L'Huile de palme : Danger sur l'Afrique !

Après l'Indonésie et la Malaisie, les multinationales qui cultivent le palmier à huile pour produire l'huile de palme s'emparent des forêts (...) Voir descriptif détaillé

L'Huile de palme : Danger sur l'Afrique !

Après l'Indonésie et la Malaisie, les multinationales qui cultivent le palmier à huile pour produire l'huile de palme s'emparent des forêts (...) Voir descriptif détaillé

L’huile de palme, qu’est ce que c’est ?

L’huile de palme est un ingrédient présent aujourd’hui dans de nombreux produits agroalimentaire(biscuits industriels, nutella..) et cosmétique. L’huile de palme est extraite par pression à chaud des fruits du palmier à huile. Le rendement du palmier à huile est dix fois supérieur à celui du soja. Cent kilos de fruits donnent environ 22 kg d’huile, c’est dire l’intérêt qu’ont les industriels à l’utilisé dans la fabrication de leurs produits pour un rendement maximale.

L’huile de palme : Où en est-on ?

Aujourd’hui, on assiste à une forte croissance de la production et de la consommation d’huile de palme au niveau mondiale. Cette explosion de la demande mondiale est une menace réelle pour les forêts de la zone intertropicale. Les cultures d’huile de palme telles quelles sont pratiquées actuellement pour la majeure partie sont les cultures ayant le plus d’impact négatif sociale et environnementale. Accaparement des terres appartenant aux populations sur lesquelles elles vivent et cultivent leurs propre subsistance alimentaire, déforestation insolente, perte pour la biodiversité et la richesse animale et végétale de ces forêts tropicales, notamment en Malaisie et Indonésie, les deux plus grands producteurs d’huile de palme au niveau mondiale.

L’exploitation industrielle d’huile de palme : Danger pour l’environnement et les populations.

Les producteurs d’huile de palme cherche désormais à s’implanter en Afrique, dans le bassin du Congo, 2e plus grande forêt tropicale au monde. Même s’il s’agit de sa zone originelle, l’huile de palme n’y était jusqu’à présent cultivé principalement que de manière artisanale et pour la consommation personnelle.
Le cas d’Herakles Farm au Cameroun, où les opérations de déforestation et de mise en place d’une pépinière ont déjà lieu alors que le bail foncier dont dispose la filiale locale d’Herakles Farm n’a pas encore été approuvé par décret présidentiel, ne peut que faire monter la colère de la population locale, qui perd son habitat et sa ressource alimentaire principale : la forêt et leur culture.
http://forets.greenpeace.fr/camerou...
Bien sur les « communicants » d’Herakles Farm annoncent que l’implantation de cette plantation d’huile de palme va relancer l’économie locale et que des emplois seront créés. Ce que ces « communicants » ne disent pas c’est : combien d’emplois seront créés ? Qu’en est-il des conséquences sur la biodiversité et de la conversion de forêts naturelles en champ de monoculture ?

Pour la communauté internationale, ne serai-t-il pas grand temps d’apprendre à tirer les leçons de la déforestation en Indonésie et en Malaisie ? N’y a t-il pas urgence de prendre conscience de la gravité de la situation et réagir pour préserver les écosystèmes et les espèces directement menacés, ainsi que les populations ?
Que deviennent les Orang-Outans en Indonésie ? Quel avenir a cette espèce mis à part errer dans ces plantations d’huile de palme qui s’étendent à l’infini où il n’es plus possible de s’alimenter ni de se cacher dans les arbres ? Le tigre de Sumatra va-t-il à son tour s’ajouter à la liste des espèces disparus ?

Fait encore plus terrifiant, gratuit et barbare est celui de l’empoisonnement de 14 éléphants pygmées de Bornéo par les travailleurs des plantations de palmier à huile dans l’état de Sabah en Malaisie. Cette espèce est protégé par la loi en Malaisie et il ne reste que 1500 individus en milieu sauvage à ce jour. Plus d’informations et possibilité de signé une pétition pour appelé le premier ministre malaisien à préserver la nature sur :
https://www.sauvonslaforet.org/peti...

En Afrique, les multinationales sans scrupules qui s’empare des zones forestières comme Herakles Farm nous montre que si nous les laissons faire le même scénario qui s’est passé en Indonésie et Malaisie se reproduira dans le bassin du Congo. Devons nous encore assister à ce non-respect de la nature sans intervenir ?
Que pouvons nous faire pour enrayer ce hold-up organisé et légalisé sur notre bien commun : notre planète ?
« HELP ! »

Guillaume BEIL

Photos / Vidéos

Déforestation.

Empoisonement d’éléphants pygmées de Bornéo.

Nos partenaires

Voir également