Envoyer à un ami

Fantastiques Gênes et Tiques - 12 au 19 Juillet 2020

Voir descriptif détaillé

Fantastiques Gênes et Tiques - 12 au 19 Juillet 2020

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Cette semaine, nous serons un petit groupe de 9 participants à plonger en plein cœur d’un projet scientifique d’envergure au sein d’un laboratoire de recherche de l’INRAE.
Lilou, Octave, Gauthier, Joris, Lucile, Côme, Lucy, Marius et Lula.

Le Journal de Bord

Dimanche 12 juillet

Tous les participants sont bien arrivés. Après un bon repas, une veillée de jeux destinés à apprendre les prénoms et à se connaître a été bien animée et conviviale. Tous se sont endormis assez tôt car demain une journée dense nous attend.

Lundi 13 juillet

Premier contact avec l’aviron ce matin avec Charlotte. Après 30 minutes de théorie, 1h30 de pratique sur la Meurthe ! Charlotte a été impressionnée par les capacités d’apprentissage du groupe, des vrais petits champions d’aviron !

JPEGJPEGJPEG

JPEGJPEGJPEG

Nous avons ensuite pique niqué le long de la Meurthe au chant des oiseaux.

L’après-midi, nous avions rendez vous à l’INRAE pour découvrir l’univers des chercheurs en biologie moléculaire et microbiologie. Après avoir revêtu des blouses blanches et chaussé des sabots blancs pour respecter les règles d’hygiène et sécurité de l’Institut, nous nous sommes interrogés sur le rôle du chercheur et ce qu’est vraiment la recherche et la démarche scientifique. Enfin, nous avons défini les problématiques existant autour des tiques en observant des images déclenchantes.

JPEGJPEGJPEG

Après le repas, un peu de détente : petite visite aux animaux de la ferme du centre (ânes, chevaux, biquettes, poulailler et lapins) et balle au prisonnier.

Mardi 14 juillet

Matinée sur le Green : découverte du Golf avec Stanislas. Après avoir appris les rudiments pour lancer correctement, nous sommes partis sur un 18 trous par petit groupe de 3.

JPEGJPEGJPEG

Nous avons pique-niqué à l’abri des pins non loin du Green.

L’après-midi, retour à l’INRAE pour retrouver notre blouse ! Nous avons d’abord reréfléchi à la problématique sur laquelle nous allons travailler afin de décliner deux questions de recherche :
- Est-ce qu’une même espèce de tique peut piquer un chien/chat et un humain ?
- Est-ce qu’une tique qui a piqué un chien/chat peut être infectée par la bactérie Borrelia ?
Puis, direction le labo pour déterminer les espèces d’un échantillon de tiques à l’aide d’une clef de détermination.

JPEG

JPEG

JPEGJPEG

Le soir, petit tour au centre ville de Nancy pour découvrir la place Stanislas et ses jeux de lumières.

JPEGJPEGJPEG

Mercredi 15 juillet

Encore une journée bien remplie !
Cette fois-ci, c’est le matin que nous nous sommes rendus à l’INRAE. Nous avons fini l’identification (famille, genre, espèce) d’une cinquantaine de tiques issues de la tiquothèque afin de répondre à notre première question de recherche JPEG puis nous avons réfléchi aux expériences/manipulations à mettre en place pour répondre à notre deuxième question de recherche sur l’infection de nos tiques par la bactérie pathogène Borrelia.
La matinée s’est terminée par une séance de pipetage à l’aide de pipettes automatiques où nous avons appris à être précis dans le prélèvement de volumes de l’ordre du microlitre. Nous sommes maintenant fin prêts pour les manips de biologie moléculaire à venir qui nécessitent une rigueur et une précision très importante. Nous avons ensuite pris un délicieux repas au self de l’INRAE. JPEG

JPEGJPEG

L’après-midi, direction les bords de la Meurthe pour une séance de canoë kayak avec Benjamin. Nous avons très vite parcouru quelques kilomètres car tout le monde savait déjà très bien en faire :-).

JPEGJPEGJPEG

Après manger, visite des animaux de la ferme puis quelques parties de Loup-Garou avant l’arrivée de Delphine, éducatrice en environnement au C.P.I.E, qui nous a offert une balade en forêt et en lisière pour découvrir la faune nocturne.JPEG. Nous avons pratiqué la repasse de la chouette hulote.

Jeudi 16 juillet

Ce matin, découverte encore d’un autre sport : l’équitation ! Toute l’équipe a pu être initiée à la préparation du cheval (pansage et harnachement) puis à mener son cheval à pied avant de pratiquer à cheval aux deux premières allures : le pas et le trot.

JPEGJPEGJPEG

L’après-midi, direction l’INRAE dont nous connaissons la route et les couloirs par cœur maintenant. Cette fois-ci, nous nous sommes attelés à la préparation de nos échantillons pour la PCR (Polymerase Chain Reaction) sous une hotte spécifique PCR en étant très vigilant pour éviter les contaminations.
En effet, afin de détecter la présence de la bactérie Borrelia dans nos tiques, nous devons d’abord amplifier (photocopier) un gène spécifique de Borrelia afin de pouvoir détecter ou non sa présence. Ce gène code la flagelline (flagelle) de Borrelia. Après avoir lancé la PCR pour la soirée, nous avons pu échanger avec un spécialiste des tiques à qui nous avons posé une foule de questions intéressantes !

JPEGJPEGJPEG

La soirée a aussi été studieuse : nous avons pu réaliser une visioconférence avec des étudiants en école d’ingénieur en biotechnologie de Paris. La discussion de ce soir tournait autour des bactéries. Ils nous ont aussi présenté leur projet visant à mettre au point une alternative aux antibiotiques classiques pour lutter contre les bactéries pathogènes.

Vendredi 17 juillet

Ce matin, direction l’INRAE pour analyser nos échantillons d’ADN amplifiés par PCR. Le but : déterminer si nos échantillons de tiques contiennent l’ADN de la bactérie pathogène Borrelia. Pour cela, nous avons réalisé une électrophorèse. Cette technique consiste à faire migrer les fragments d’ADN amplifiés sur un gel d’agarose à l’aide d’un champ électrique. Les fragments migrent plus ou moins loin selon leur taille. La taille du fragment de gène de Borrelia recherché étant connu, il est ainsi aisé de détecter la présence de la bactérie dans nos échantillons de tiques.
Les enfants ont ensuite réfléchi à l’interprétation des résultats obtenus pour répondre aux deux questions de recherche.

JPEGJPEG

En milieu d’après-midi, nous sommes allés rejoindre les bords de Meurthe pour faire du kayak. Cette fois-ci, c’est sur des kayaks à une place que nous sommes partis sur l’eau. Tout le monde s’accorde à dire que c’était franchement pas évident de garder le bon cap ou de ne pas chavirer ! Encore des bons fous rires !

JPEGJPEGJPEG

Veillée studieuse pour commencer la présentation orale de nos travaux de recherche demain !

Samedi 18 juillet

En matinée, nous avons préparé la présentation de nos résultats en les synthétisant sous forme de tableaux et d’un fichier power point, puis nous avons répété notre oral juste après le pique nique. Nous nous étions réparti les rôles, chacun d’entre nous devait parler. Les grandes parties du power point : le contexte, la démarche expérimentale, résultats et conclusion.
Puis le grand moment est arrivé : présentation de notre travail comme de vrais chercheurs devant un public nombreux. Malgré un peu de stress, tout s’est bien passé. Les parents étaient épatés, notamment par nos réponses à leurs questions.
Un goûter à l’extérieur du labo avec les parents et les chercheurs nous attendait ensuite, nous avons apprécié de délicieuses tartes.....
JPEGJPEGJPEG
La veillée était constituée de divers jeux coopératifs, nous avons beaucoup ri...
http://www.osi-photos.org/albums/us...

Dimanche 19 juillet

Toute l’équipe très soudée des apprentis- chercheurs était triste, il fallait se quitter.
Départs échelonnés en voiture, train et covoiturage bla bla car. Nous sommes fiers d’avoir contribué à l’avancée d’un véritable programme de recherche sur les tiques et les maladies qu’elles transmettent.

Nos partenaires

Voir également