Camp BIODIVERSITA : A l’Affût de la Biodiversité (du 13 au 20 (...)

Un tout premier camp « A l’affût de la biodiversité » pour lancer notre grande étude sur les effets du Loup sur la biodiversité ! (...) Voir descriptif détaillé

Camp BIODIVERSITA : A l’Affût de la Biodiversité (du 13 au 20 (...)

Un tout premier camp « A l’affût de la biodiversité » pour lancer notre grande étude sur les effets du Loup sur la biodiversité ! (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Dimanche 13 juillet 2014

Arrivée à St Luc
Sung-Hong et Laetitia, nos deux intrépides détectives naturalistes en formation, sont bien arrivés sur le camp ce dimanche. Ils ont pu y découvrir le LINABIO (Laboratoire d’Identification NAturaliste BIOdiversita) où ils pourront observer, étudier et identifier toutes leurs trouvailles faites dans la nature.

La bibliothèque du labo est prête !



Après le dîner, les règles de vie du camp leur ont été expliquées par les participants au camp de géologie déjà présents. Ils ont aussi pris connaissance du programme de la journée type du séjour dans le Val d’Anniviers (alternance des activités scientifiques et extra-scientifiques). Ah et puis le soir, finale de coupe du monde oblige, les enfants ont été autorisés - exceptionnellement et à la demande express de certains - à suivre le match Allemagne-Argentine. Ce fut animé au niveau sonore !

Lundi 14 juillet 2014

Contact : Rallye naturaliste

Ce matin, départ en funiculaire pour monter dans un alpage 500 m plus haut ! C’est une rampe de lancement de fusée ? Non ? Ouf !
Arrivés sain et sauf dans en hauteur, nous nous somme lancés dans un « rallye naturaliste » : Laetitia et Sung-Hong ont ainsi du exercer leur sens de l’observation et leur sagacité pour mener à bien les défis proposer dans ce jeu. Sung-Hong a fait un sans faute dans l’identification des arbres et a réussi à identifier les Martinets noirs nous survolant. Pendant ce temps, Laetitia n’a laissé passer aucun des rares papillons volant par ce temps frais, et à identifier le magnifique Trolle d’Europe (non non pas d’inquiétude, c’est une fleur, pas un monstre du Seigneur des Anneaux !). Bien sur, quelques échantillons ont été conservés pour être étudiés, et toutes nos observations consignées dans le carnet d’observation !

Laetitia lui a trouvé son petit nom, alors le papillon ne veut plus partir !


C’est son premier papillon identifié : le Moiré frange-pie (Erebia euryale)














Découverte

Après la descente et un super repas préparé par notre chef italien, malgré les propositions de jeux, les enfants ont absolument insisté pour s’occuper des échantillons du matin. Bon ok, ok, pas de problème, n’insistez plus ! Ils ont donc appris les techniques permettant de sécher les plantes à l’aide d’une presse et de préparer les insectes récoltés pour les mettre en collection. Bien sur, c’est une étude sérieuse, et la plus grande attention a été portée aux étiquettes pour conserver toutes les informations importantes !

Et après cette découverte de toutes ces méthodes de naturalistes professionnels, c’est une grande discussion sur le Loup que nous avons eu : sa disparition dans beaucoup de régions d’Europe, son retour dans les Alpes, les conséquences méconnues que cela peut avoir, notamment sur la Biodiversité. Et la conclusion de Sung-Hong est imparable : « Et bien pourquoi on n’étudierait pas cela ? ». Ca tombe bien, c’était justement prévu !

Premier insecte mis en collection par Sung Hong, avec l’étiquette comportant toutes les données scientifiques : lieu, date, collecteur

Le labo de botanique et la presse à plante n’ont pas chômés non plus




















Sung Hong en train de dessiner l’insecte qu’il observe à la Loupe binoculaire. La table est bien chargée d’échantillon à étudier !

Après le goûter (ou même pendant, le goûter n’avait pas l’air de trop les intéresser à ce moment là), Laetitia et Sung-Hong n’ont pu résisté à l’appel du filet à papillons et ont continué leurs prospections autour de l’Hôtel pour profiter du soleil revenu et des papillons enfin de sortie ! Sylvaine, Demi-deuil et Fadet commun ont ainsi dûment été identifiés et répertoriés ! Quel enthousiasme ! Et après être rentrés, c’est encore de l’identification et du dessin des insectes qu’ils ont préféré aux jeux de nouveau proposés !

Ce soir, double veillée !

Ce soir, après un grand jeu de « Vampires » avec le groupe des géologues en herbes, c’est une soirée encore un peu exceptionnelle puisque c’est la route de l’observatoire astronomique qui a été prise à l’heure du coucher ! Et oui, nous avons la chance d’avoir un grand observatoire juste en haut du funiculaire, mis en marche ce soir exprès pour Objectif Sciences International. Une belle soirée d’observation d’étoiles en perspective, guidée par un des animateurs de l’observatoire !

Demain, nous partirons pour une randonnée avec un bivouac au dessus du Lac de Moiry. C’est après cette nuit à la belle étoile que vous aurez de nouveau des nouvelles le mercredi 16 juillet au soir.

Mardi 15 juillet 2014

Tous aux abris !

Une fois n’est pas coutume, nous commençons ce matin par un grand jeu : la bataille navale. Quoi ? S’asseoir à une table alors qu’il fait si beau dehors ? Meuh non ! Une bataille navale grandeur nature ! « Iacopo’s team » contre « Elaura’s team », c’est une bataille dantesque qui a lieu devant l’hôtel ou chaque joueur doit arriver dans le camp adverse sans se faire toucher pour voir s’il a touché, coulé ou fait « plouf » dans le terrain adverse ! Courses, feintes et fou-rire ont été au rendez-vous !

Enfin ! Le bivouac !

L’après-midi, départ pour le bivouac ! Nos apprentis montagnards ont donc droit pour commencer à un atelier « sac à dos » : ce qu’il ne faut pas prendre pour ne pas alourdir le sac (une trousse de feutre par exemple !) et ce qu’il faut absolument prendre (T-shirt de rechange pour se mettre au sec par exemple). Et c’est parti pour le vallon de Moiry ! Après avoir passé le spectaculaire barrage de Moiry, nous partons du bout de route en direction d’un petit lac de montagne préalablement repéré pour notre bivouac.

Montée au lac, filets au garde à vous !

Nos jeunes experts naturalistes identifient un papillon


Voici le spécimen : un assez rare papillon d’altitude, le Moiré cendré (Erebia pandrose)

Le même, côté face après l’avoir relâché
























Arrivée sur place, quel paradis ! Jugez plutôt :

Observation des marmottes !

Observation des milliers de têtards dans le lac















De superbes fleurs comme cette Linaire des Alpes (Linaria alpina)

Où comme cette Primevère farineuse (Primula farinosa)














De drôle de découvertes, comme ces chenilles en train de faire leur cocon !

ou comme ces bébé-plantes poussant sur la plante-mère : Iacopo nous explique qu’on appelle cela de la viviparie, et pourquoi on observe cela chez les plantes de montagne ! (ici le Pâturin des Alpes (Poa alpina))

















La chasse aux « gros-nez » dans les Cirses très épineux (Cirsium spinosissimum)

Et voici « gros-nez » : un charançon du genre Larinus !
















Recette d’une nuit à la belle étoile « 5 étoiles », made in « Biodiversita » !

Grand privilège, voici la recette secrète de Biodiversita !

Ingrédient n°1 : un site magnifique, le calme d’un lac...

Ingrédient n°2 : une prairie bien moelleuse















Ingrédient n°3 : plein de chose à observer autour du site

Ingrédient n°4 : le sandwich BigBiodiversita « couverture de survie-matelas-duvet-dormeur-duvet-couverture de survie » pour n’être dérangé ni par le froid, ni par l’humidité !















Mercredi 16 juillet 2014

Projet

Démarrage du grand projet de suivi de la biodiversité du val d’Anniviers !

Un doux réveil au soleil !

Ah quel merveilleux réveil dans le calme matinal de notre petit lac, le tout sous un soleil radieux !

Mais attention, ce matin, ca y est, nous rentrons dans le vif du sujet ! Le lieu de notre bivouac étant tellement apprécié, et tellement riche au niveau biodiversité d’altitude, il est décidé à l’unanimité d’en faire un des sites d’études majeurs de notre projet . Il s’agira donc de suivre année après année la faune et la flore des alentours du lac pour en étudier l’évolution et essayer de comprendre les causes de cette évolution.

Jeudi 17 juillet 2014

Des clés pour les coffre-forts

Aujourd’hui, le projet continue, mais nous allons passer à la vitesse supérieure, en construisant et utilisant des clés pour ouvrir les « coffre-forts » où sont « cachés » les noms des plantes et des animaux ! Après le forum, nos jeunes naturalistes commence la création de la « clé des arbres » : au départ, c’est juste un tas d’échantillon d’arbres des environs, et petit à petit émerge la clé de détermination, l’outil magique qui permettra à tout passionné de botanique de donner un nom aux arbres de St Luc ! Une fois la clé complétée, nos petits botanistes nous ont même démontré leurs qualités artistiques en décorant leur dessins de feuilles avec une guerre fantastique ou avec Iacopo « le jardinier » en train d’arroser des arbres.

A midi grand repas espagnol avec gazpacho, tortilla et calamars suivi par la découverte d’une magnifique Cétoine dorée (un gros insecte aux superbes couleurs vert métallisé) qui a été promptement classifiée et mise en collection (non non, elle n’était pas dans les plats ni en cuisine !).

Ouvrons le coffre-fort !

L’après midi a été l’occasion pour mettre en pratique la fameuse clé de détermination des arbres dans les bois aux alentours de St Luc. Résultat ? Laetitia et Sung-Hong ont été incollables dans l’identification avec un 12 sur 12 ! C’est trop facile ? Passons aux papillons avec une autre clé. Damned, là aussi ils cartonnent et nomment le groupe de papillons presque à chaque fois ! Bref, impossible d’y couper, ils ont mérité leur goûter à base de tartines de nutella au frais dans un bois de mélèze. Mais les papillons leur semblant beaucoup plus intéressant que leur tartines, les filets n’ont pas arrêté de tournoyer un seul instant ! Le retour à l’hôtel a été rendu très difficile à cause de la délicate chasse au « papillon bleu » : après plusieurs échecs, on l’a enfin eu, c’était un Argus bleu-nacré, de son nom scientifique Lysandra coridon. On est finalement arrivé à l’hôtel pour une douche relaxante et un bon repas chaud.

Vampire 2, le retour

Pour ce soir, à la demande générale des enfants du camps, c’est de nouveau un jeu du vampire qui est organisé ! Est-ce que Dracula gagnera cette fois ci ?

Photos / Vidéos

Ah oui, très important, l’ingrédient n°5 : de gros rochers pour faire sécher les affaires de l’importante rosée !

Allez, bonne nuit !

Nos partenaires

Voir également