L'eau, propriétés et pollution - Ecole Janin

Voir descriptif détaillé

L'eau, propriétés et pollution - Ecole Janin

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Des élèves de l’école Jules Janin de Saint Etienne sont venus au centre de Prabouré pour étudier les propriétés physiques et chimiques de l’eau d’un ruisseau.

Le Journal de Bord

Mercredi 14 mai

Les élèves arrivent le matin au centre de Prabouré. Avec un groupe, constitué par 13 élèves de CE2, CM1 et CM2 et de 2 accompagnatrices, nous partons rapidement sur le terrain pour étudier un ruisseau situé près du centre. Les élèves repèrent et étudient 2 zones différentes de ce ruisseau : une zone agitée, située immédiatement en aval d’une cascade et dans laquelle le courant semble rapide et une zone calme dans laquelle le courant semble plus lent.
Après avoir fait un schéma du site, les élèves prélèvent des petits animaux en différents endroits du ruisseau. Ils réalisent ensuite quelques observations ou mesures physiques : couleur de l’eau, profondeur et largeur du ruisseau, vitesse du courant, température de l’eau. Ces mesures sont réalisées sur les 2 zones précédemment déterminées.

Après le déjeuner, nous allons en salle pour identifier les animaux prélevés le matin. Nous avons ainsi vu que certaines espèces vivent dans la zone agitée et d’autres dans la zone calme. Nous mettons ensuite en commun les mesures réalisées. Nous avons également réalisé des moyennes (profondeur, largeur du ruisseau, vitesse du courant).
Cette séance nous permet d’apporter quelques précisions sur la façon de prélever des échantillons (par exemple bien noter le lieu du prélèvement sur le schéma du ruisseau) ou de réaliser une mesure (ne pas sortir le thermomètre de l’eau !).

Après le goûter, nous retournons sur le terrain pour refaire une mesure de la température du ruisseau dans la zone calme et dans la zone humide. Nous essayons également de mesurer la teneur en dioxygène dissous dans l’eau du ruisseau.
Nous retournons ensuite en salle pour étudier les différents sels minéraux qu’il est possible de trouver dans l’eau d’un ruisseau et quelle peut être leur origine (naturelle ou anthropique).

Jeudi 15 mai

La séance du matin débute par le choix de notre projet de recherche. L’eau du ruisseau est claire, elle n’a pas d’odeur et elle contient de nombreux animaux. Est ce suffisant pour dire qu’elle n’est pas polluée ? L’eau du ruisseau peut contenir des sels minéraux, invisibles à l’oeil nu, et qui peuvent être nocifs pour la santé. Nous décidons donc de faire des analyses sur l’eau du ruisseau que nous avons prélevée la veille. Les élèves ayant apporté de l’eau de Saint Étienne, nous décidons également de faire des analyses sur cette eau afin de pouvoir la comparer avec l’eau de Prabouré.
L’eau de Prabouré semble être de bonne qualité. Nous n’avons pas trouvé de nitrates ni de nitrites. Les concentrations en silice et en chlorures sont toutefois importantes (respectivement 3 mg/L et 100 mg/L).

Résultats de analyses chimiques

L’eau de Saint Étienne contient moins de silice, mais plus de potassium et de chlorures que l’eau de Prabouré.
Une partie de la journée est également consacrée à un travail sur les différentes sources possibles (domestique, agricole ou industrielle) de la pollution de l’eau ainsi qu’à la lutte contre le gaspillage de l’eau à la maison. Ce travail a été réalisé à partir de fiches pédagogiques de l’Agence de l’eau Seine-Normandie.

Vendredi 16 mai

La matinée est consacrée à la préparation de la retransmission ! Les élèves préparent des affiches permettant de présenter leurs travaux et leurs résultats à leurs camarades des autres groupes. Nous avons quelques répétitions.
La retransmission a lieu en début d’après-midi. Les élèves présentent leurs affiches et expliquent comment ils ont réalisé les analyses chimiques.

Nos partenaires

Voir également