Genévriers : commun ou cade ? C’est pourtant élémentaire…

Voir descriptif détaillé

Genévriers : commun ou cade ? C’est pourtant élémentaire…

Voir descriptif détaillé

Deux genévriers très semblables cohabitent en climat méditerranéen : le genévrier commun (Juniperus communis L.) et le genévrier cade (Juniperus oxycedrus L.). Un petit indice qui devrait être connu de tous permet de rapidement faire la distinction. Derrière leur apparente ressemblance, ces 2 frères ont des propriétés bien différentes que l’homme exploite depuis des siècles.

Le petit truc pour les distinguer

Le genévrier commun et le cade sont des arbrisseaux ou des arbustes de 1 à 8 mètres de haut. Ils portent des feuilles linéaires verticillées par 3. C’est à ce niveau qu’il faut être attentif. Sur le dessus des feuilles, le genévrier commun porte une ligne blanche (Fig.1) alors que le genévrier cade (Fig.2) porte deux lignes blanches.

Figure 1 :Photo de Juniperus communis (source : Tela Botanica)

Figure 2 : Photo de Juniperus oxycedrus (source : Tela Botanica)

Une écologie différente

Lorsque l’on compare des caractéristiques climatiques et pédologiques des stations d’observation des deux espèces de Juniperus (Fig.3) (Téla Botanica : Julve, Ph., 2014 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 25 avril 2014. http://perso.wanadoo.fr/philippe.ju...), on constate :
- Une forte similitude des caractéristiques du sol, de la luminosité et de l’humidité atmosphérique.
- Une différence notable des conditions de température et de continentalité.

Figure 3 : Graphiques des optimi écologiques de Juniperus communis et Juniperus oxycedrus.

Les différences de conditions de température et de continentalité entre les deux espèces définisent donc leur répartition en France (Fig.4)(Téla Botanica : Philippe JULVE et les membres du réseau Tela Botanica. Chorologie départementale. Version 2013.11 du 13 novembre 2013.) On peut penser que le réchauffement climatique global va permettre au cade de gagner du terrain vers le nord dans des secteurs où les températures vont s’élever.

Figure 4 : Cartes de présence départementale de Juniperus communis et Juniperus oxycedrus.

A chacun son utilité pour l’homme

Le genévrier commun est utilisé pour ces baies (Fig.5), les fameuses baies de genièvre. Elles entrent dans la composition de plats cuisinés et de boissons alcoolisées. Ces mêmes baies et les jeunes pousses de feuilles ont des propriétés médicinales diurétiques, stomachiques et digestives.

Figure 5 : Baies de genièvre (source : Wikipedia)

Les baies du cade sont aussi utilisées pour des boissons alcoolisées mais dans une moindre mesure. Par contre, c’est son bois qui intéresse l’homme. Il est très dur, quasiment imputrescible et dégage une odeur agréable, anti-insectes et anti-mites. De ce fait, il est recherché pour la sculpture (Fig.6) ou la menuiserie. On en extrait l’huile de cade, utilisée autrefois pour ses vertus cicatrisantes, et appréciée comme antiseptique et désinfectant.

Figure 6 : Sculpture en cade (source : Wikipedia)

Voilà, maintenant qu’on en sait un peu plus sur les deux frères Juniperus, rendez-vous dans la nature pour constater tout ça sur place.

Nos partenaires

Voir également