Au Fil de l'Eau - La neige : barrage ou pont sur le ruisseau ? - école (...)

Dans un bassin versant enneigé, les enfants s'interrogent. un énorme bloc de neige siège au milieu du ruisseau. Barre-t-il ou alimente-t-il le (...) Voir descriptif détaillé

Au Fil de l'Eau - La neige : barrage ou pont sur le ruisseau ? - école (...)

Dans un bassin versant enneigé, les enfants s'interrogent. un énorme bloc de neige siège au milieu du ruisseau. Barre-t-il ou alimente-t-il le (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

L’objectif des trois classes de CE1, cette semaine, est d’en découvrir d’avantage sur l’eau par l’expérimentation. La recherche va naitre des deux hypothèses différentes au bord du ruisseau.

Le Journal de Bord

17 mars 2009. Mardi matin

Arrivés de Rouen hier soir après 10h de car, les enfants rêvent de jouer dans la neige.

Le ciel est clair, le soleil chauffe l’air encore frais. En cette matinée resplendissante, nous partons, carte a la main, pour la découverte du ruisseau de la station. A sept ans, la compétence des filles qui ont pris en charge l’orientation est surprenante ; « là, le bâtiment, la route, le bus venait d’un coté, nous allons de l’autre », direction les pistes.

Dans le vallon qui ressemble a un mini cirque, les enfants vont jouer les gouttes d’eau. Ils se répartissent tous les 10 mètres, déposant un plot sur leur point de départ. Assis sur un sac poubelle, la glissade des « petites gouttes » commence. La pente les réunis tous ensemble près du début du cours d’eau. Phase contact réussie, L’intérêt est suscité et la découverte commence…

Brève analyse de l’expérience, puis observation du cours d’eau. En écoutant les enfants, les pistes de travail se révèlent tout de suite. En effet deux « blocs » de neige son en travers du ruisseau ; les avis sont de suite partagés ! S’agit-il d’un pont ou d’un barrage ? Nous discutons. Voyant que je ne prend pas position et m’interroge avec eux, ils s’écoutent et défendent leurs arguments respectifs qui évoluent. Ainsi arrive la nouvelle formulation :

« Le bloc de neige fait-il un barrage ou alimente-t-il le ruisseau ? »

La recherche est lancée, nous expérimenterons cette semaine pour trancher.
La matinée se prolonge entre amusement, car la neige est profonde, et observations : suivre le cours d’eau, dessiner une confluence, puis rentrer tranquillement au centre se restaurer.

17 mars 2009. Mardi après-midi

Activité extra-scientifique : la soupape !

Les enfants, fascinés par la neige, ont un grand besoin de jouer, et une envie de se défouler. L’enthousiasme les gagne quand nous proposons un « poule renard vipères », jeu en trois équipes qui nous permet de renforcer la cohésion et l’identité de chacun des trois groupes d’activités.
Défoulement suivi de créativité pour certains et grand travaux pour d’autres quand nous proposons de la sculpture sur neige. Serpents, bonhommes de neige géants, miniatures, aplatis, ou rigolos, mais aussi maquettes ; d’igloo, de forêt avec pont et ruisseau, de volcan couronnés de pommes de pins. Un festival de diversité.

Retour en salle, étudions cette goutte d’eau, après l’avoir imaginée ce matin. Par groupes de deux ou trois, les enfants ont sur leur table deux ficelles : le départ et l’arrivée ainsi qu’un bouchon plastique rempli d’eau pour verser une goutte. Elle doit passer la ligne d’arrivée. Débrouillez vous ! « le chemin de la goutte d’eau »
D’abord perplexes par le code qui change, le manque d’indications, il essaient,
doucement…
Souffler, soulever un peu la table. Je les encourage a tester. Confortés par la liberté, ils essaient vraiment et découvrent !
Régulièrement nous faisons le point : ce qui marche, ce qui ne marche pas, pourquoi ? Ce qu’ils prenaient pour un échec (« expérience ratée si ça marche pas ») devient source de réflexion. Ainsi, nous observons de nouveaux paramètres qui changent le résultat : la pente, la taille de la goutte,…
Puis ils découvrent, en ajoutant du matériel (une brique et du papier, par exemple, pour faire une pente sans soulever la table) que le support (feuille, feuille huilée, carton) change la vitesse de la goutte.

17 mars 2009. Mardi soir

Après le repas, bien habillés, nous sortons dans la nuit avec des couvertures observer les étoiles et écouter le silence. C’était sans compter le bruit de la dameuse sur les 3 pistes de la station. Ils ont adoré la voir.
Le ciel, d’abord voilé, ne nous laissait identifier que la Grande Ourse, occasion de découvrir ce qu’est une constellation et de faire un vœu au passage d’une étoile filante. C’est en rentrant que Cassiopée, Orion et les Pléiades ont bien voulu se révéler, juste avant l’heure du coucher.

18 mars 2009. Mercredi matin

Occasion en salle de faire un point, réaliser le carnet de naturaliste, coller les dessins, puis affiner notre projet de recherche, concevoir l’expérience et préparer le matériel.
1 Problématique : le bloc de neige du cours d’eau
2 hypothèses : il bloque le ruisseau ou il alimente le ruisseau.
La discussion continue, vérifions.
Une demi bouteille renversée, est remplie de neige ; on verse de l’eau. Va-t-elle passer à travers ?
En petite quantité non ; en plus grosse, oui.
La classe conclut que la neige ne peut pas faire barrage à l’eau.

Charley, scientifique en herbe, qui défendait la thèse du barrage ne capitule pas ! En effet il a une idée et nous rappelle que le paramètre de la pente avait changé le résultat dans l’expérience de la goutte. Or la bouteille est verticale et le ruisseau ne l’est pas.

Il n’y a plus qu’une solution…

18 mars 2009. Mercredi après-midi

Tester grandeur nature Si la neige fait barrage, le niveau d’eau devrait monter au dessus du barrage. Nous disposons donc deux mètres pour relever les niveaux en amont et aval du tas de neige que nous allons créer. Nous créons un gros tas au milieu du ruisseau
Le niveau monte de 2 cm, mais redescend quelques secondes plus tard,…
Analyse discussion, … proposition !
Nous tassons la neige
Le niveau monte de 16 cm et se maintien deux minutes avant de redescendre exactement à son niveau initial.

Plusieurs autres observations complètent l’expérience et enrichissent les résultats et discussions de la journée.

18 mars 2009. Mercredi soir

Les enseignantes proposent surtout aux enfants de se reposer. Les journées ont été riches et épuisantes.

19 mars 2009. jeudi matin

Visite d’un moulinEntre St Anthème et Ambert, nous visitons le Moulin à papier, moulin à eau Richard de Bas.
Moulin à papier car ils en fabriquent (à partir de tissu en coton) ; chaque enfant a d’ailleurs pu réaliser lui-même une feuille.
Moulin à eau car l’eau fait tourner la roue, et l’arbre à came qui actionne les pilons.
Visite et ateliers simplement passionants.

19 mars 2009. jeudi après-midi

Nous faisons le point sur l’avancée de notre recherche. Une expérience pourrait affiner la réponse. En effet les enfants ne concluent pas a coup sûr que la fonte de la neige peut créer un cours d’eau.
Nous mettons donc en place sur le fond de la piscine en pente (vidée) deux blocs de glace.
Et profitons de l’installation pour tester l’impact d’une source de chaleur sur la vitesse de fonte.
La satisfaction semble partagée d’avoir exploré toutes les limites de la question ; les enfants ont ainsi pu construire leur réponse en faisant parfois évoluer leur conception. Ils se préparent à présent à expliquer leur démarche et conclusions aux autres classes lors de la retransmission de vendredi.

19 mars 2009. jeudi soir

Chacun choisi la veillée qui l’attire le plus ; dessin et mimes, hockey serpillière ou jeu de la diligence suivi du chef d’orchestre. La soirée se termine par un mikado géant (jeu proche du roi du silence)… Bonne nuit

20 mars 2009. vendredi matin

Nous vérifions les derniers résultats, vérifions les niveau et nous préparons pour la retransmission.
Moments d’échanges intense ou chacun fait part de ses découvertes a travers des affiches, des maquettes et des expériences.
Nous présentons nos expériences, et découvrons en particulier
...
l’érosion des roches par l’eau,
les invertébrés d’eau douce vus à la loupe,
des maquettes de moulins
et une expérience de jus de choux rouge,
indicateur coloré pour savoir si l’eau est acide (avec du citron), neutre (échantillon témoins) ou basique (avec du bicarbonate).

Le repas leger précède le départ ; bonne route !

Nos partenaires

Voir également