !

Une fois le repas pris et l’Activité Extra Scientifique terminés nous voilà de nouveau en activité scientifique. Accompagnés par les enfant du séjour « Au Fil de l’Eau » (Antoine l’animateur étant en congé) nous voilà partis pour la hêtraie-sapinière située en contrebas du centre. Nous avons effectué des prélèvements de terre à l’aide d’une tarière et avons déposé la carotte dans un seau pour pouvoir tout transporter jusqu’à notre salle de travail. Le but de ces prélèvement est de construire un Appareil de Berlèse : http://www.fnh.org/francais/doc/en_...

Nous avons donc découpé des bouteilles en matière plastique que nous avons retourné, au bout du culot nous avons posé un petit tamis filtreur permettant de retenir la terre tout en laissant passer la microfaune du sol. Le principe est simple, ces petit animaux fuyant la lumière s’enfoncent dans le sol d’où la lampe au dessus de l’appareil de Berlèse permettant de reproduire la lumière solaire. En descendant dans les couches inférieures du piège la microfaune se trouve ainsi dans la bouteille en contrebas dans laquelle a été versé de l’éthanol dilué à 50%. Nous récupèrerons les données dans quelques jours.

Enfin notre journée se termina par la remise en place de notre piège photo (la batterie ayant était épuisée) ainsi que de la nourriture pour continuer à appâter les animaux.

Jeudi 28 Juillet

Au petit matin nous sommes aller ramasser nos différent pièges à insectes installé précédemment sur nos parcelles. Nous avions 3 pièges en hauteur et 3 pièges au sol. Une fois le tout rapporter en salle Perception nous avons pu les ouvrir et entamer l’énumération des différent insectes présent à l’intérieur :

Pièges en hauteur
- piège à banane écrasée : 3 criquets et 3 perce-oreille (forficule)
- piège à eau sucrée : 4 drosophiles (mouches) et 1 hyménoptère (ichneumon)
- piège à confiture : 1 araignée

Pièges au sol (avec appât à la banane)
- 1 bousier
- 1 araignée
- 1 perce-oreille (forficule)
- 1 coléoptère nécrophage (silphe)

Suite à cela nous avons commencer à confectionner un nouveau piège à insecte, celui-ci étant lumineux ! Le concept est simple : une boite aux parois diffusant la lumière, à l’intérieur une lampe à led capable d’éclairer à une puissance raisonnable, des trous un peu partout autour de la boite afin que les insectes volant une fois en contact avec le piège finissent, par chance, par entrée dedans. Les trou étant restreint il leur est très difficile d’en sortir, quelques obstacles à l’intérieur viendront déranger leur tentative de fuite.

Enfin, la matinée c’est terminée sur un check de nos parcelles de cultures où nous avions mis nos boulettes d’argile, le résultat fut probant car quelques-unes de nos petits boulettes avait germer preuve que la manipulation à fonctionner. Le temps nous manque pour pouvoir observer une plus longue croissance de nos semence mais l’essentiel de la manipulation était de prouver l’aide que pouvais apporter l’argile à la germination.
De plus nous avons pu constater que sous le mulch de paille installer par nos soin il s’était développer une grande quantité de mycélium preuve de l’activité fongique en pleine transformation du sol : exactement comme dans un sol forestier ! On pourra donc conclure que le mulch participe à la restructuration d’un sol par sont activité fongique qui libère divers minéraux et est une source de nourriture pour bon nombre d’arthropode. Le champignon, la base de la chaine alimentaire de la pédogenèse.

L’après-midi à était consacrer à des petits jeux, des ateliers dessin et pour les plus courageux à une randonnée sur les Hauts de Chaumes.

Vendredi 29 Juillet

La préparation de la retransmission était la thématique du jour : nous avons repris tout nos travaux de ces 2 semaines passer à étudier la nature et avons synthétiser tout ça. Nous avons confectionner 4 nouveaux poster qui viennent s’ajouter à ceux de la retransmission de la semaine dernière, pièges à insectes, test du bocal d’eau et les conclusions de nos techniques d’ensemencement.

4.5. Interprétation - Ouvertures - Conclusions

5. La retransmission

6. Bilan



Nos partenaires

Voir également